ACTUALITE
Tribunal militaire : " les perquisitions n’ont pas respecté les procédures prévues par la loi.", déclare la defense  11 janvier
Version imprimable de cet article Version imprimable

ZOODOACTU.Le procès du dossier Ouédraogo Madi et autres se poursuit au tribunal militaire de Ouagadougou. La journée du mercredi 11 janvier 2017, a permis d’entendre les témoins et de présenter les pièces à convictions qui ont été retrouvées lors des différentes perquisitions.

Après l’audition des personnes inculpées dans l’affaire dite du projet de libération des généraux, l’heure est à l’audition des témoins. En effet, le tribunal militaire de Ouagdougou a auditionné ce mercredi 11 janvier 2017, deux témoins dans le cadre du procès. Il s’agit des Soldats Kini Eric et Ouattara Abou.
Dans son témoignage, le soldat Kini Eric a indiqué que le 19 décembre 2015, alors qu’il était en promenade avec le soldat de deuxième classe, Condé Loba, l’un des inculpés dans cette affaire, il lui a demandé s’il ne connaissait pas le domicile d’un de leurs frères d’arme. Et c’est ainsi que Condé Loba lui aurait conduit au domicile de Madi Ouédraogo.
Ouattara Abou, quant à lui soutient que c’est en allant prendre un verre au Maquis Internat qu’il aurait vu le soldat Da Sansan, un autre inculpés dans l’affaire, arrêté devant sa porte et lui aurait invité à se joindre à lui. Ce dernier ni voyant aucun inconvénient accepta de le suivre volontiers. « Au maquis j’ai reçu un coup de fil de mon ami Ido Claude qui demandait à me rencontrer. C’est ainsi que je me suis fait accompagner par Da Sansan », explique le témoin.

Des pièces à conviction reniées par certains inculpés

Il poursuit en disant qu’Ido Claude est aussi un ex-élément du Régiment de sécurité présidentielle (RSP) qui voulait échanger avec lui sur leurs matériels perdus au Camp Naaba Koom.
Si la plupart des inculpés ont reconnu, les armes et les munitions retrouvées chez eux lors de la perquisition, ce n’est pas le cas de Mamboné Alexis qui reconnait les cartouches qui lui sont présentées mais rejette catégoriquement les couteaux baïonnettes à lui présentés. C’est le cas également de Guira Sibiri Gilbert qui ne retrouve même pas le sac contenant ses matériels parmi ceux présentés par le parquet.
Pour les conseils des prévenus, cela s’explique par le fait que les perquisitions n’ont pas respecté les procédures prévues par la loi. Pour ce faire, ils dénoncent un complot monté en toutes pièces contre leurs clients.
Les plaidoiries sont attendues demain 12 janvier 2017 à 8h 30 mn.

Bienvenu A.

Répondre à cet article

 

 

ZOODO TOP TEN
La bande à Malam neutralisée ?
ZOODOACTU.Les forces de défense et de sécurité ont neutralisé hier mercredi la bande du nommé (...)
Ouagadougou : un homme enturbanné interpellé
ZOODOINFOS.Un homme enturbanné est descendu ce vendredi 24 mars 2017, dans la matinée, d’un car (...)
A suivre : un agent des impôts disparait avec plus de 75 millions...
ZOODOACTU. Lors de la conférence de presse du le Syndicat national des agents des impôts et des (...)
Du pognon, 50 000 f Cfa pour sauver sa peau !
ZOODOACTU.S’il y’a un phénomène qui prend de l’ampleur dans la ville de Ouagadougou, c’est bien (...)
Pas de Katiba au Burkina Faso
ZOODOACTU.Selon, le Chef d’état Major Général Adjoint des Armées Colonel Serges Alain Ouédraogo, (...)
Attaques terroristes de Ouagadougou : deux ex refugiés du site de Mentao (Djibo) fortement impliqués
ZOODOACTU.L’attaque contre le café restaurant Cappucino et l’hôtel Splendid qui a fait une (...)
Le Café : les « clandos » de la Fonction publique
ZOODOINFOS.Le Syndicat national des gestionnaires des ressources humaines revient à la charge. (...)
Les boutons derrière la nuque : pourquoi et comment s’en débarrasser ?
ZOODOACTU.Ces tumeurs de la peau qui apparaissent fréquemment chez les hommes sont appelées des (...)
Djibrill Bassolé victime d’une tentative d’assassinat, selon la NAFA
ZOODOACTU.Le président de la Nouvelle alliance du Faso (NAFA) porte à la connaissance de (...)
Le Café : un commando face aux juges
ZOODOINFOS.Le commando de Yimdi. Ainsi pourrait-on appeler le groupe de soldats de l’ex-RSP qui (...)