ACTUALITE
Journée internationale des droits de la femme : la communauté burkinabè de France célèbre  13 mars
Version imprimable de cet article Version imprimable

ZOODOACTU.Ce dimanche 11 mars 2018, au Palais des Congrès de Montreuil à Paris, la communauté burkinabè de France a célébré la journée internationale des droits de la Femme. C’était en présence de l’épouse du Président du Faso, Mme Sika Kaboré.

La tradition a été respectée pour la communauté burkinabè de France. Pour la 7è fois consécutive et ce, depuis 2012, la journée internationale des droits de la Femme a été célébrée dans une ambiance de fraternité.
Autour du thème de la participation de la femme à la gouvernance, état des lieux, défis et perspectives, la communauté a pu faire un partage d’expériences en vue de dégager des pistes de solutions.
C’est d’abord par un hommage appuyé aux victimes des attaques du 2 mars dernier que la cérémonie a débuté. A leur mémoire, mais aussi à la mémoire de Mme Ramata Zongo, chauffeur de taxi parisien, décédée le 26 janvier 2018 à Koudougou, marraine de l’édition 2016 de la journée internationale des droits de la Femme, une minute de silence a été observée.
Union et solidarité entre les femmes, tel aura été le leitmotiv tout au long de la commémoration. Pour le Consul général, Mme Adiara Koussoubé, cela est nécessaire, pour que la femme ne soit pas la « reine » d’un jour, mais que les droits de la femme deviennent au quotidien une réalité.

L’ombre du président Thomas Sankara aura plané sur cette commémoration en terre française. A travers la projection d’un documentaire intitulé « Femmes burkinabè, 50 ans de combat » réalisé en 2010, l’actualité du discours du leader de la Révolution sur l’émancipation de la femme, qui « prônait une implication effective, active et totale des femmes en vue du développement, de l’épanouissement et de la réussite économique et financière de chaque fille et fils du Burkina » a été soulignée. Mais rappellera la marraine de l’édition 2018, Mme Yasmina Samaté, « le constat, 31 ans après le mémorable discours du Président Thomas Sankara, reste, malheureusement, très désolant voire révoltant au regard du faible positionnement des femmes à des hauts postes de responsabilités-clé dans la gestion de notre cité ».
Beaucoup d’efforts ont cependant été consentis par le Burkina Faso pour une meilleure prise en compte des droits de la femme, tant sur le plan politique que sur le plan économique, socio-éducatif et culturel, a-t-on néanmoins reconnu. Les mécanismes de micro-finance et de micro-crédit, la loi sur la participation des femmes en politique…sont autant d’instruments qui doivent être mis en œuvre, à bon escient, pour une meilleure implication de l’autre moitié du ciel.
En partance pour le siège des Nations-Unies à New-York, où elle devait participer à des travaux de la commission sur la condition de la femme, Mme Sika Kaboré, épouse du Chef de l’Etat, a tenu à communier avec la communauté autour de cette journée. Elle en a profité faire l’état des lieux des échanges que les femmes du Burkina Faso ont eus le 8 mars avec le Président du Faso. Il ressort que d’importants engagements ont été pris, dont, par exemple, la mise en place de batteries législatives contraignantes pour les listes électorales. « La volonté politique ne fait pas défaut au président du Faso », a rassuré Mme Kaboré. Cependant, ajoutera-t-elle, les femmes doivent être unies, solidaires, car le spectacle de la femme, ennemie de la femme doit être banni.
En remerciant l’assistance, pour clore la journée, Alain Francis Gustave Ilboudo, ambassadeur du Burkina Faso à Paris, n’a pas manqué d’exprimer sa satisfaction pour la qualité des échanges et réflexions, et pour le défi qui a été relevé, d’externaliser la cérémonie en dehors des locaux de l’ambassade.

R. A. BAMBARA- A. BAGHNYAN, AmbabfParis
www.ambaburkina-fr.org
service.presse@ambaburkina-fr.org
www.facebook.com/ambabfparis

Répondre à cet article

 

 

ZOODO TOP TEN
Burkina : Blaise Compaoré n’a pas renoncé au pouvoir et compte y revenir, selon Etienne Traoré
ZOODOINFOS.Le président du parti politique Burkina Yirwa Etienne Traoré dans une interview parue (...)
Devant le tribunal : "...c’est donc de là que sont venus les attouchements "
ZOODOACTU.T. Edouard est âgé de 21 ans, se dit apprenti-coiffeur. Il est accusé de viol sur la (...)
Situation nationale : des anciens révolutionnaires sortent...
ZOODOACTU.La vie se déroule selon un processus marqué par de grandes étapes et les humains ont (...)
Devant le tribunal : brouilles entre un chirurgien-dentiste et sa secrétaire-comptable
ZOODOACTU.K. Yolande est poursuivie pour des faits de faux, d’usage de faux et d’abus de (...)
Un recrutement de personnels d’appoint notamment les retraités et les volontaires pour la continuité du service public
ZOODOACTU.Le conseil des ministres s’est tenu ce lundi 18 juin 2018 sous la présidence de Roch (...)
Crise au MINEFID : un front-anti grévistes accuse les syndicats en grève d’être des opportunistes
ZOODOACTU.Ce lundi 18 juin 2018, à la Direction générale de la coopération (DGCOOP), des agents du (...)
Devant le tribunal : mystère autour de cette perte à GECOM-SIDCO Burkina
ZOODOACTU.Affaire complexe pour sieur K. Elie, qui est poursuivi pour des faits d’abus de (...)
Conseil des ministres du 20 juin 2018 : 492 procédures administratives ont été identifiées et seront simplifiées d’ici à 2020
ZOODOACTU. L’hebdomadaire Conseil des ministres s’est tenu ce mercredi 20 juin 2018 sous la (...)
Archidiocèse de Ouagadougou : voici le mouvement des prêtres 2018-2019.
ZOODOACTU.Voici la nouvelle configuration des équipes pastorales pour 2018-2019.
Crise au MINEFID : l’Institut Martin Luther King d’Etudes Politiques demande aux parties d’aller au dialogue
ZOODOACTU.L’IEP-ML King fait le triste constat que depuis le début de la crise au sein du MINEFID (...)