ZoodoInfo
Le Café : les ministres assis sur des chaises éjectables ?  9 août
Version imprimable de cet article Version imprimable

ZOODOINFOS.Si on ne peut pas dire que des épées de Damoclès sont suspendues au-dessus des têtes des membres du gouvernement actuel, au moins on peut dire que chaque ministre est assis sur une chaise éjectable. Et il pourrait à tout moment, au retour des vacances, être projeté. C’est le cas de le dire, à la lecture des actions menées actuellement aux seins des différents ministères. Depuis début juillet 2017, une commission composée des conseillers du chef de l’Etat et d’experts, procède à l’évaluation du programme présidentiel. Sous le regard attentif du bureau de suivi du programme présidentiel dirigé par le Dr Matthias Somé. Ces hommes et femmes passent en ce moment en revue les actions menées par chaque département ministériel pour mesurer l’état d’avancement dudit programme. Les membres des commissions se rendent même sur les terrains pour avoir une opinion claire de l’état d’avancement de certaines réalisations. Impossible donc pour tout ministre de se cacher derrière des piles de paperasses et donner le sentiment de travailler. En définitive, on dit que le rapport de cette commission est attendu incessamment par le président du Faso Roch Marc Christian Kaboré. Du coup chacun se demande si ce n’est pas là un des préalables à un futur remaniement après les vacances gouvernementales. Dans tous les cas, les anglophones disent ‘’wait and see’’ !

Bonne dégustation !!!

Zoodyinga

Répondre à cet article

 

Il y a 6 commentaire(s) pour cet article

posté le 9 août 2017, par CHRIST

En cas de troubles à l’ordre public, les forces de sécurité ont le droit de faire usage de la force si nécessaire, pour rétablir l’ordre. Pour le cas des chauffeurs à Tenkodogo,les forces de l’ordre ne pouvaient pas user utiliser du gaz lacrymogène compte tenu du risque d’incendie avec les camions stationnés. Les forces de sécurité étaient non seulement dans leur rôle de rétablissement de l’ordre mais aussi dans une situation de légitime défense face à des chauffeurs rebelles qui refusaient d’obtempérer et qui les lapidaient. Ils se devaient de donner quelques coups de ceinturons à ces chauffeurs terroristes d’un autre genre. Le ministre d’Etat en charge de la sécurité Simon Compaoré aurait failli à sa mission s’il ne félicitait pas les forces de sécurité pour leur action qui a permis de rétablir l’ordre. Par conséquent, Simon Compaoré n’a nullement mal parlé. Aucune autorité d’un Etat voisin du Burkina ne soutiendra les chauffeurs de son territoire qui forcent les barrières de sécurité en ces temps de terrorisme. Les soupçons de manipulation politicienne qui pesaient contre certains des chauffeurs pour des règlements de comptes avec le ministre de la sécurité se confirment par les mots d’ordre intempestifs de grèves du syndicat des transporteurs routiers. Ils peuvent adresser une lettre de protestation au ministre ou publier une déclaration dans la presse. Mais, brandir chaque fois les menaces de grèves, démontrent leur intention de manipulation politicienne pour créer des pénuries d’essence et de produits de consommation dans le but de révolter les populations contre le Président Roch Marc Christian Kaboré et le ministre de la sécurité. C’est ceux qui espèrent arriver au pouvoir par la subversion, qui utilisent ces méthodes de troubles sociaux et des actes terroristes sporadiques. Ils essaient de diviser l’armée, d’opposer la police à la gendarmerie. Les populations doivent comprendre cette stratégie malveillante pour s’en démarquer en la dénonçant vivement. Le gouvernement est dans son rôle de défense des règles démocratiques et de la restauration de l’autorité de l’Etat. Le Burkina ne doit pas être utilisé par des anarchistes prédateurs de tout pour l’instauration d’un Etat voyou.


posté le 9 août 2017, par Alerte

Il existe des gens qui ont opté comme mode opératoire ,de créer des situations de crise socio-économique généralisée au Burkina dans le but de révolter les populations pour espérer une seconde insurrection supposée leur servir de raccourcis pour renverser le président Roch Kaboré et accéder à la présidence du Faso. Les incendies multiples, la hausse des prix des produits de grande consommation, la manipulation de syndicats et de médias, des actes terroristes et autres, relèvent de cette stratégie diabolique. Le réveil subite d’OSC par des conférences de presse, des sorties sur le terrain pour accabler le gouvernement, démontre qu’elles sont manipulées politiquement par ceux pour qui, l’insurrection est devenue un moyen rapide d’accession au pouvoir. Des OSC qui étaient très actives sous la transition en 2015 et qui recevaient de gros moyens financiers pour agiter la foule, étaient devenues ensuite courant 2016 des boucs émissaires de certains de leurs bailleurs de fonds. Mais le temps de la discorde semble être passé et des OSC indésirables sont vite devenues fréquentables avec des moyens financiers pour s’organiser. Leur simulacre de brouille avec leur bailleur de fonds était juste une stratégie de diversion de l’opinion publique pour insinuer qu’elles n’étaient pas manipulées par celui-ci. Les citoyens doivent rester vigilants pour éviter la politique dictatoriale de la courte échelle. Que ceux qui nourrissent des ambitions présidentielles se dévoilent clairement et attendent 2020 pour se prêter aux suffrages universels si réellement ils sont convaincus de leur popularité. Certaines OSC manipulées par un clan diabolique du pouvoir, font semblant d’être proches de l’opposition(CFOP) qu’elles espionnent et visent tactiquement la chute du président Kaboré pour permettre à leur mentor d’arriver à la présidence, même si c’est sur des fauteuils roulants à l’instar de Boutéflika. Des lois liberticides contre les droits de grève des syndicats, le tripatouillage du code électoral constituent également des moyens de dictature pour ce clan diabolique dans le but de son ascension à la présidence par tous les moyens. Roch ne pourra même pas être candidat en 2020 car, le clan va créer des intrigues pour qu’il ne soit pas désigné candidat. A moins qu’il se mette sous la bannière d’un autre parti. Voilà la réalité que les citoyens doivent comprendre pour savoir que tous les malheurs actuels du pays proviennent de ce clan de la pensée unique et des violences en politique.


