Devant le tribunal
Devant le tribunal : Dame Simporé, victime de sa naïveté, écope six mois ferme...  10 janvier
Version imprimable de cet article Version imprimable

ZOODOACTU.Dame Simporé P. répondait ce 05 janvier 2018 devant le Tribunal de grande instance de Ouagadougou pour répondre de faits de faux, d’usage de faux, d’usurpation d’identité, entre autres faits. La victime est Dame Sougué H.

D’emblée, Dame Simporé, la prévenue, reconnait les faits. Elle raconte qu’elle vivait avec son mari, mais entre-temps, les choses n’allaient plus comme avant dans le bon sens. Elle prend l’initiative d’aller se confier à une famille voisine, pour se faire consoler.

Plus tard, le voisin lui propose de lui trouver de l’argent, à condition qu’elle accepte faire une affaire louche. Elle lui demande de quelle genre d’affaire il s’agit. Celui-ci lui dit qu’il y a une parcelle qu’il veut mettre en vente, car la propriétaire est décédée. Il lui explique l’affaire, afin qu’elle se fasse passer pour la défunte. Le voisin en question la met en contact avec des personnes, dont un démarcheur appelé Norbert, et une Carte nationale d’identité burkinabé (CNIB) sous l’identité de Dame Sougué, la victime, lui est fournie, pour une première fois, mais en photocopie. Avec cette photocopie, ils se rendent ensemble au guichet unique du foncier, pour signer l’acte de vente, mais l’on exige l’original de la CNIB.

Dame Simporé explique que lors de ce premier rejet de la photocopie de la CNIB, elle avait eu des problèmes conjugaux et se trouvait dans sa famille, où son mari est allé y déverser ses bagages.

Plus tard, elle est appelée au téléphone par son voisin, qui lui dit de venir parce que les choses sont en train de s’arranger. Elle lui répond qu’il connait bien ses problèmes conjugaux, donc elle ne veut plus en rajouter. C’est là qu’elle est intimidée par le démarcheur, Norbert, qui lui dit que ce n’est pas le moment de se rebiffer alors que tout est fin prêt, et qu’elle recevra comme promis la somme de 500 000 FCFA.

Une deuxième CNIB est alors produite, et, avec cette pièce, ils se rendent en compagnie du démarcheur pour signer l’acte de vente au Guichet unique du foncer. C’est là qu’ils seront appréhendés par la Gendarmerie qui les y attendait. Les deux personnes sont ensuite entendues, et relaxées, dans un premier temps.

La victime, Dame Sougué, pour sa part, explique qu’elle est revenue du travail et son mari lui a dit qu’une personne cherchait à lui parler parce qu’il a des choses à lui demander. C’est là qu’elle est informée du fait que sa parcelle, située à Ouaga 2000, est l’objet de vente et que les personnes qui sont venues pour signer l’acte ont produit une fausse CNIB. Elle explique que bien vrai, elle voulait vendre sa parcelle pour envoyer son fils étudier à l’étranger. Elle lui a donné les photocopies du Permis urbain d’habiter pour trouver un acquéreur, mais comme tout était rentré dans l’ordre grâce à son mari qui a pu régler cette affaire, elle avait donc sursis à cela. Elle estime que c’est la photocopie du PUH qui a été transformée en original, et qui s’est retrouvée au sein des documents au niveau du guichet unique du foncier pour vente.

Pour revenir à la prévenue, Dame Simporé, elle explique qu’elle ne voulait pas encore de cette affaire. Mais il se trouve qu’elle était sous pression du démarcheur, Norbert, qui la menaçait de lui jeter des sorts et la rendre folle. Et c’est en dernier lieu qu’elle a accepté terminer ce qu’elle avait commencé, pour avoir la paix. Sauf qu’elle sera interpellée, ainsi que le démarcheur Norbert. Tous deux seront ensuite entendus et relaxés. Mais le mari de Dame Sougué, qui voulait voir clair dans l’affaire, pour connaître les commanditaires, saisit le Procureur qui a reconduit l’affaire. Seule Dame Simporé a été appréhendée, pendant que les autres ont tous disparu...


Elle se retrouvait seule donc à la barre, pour en répondre des faits...

La victime, pour sa part, estime que Dame Simporé a été victime elle aussi de malfrats qui l’ont utilisée à leurs fins. Elle ne réclame rien contre celle-ci.

L’avocat de la prévenue, Me Yamba Roger, est venu ensuite pour expliquer qu’il ne connait pas la prévenue. Il a juste été contacté par une ONG qui oeuvre dans le sens de l’assistance aux femmes en situation de conflit avec la loi, pour défendre Dame Simporé. Il explique la naïveté dont celle-ci a été victime, surtout qu’elle avait des problèmes au foyer et qu’elle cherchait une issue de secours. Et la somme de 500 000 FCFA était la bienvenue. Il reconnait que les actes posés sont condamnables, mais estime que le tribunal doit avoir de la compréhension envers cette femme qui a trois enfants...

Le Procureur a requis contre Dame Simporé la peine de prison de 12 mois avec sursis. Elle a été finalement condamné à 6 mois de prison ferme, par le tribunal...

Claire Leboeuf

Répondre à cet article

 

 

ZOODO TOP TEN
Devant le tribunal : Kader vole le fétiche de son village...
ZOODOACTU.Voilà un monsieur, B. Kader, qui se fourre dans des ennuis... Il est poursuivi de vol (...)
Pascal Bouda : " un homme politique use de son poids pour régler des comptes avec ma personne.."
ZOODOINFOS.La présente déclaration fait suite à ma sortie médiatique du 19 octobre 2017 où je (...)
CDP : Eddie Komboïgo n’a pas lu ’’la lettre de démission’’ de Léonce Koné
ZOODOACTU.Le président du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP, ex parti au pouvoir) Eddie (...)
Somgandé / 7 personnes mortes suite à une bousculade :"Moi-même j’ai pensé que c’était fini pour moi"
ZOODOACTU.Dans la nuit du 20 au 21 avril dernier s’est produit uu drame au Plateau Omnisports du (...)
Sandwicherie : " Tanti-Propre " s’en est allée
ZOODOACTU.Le monde de la restauration est en deuil. Ce grand restaurant, « Chez Tanti-propre », (...)
Devant le tribunal : Judith, pour porter le chapeau...
ZOODOACTU.Une affaire qui a été reportée par le Tribunal de grande instance de Ouagadougou, il y a (...)
Devant le tribunal : c’est à Akaptamé, que l’argent a disparu...
ZOODOACTU.Voilà une affaire qui remonte de depuis l’an 2012, qui était en instruction depuis lors (...)
Comité de veille parlementaire CNT : " le poste du haut représentant est dangereux..."
ZOODOACTU. Le Comité de veille parlementaire CNT (CV/CNT) était face à la presse ce mercredi 25 (...)
Signature de conventions d’extradition et d’entraide judiciaire entre la France et le Burkina Faso
ZOODOINFOS. L’ambassadeur de France au Burkina Faso, Xavier LAPEYRE DE CABANES et le ministre de (...)
Devant le tribunal : 44 ans, violeur sur une mineure de 12 ans, et sans remord...
ZOODOACTU.Viol sur la personne de Z. Fadila, mineure âgée de 12 ans lors des faits... L’auteur (...)