ZoodoInfo
Les migrants à la croisée des chemins : entre recherche de bonheur et esclavagisme  20 novembre
Version imprimable de cet article Version imprimable

ZOODOINFOS.Les informations qui font la une sur les réseaux sociaux sur la vente des migrants comme esclaves en Lybie provoquent l’indignation et la consternation chez les uns et les autres et soulèvent encore l’épineuse question autour des jeunes africains qui quittent leur pays à la recherche de l’Eldorado.

Les migrations sont un phénomène pratiquées depuis des siècles par les populations du monde pour diverses raisons. Ces dernières décennies ce phénomène a pris de l’ampleur notamment sur le continent africain et nombreuses sont ces personnes qui partent à l’aventure dans l’espoir de trouver des cieux plus cléments quant à y laisser leurs vie dans la traversée comme quoi « je préfère la mort dans la mer que la honte devant mes paires ». Les mouvements migratoires s’inscrivent dans un contexte international en constante mutation (chocs économiques, crises humanitaires, menaces terroristes, réduction des opportunités de migration légale vers les pays de destination traditionnels, etc.). Ces mutations contribuent à la modification des routes et à la restructuration des espaces migratoires régionaux qui sont en proie à différentes formes de réprobations des pays d’accueils.

Il convient n’est-ce pas de blâmer d’une part les dirigeants africains qui généralement favorisent ce phénomène notamment à travers des processus électoraux mal maitrisés qui, la plupart du temps plonge le pays dans une instabilité politique. Il convient également de les blâmer en raison de l’insuffisance des politiques publiques pour la jeunesse ou plutôt devrais-je dire à l’absence de réelles politiques en faveur de la jeunesse qui peine à se tracer un chemin. Les sociétés africaines sont en effet caractérisées par des démographiques galopantes avec des populations qui se caractérisent par l’extrême jeunesse et qui sont exposées au chômage et à la pauvreté endémique. Une situation qui fait souvent naitre un sentiment de délaissement et de désengagement de la part des dirigeants politiques. Elle pense alors trouver la solution dans les autres contrées qui représentent pour elle le dernier recourt. Aussi, la défaillance rencontrée au sein des institutions publiques ainsi que du système éducatif copiée de toute pièce sans étude préalable en rapport à la réalité sociale de l’Afrique laissent sans perspective d’avenir une majeure partie de la jeunesse frustrée et soucieuse de son avenir qui ne voient dans la migration que la solution miracle pour améliorer sa situation de vie. En toute logique, au vu de ces conditions et des faibles opportunités en matière d’éducation et d’emploi, réservées à des couches minoritaires de la population il n’est pas étonnant de voir bon nombres d’africains emprunter la voix de la migration comme solution.

Cependant, « il est très facile de jeter la pierre sur l’autre » dit-on couramment. Quand bien même la situation socio-économique et politique est difficile dans un pays, la migration n’est pas forcement la mesure adéquate à prendre car il y’a de la ressource dans les Etats africains ; seulement nombreuses sont ces personnes qui qualifient la transformation de ces ressources de basses métiers préférant une mort dans le désert ou dans la mer à une honte au village. Il revient à ceux qui veulent aller à l’aventure de croire en leur potentiel et de créer de la richesse tout en étant dans leur pays car comme le disait Napoléon Hill « tout ce que l’esprit conçoit et crois il peut le réaliser » et surtout dépasser le cap de l’interrogation poser par une personne averti « qu’est-ce que l’Etat fait pour moi et se demander qu’est-ce que je fais pour l’Etat ». Car l’Etat ce n’est pas les dirigeants mais plutôt l’ensemble de la population d’un pays bien évidemment y compris soi-même.

Pour ne pas que ce phénomène soit pris dans l’étau de l’esclavage dans certaines régions il est plus que nécessaire pour les pays africains de mettre en place des actions innovantes, fortes et audacieuses afin d’offrir à la jeunesse africaines les opportunités de son plein épanouissement et de se poser comme des acteurs du développement. La jeunesse est le fer de lance de toute construction et de rayonnement socio-économique d’un Etat et les problématiques là concernant notamment celle du chômage devraient être appréhendées avec plus de perspicacité. Il revient aussi à tous ceux et toutes celles qui ambitionnent aller à la recherche de l’Eldorado de rester dans leurs pays et d’y travailler car ils ont tout à y gagner.

