ACTUALITE
Mali : Sanogo, chef de l’ex-junte, "pressé de dire sa vérité"  20 mars
Version imprimable de cet article Version imprimable

ZOODOINTER.Le chef de l’ex-junte junte du Mali, Amadou Sanogo, accusé d’"assassinat et complicité d’assassinat" de soldats, a déclaré dimanche à l’AFP qu’il était "innocent" et "pressé de dire sa vérité". "Je ne me reproche rien. Je suis vraiment pressé de dire ma part de vérité par rapport à tout ce qu’on me reproche", a déclaré Amadou Sanogo, à Sélingué, son lieu de détention, à 120 km au sud de la capitale, Bamako.

"Depuis trois ans, je suis en détention. Je crois en la justice malienne. Je veux dire ce que je sais. Je suis innocent", a ajouté M. Sanogo, détenu dans une maison surplombée par des miradors et gardée par des soldats.

Le procès du chef de l’ex-junte malienne (2012-2013), entamé fin novembre 2016 devant une cour d’assises de Sikasso (à environ 380 km au sud de Bamako), puis suspendu en décembre, doit reprendre en mars-avril.

"Je ne vais couvrir personne. Je dis bien personne", insiste M. Sanogo, habillé en blanc, chapelet en main. Il reçoit dans un salon modeste équipé de fauteuils et d’un grand téléviseur.

L’ex-chef de la junte affirme passer ses journées à lire le Coran et d’autres ouvrages et à parler avec des visiteurs.

Amadou Sanogo avait comparu en novembre-décembre 2016 avec 16 coprévenus, tous des militaires, pour "enlèvement et assassinat, complicité d’enlèvement et d’assassinat" de soldats dont les corps ont été retrouvés dans un charnier en 2013.

Les soldats dont les corps ont été retrouvés dans le charnier en 2013
étaient membres d’une unité d’élite de l’armée malienne, les "Bérets rouges".

Opposés au putsch de mars 2012 conduit par Amadou Sanogo, alors obscur capitaine de l’armée, qui avait renversé le président Amadou Toumani Touré, les "Bérets rouges" avaient vainement tenté un contre-coup d’Etat un mois plus
tard avant d’être pourchassés par les putschistes.

Le coup d’Etat de mars 2012 avait précipité la déroute de l’armée face à la rébellion touareg et aux groupes jihadistes dans le nord du Mali, vaste région ayant été contrôlée de mars-avril 2012 jusqu’à janvier 2013 par des groupes
liés à Al-Qaïda.

Ces groupes jihadistes ont ensuite été dispersés et en grande partie chassés à la suite du lancement en janvier 2013 d’une intervention militaire internationale qui se poursuit actuellement.

Mais des zones entières échappent encore au contrôle des forces maliennes
et étrangères, régulièrement visées par des attaques meurtrières.
sd/mrb/jh

Répondre à cet article

 

 

ZOODO TOP TEN
La bande à Malam neutralisée ?
ZOODOACTU.Les forces de défense et de sécurité ont neutralisé hier mercredi la bande du nommé (...)
Ouagadougou : un homme enturbanné interpellé
ZOODOINFOS.Un homme enturbanné est descendu ce vendredi 24 mars 2017, dans la matinée, d’un car (...)
A suivre : un agent des impôts disparait avec plus de 75 millions...
ZOODOACTU. Lors de la conférence de presse du le Syndicat national des agents des impôts et des (...)
Du pognon, 50 000 f Cfa pour sauver sa peau !
ZOODOACTU.S’il y’a un phénomène qui prend de l’ampleur dans la ville de Ouagadougou, c’est bien (...)
Pas de Katiba au Burkina Faso
ZOODOACTU.Selon, le Chef d’état Major Général Adjoint des Armées Colonel Serges Alain Ouédraogo, (...)
Attaques terroristes de Ouagadougou : deux ex refugiés du site de Mentao (Djibo) fortement impliqués
ZOODOACTU.L’attaque contre le café restaurant Cappucino et l’hôtel Splendid qui a fait une (...)
Le Café : les « clandos » de la Fonction publique
ZOODOINFOS.Le Syndicat national des gestionnaires des ressources humaines revient à la charge. (...)
Les boutons derrière la nuque : pourquoi et comment s’en débarrasser ?
ZOODOACTU.Ces tumeurs de la peau qui apparaissent fréquemment chez les hommes sont appelées des (...)
Djibrill Bassolé victime d’une tentative d’assassinat, selon la NAFA
ZOODOACTU.Le président de la Nouvelle alliance du Faso (NAFA) porte à la connaissance de (...)
Le Café : un commando face aux juges
ZOODOINFOS.Le commando de Yimdi. Ainsi pourrait-on appeler le groupe de soldats de l’ex-RSP qui (...)