posté le 9 août 2017, par Transporteur

Cher Christ
D’abord vous n’avez pas réagi à l’article et ensuite vous mentez.
Avec tout le respect que je vous dois permettez moi de vous traiter de menteur.
Je suis un transporteur et je sais parfaitement que ça n’a rien de politique.
Monsieur le ministre aurait dû être discret et sage.


posté le 9 août 2017, par Le Belge

Dans un véritable etat de droit, ces gendarmes seront arrètés et suspendus de leurs fonctions en attendant d’ètre traduits en justice. J’ai personnellement vu le film, c’est pas professionnel !!!!
Avec la balkanisation du Burkina, c’est normal que les chauffeurs agissent de la sorte en signe de solidarité.


posté le 10 août 2017

Si cette évaluation est bien menée, ce qui n’est point à mettre en doute avec monsieur SOME, ce serait peut être une grande première dans notre pays ; et si ensuite le Chef de l’Etat a la poigne nécessaire pour décider et opérer les réajustements utiles, ce serait de même une GRANDE BENEDICTION pour le Faso !
Gouverner, c’est aussi AGIR sans ETAT D’ÂME, et opérer sa propre révolution avant celle des autres !


posté le 11 août 2017, par Minata

Les populations du Burkina doivent vite se mobiliser contre les dérives anarchistes que les chauffeurs routiers tentent d’imposer dans le pays. Ils sont libres de faire des grèves mais, ils n’ont aucun droit d’empêcher les autres qui veulent continuer de mener librement leurs activités, sans se mêler à leurs intrigues politiciennes aberrantes. Tous les chauffeurs identifiés qui ont empêché des cars de voyager sur l’axe Bobo-Banfora-Côte d’Ivoire, doivent être interpellés pour leur signifier les règles du droit de grève. Les forces de sécurité doivent à l’avenir se munir d’appareils qui permettent de détecter le taux d’alcool chez les chauffeurs. Car, les accidents dramatiques et le mauvais comportement de nombreux chauffeurs pourraient être dus à la consommation excessive de stupéfiants ou d’alcool. Les propriétaires de camions et cars de transport doivent éviter d’embaucher des jeunes délinquants notoires comme chauffeurs. Les sanctions contre les accidents meurtriers de véhicules doivent être rigoureuses non seulement pour les chauffeurs mais aussi pour les propriétaires.


Ajouter un commentaire

 

L’AFFICHE DU JOUR

Pascal ZAIDA, donne rendez vous ce samedi, 21 octobre, au Rond Point des Nations Unies, pour son meeting (conférence de presse)

ZOODO TOP TEN
Un passé peu victorieux : Pascal Zaïda veut il se rattraper ?
ZOODOACTU.Le vaillant défenseur de la « modification de l’article 37 » et du « oui au référendum » (...)
CDP : Blaise Compaoré aux manettes ?
ZOODOINFOS.Trois ans après l’insurrection populaire d’Octobre 2014, l’ancien parti au pouvoir le (...)
Devant le tribunal : Boubacar et Diane.Viol ou pas ?
ZOODOACTU. B. Boubacar est menuisier de profession, âgé de 32 ans, célibataire sans enfant. Il a (...)
Fatma Samoura : "Le Burkina a déposé un recours devant le TAS, je ne peux…"
ZOODOINFOS.Dans une interview exclusive accordée à VOA Afrique, la secrétaire générale de la FIFA (...)
Devant le tribunal : « Je suis pasteur-formateur mais je n’ai pas pu résister à la tentation »…
ZOODOACTU.Yao J., 39 ans et Pasteur-formateur de profession, est prévenu d’avoir extorqué la (...)
Kôrô Yamyélé à Mariam SANKARA : " Thomas ne vous appartient plus à vous seuls ! "
ZOODOACTU.MARIAME, excuse-moi mais le Kôrô Yamyélé que je suis, a connu votre défunt mari que (...)
Match à rejouer contre le Sénégal : l’Afrique du Sud fait volte-face
ZOODOACTU.L’Afrique du Sud a fait un virage à 180 degrés. Après avoir déclaré accepter la décision (...)
Meeting du CED : le Naaba Kiiba de Tampouy met en garde Pascal Zaida
ZOODOINFOS. Le Naaba Kiiba de Tampouy s’oppose à la décision de Pascal Zaida de se retrancher chez (...)
Devant le tribunal : l’étudiant dans le gaz
ZOODOACTU.O. Boukary a comparu devant le tribunal de grande instance de Ouagadoudou ce mardi 17 (...)