Aristide Sié San-Touma DAH,
Maître en Relations Internationales

Répondre à cet article

 

Il y a 2 commentaire(s) pour cet article

posté le 20 novembre 2017, par Raogo

Sandrine Dapsens

« Agir sur les causes des migrations c’est créer les conditions d’une croissance économique en faveur des pauvres[4] (Cfr Objectifs 1 et 8). En effet, il existe de grandes différences de croissance économique entre les pays du Nord et les pays du Sud ou de l’Est. Par exemple dans l’Union Européenne, le PIB par habitant est 14 fois plus élevé que le PIB des pays du Maghreb.
Comment créer ces conditions d’une croissance économique partagée par tous ? Par le biais d’un commerce équitable, de la réduction de la dette des pays pauvres, par l’ajustement des politiques d’agro-exportations qui pour le moment ont pour conséquence de déstructurer les circuits alimentaires régionaux car la production des villages est intégrée à la production mondiale et les communautés s’appauvrissent mangeant ce qu’elles ne produisent pas et produisant ce qu’elles ne mangent pas. La pauvreté jette sur les routes des hommes, des femmes, des enfants qui cherchent tout simplement à survivre. Les aider à produire, exporter, vivre de leur travail, réduira les migrations pour sortir de la misère. »

http://www.centreavec.be/site/les-causes-des-migrations-pistes-d%E2%80%99analyses-et-d%E2%80%99action


posté le 20 novembre 2017, par Raogo

Dr poussi sawadogo, historien – diplomate, conseiller andragogique/IACDI.

« La solution viendra d’une jeunesse consciente, bien éduquée, en rupture avec la pratique des pouvoirs actuels en place qui ne sont que répondants des dirigeants occidentaux pour préserver les intérêts de ces derniers..." Voici certaines des raisons profondes de ce qui se passe en Libye.
Ensemble, nous prenons le temps de digérer cette histoire et petit à petit, nous nous rendons compte qu’aussi bien les Africains que les Européens sont piégés et esclaves dans ces relations de connivence incestueuse et de complicité suicidaire. Il faut absolument un dialogue entre les jeunes générations pour rompre avec ces relations infructueuses, faites d’humiliation, de complexes, d’exploitation. Un monde dit civilisé qui a appris des leçons à travers les deux guerres mondiales et les différents extrémismes ne peut se satisfaire de telles relations déséquilibrées et inhumaines. »


Ajouter un commentaire

 

L’AFFICHE DU JOUR

Incendie ce dimanche 10 décembre midi, à la cour d’appel de Ouagadougou.

ZOODO TOP TEN
Devant le tribunal : le film d’une évasion spectaculaire à la MACO ...
ZOODOACTU.Ils sont trois Gardes de sécurité pénitentiaires (GSP) à comparaître devant le Tribunal de (...)
Madame Mariam Diallo née Zoromé, décédée
ZOODOINFOS. Le Ministre d’Etat, ministre de la Sécurité a le profond regret d’annoncer le décès de (...)
Conseil des ministres du 7 décembre 2017 : 57 973 462 203 FCFA pour la société KANIS LOGISTIC SA
ZOODOINFOS.Le Conseil des ministres s’est tenu à Ouagadougou, le jeudi 07 décembre 2017, en (...)
Situation nationale : le Kôrô Yamyélé parle au PM Paul Kaba TIEBA
ZOODOACTU.- Monsieur le PM PKT, j’ai lu votre déclaration très osée, voire injurieuse envers des (...)
11 choses que les femmes veulent mais qu’elles se gênent de dire aux hommes
ZOODOINTIMITE.1- Votre femme veut que vous soyez galant à tout moment. 2- Elle veut sentir (...)
Devant le tribunal : il simule un évanouissement, à la vue des gendarmes...
ZOODOACTU.I. Adama est commerçant, et tient une alimentation. Il a cependant été arrêté et déféré (...)
À suivre : des experts de l’ONU exhortent Ouagadougou à libérer Djibril Bassolé
ZOODOACTU.Les experts du Groupe de travail sur la détention arbitraire de l’ONU ont appelé jeudi (...)
Appel à contribution pour l’organisation d’une veillée et de l’inhumation de Oxy Dj
ZOODOACTU. De façon spontanée, les amis et collègues de l’artiste OXY dj se sont réunis le lundi 4 (...)
Ram OUEDRAOGO : " Blaise COMPAORE, un homme calme "
ZOODOACTU.J’ai eu l’honneur d’être reçu ce samedi 9 décembre 2017, par le Président Blaise Compaore. (...)
Simon Compaoré aux forces de sécurité de Pabré, Dapelgo, Kongoussi et Rouko : « Sachez que vous n’êtes pas oubliés »
ZOODOINFOS.Le Ministre d’Etat, Ministre de la Sécurité, Simon Compaoré était en tournée le dimanche (...)