ACTUALITE
Rencontre nationale sur le système de rémunération des agents de la fonction publique : les organisations syndicales ne participeront pas si…  16 avril
Version imprimable de cet article Version imprimable

ZOODOACTU.Le Bureau de la Coordination des Syndicats de la Fonction Publique a tenu une conférence de presse ce lundi 16 avril 2018 à Ouagadougou à la Bourse du travail. Cette rencontre a pour but d’informer l’opinion sur la position de la coordination, relativement à l’annonce faite par le Gouvernement de tenir une rencontre nationale sur le système de rémunération des agents de la fonction publique burkinabè.
La coordination informe de la non-participation des organisations syndicales au processus selon le format amorcé par le Gouvernement et invite celui-ci à rectifier sa position.

Dans son message adressé à la nation à cette fin de l’année 2017, le Président du Faso annonçait la convocation d’une rencontre sur la réforme du système de rémunération des agents publics de l’Etat. A ce propos, le 23 février 2018, le Premier Ministre, a reçu, à sa demande, l’Unité d’Action Syndicale(UAS) pour lui livrer la primeur de l’information sur cette question. Après avoir développé sur le caractère insoutenable de l’expansion des dépenses salariales qui handicapent le Gouvernement dans les investissements en faveur du développement, il a annoncé la nécessité de mettre en œuvre l’annonce du chef de l’Etat. Une mise en œuvre qui se traduira le 28 février 2018, avec le lancement officiel de la conférence avec remise d’un document de base aux parties prenantes, document comprenant deux parties à savoir un diagnostic de la situation et des propositions de solutions. Par la suite, un délai de trois semaines sera accordé aux parties prenantes pour l’examen du document de base et la transmission de leurs propositions à un secrétariat technique qui se chargera de les synthétiser. Aussi dans l’optique de cette mise en œuvre, on peut noter une convocation courant mars d’une conférence nationale avec autour de la table le gouvernement, les organisations syndicales et les « forces vives de la nation »pour exprimer les propositions.
Ce dossier avancé par le Gouvernement a été reversé par l’Union d’Action Syndicale(UAS) à la Coordination, qui à son tour l’a analysé et a pris la décision de ne pas participer à cette conférence nationale dans le format proposé.
La Coordination a en outre proposé une alternative consistant à ce que le Gouvernement revoie le format, « si tant est que l’objet de la discussion c’est la rémunération des agents publics » insistera Souleymane Badiel, Porte-Parole de la Coordination à cette conférence de presse. Pour lui, dans ces conditions, le format doit être réduit au Gouvernement en tant qu’employeur et d’autres parts aux organisations syndicales en tant que représentants des travailleurs. « On sait ce qu’il y a au centre des débats » a-t-il exprimé, avant de poursuivre « c’est des questions touchant au contrat qui lie les deux parties, à savoir l’Etat et les agents en tant qu’employé ».

Le deuxième aspect évoqué par la coordination, c’est que dans le cas où le gouvernement conserve le format qui est élargie aux Forces Vive de la Nation, les organisations syndicales proposent que le sujet de débat ne porte pas uniquement sur la rémunération des agents, mais plutôt sur la richesse de notre pays, et sa gestion. Cela nous permettra, soutiendra le porte-parole, d’en faire un débat national pour voir comment cette richesse est créée et comment concrètement elle est gérée. Une chose qui permettra également selon lui, de mettre le doigt sur les préoccupations réelles, pour véritablement comprendre si les difficultés actuelles ne sont pas plus liées à la gestion faite de cette richesse que plutôt qu’à autre chose.

Les conférenciers invitent le gouvernement à se pencher sur l’alternative qu’ils proposent si tant est que la volonté du Gouvernement est celle de résoudre les problèmes qu’il semble poser. Par conséquent, la coordination informe qu’elle se donnera les moyens de défendre comme il se doit avec fermeté sa position sur cette question.

Hermann Guingané

Répondre à cet article

 

Il y a 2 commentaire(s) pour cet article

posté le 17 avril 2018

Syndicalement bien analysé. Bravo pour la clairvoyance.


posté le 18 avril 2018, par kabore

bien dit,soutien à vous


Ajouter un commentaire

 

ZOODO TOP TEN
Drame : violent accident, deux morts
ZOODACTU.Un accident mortel s’est produit ce vendredi 21 septembre 2018, sur l’Avenue Joseph (...)
Burkina/Putsch manqué : le capitaine Abdoulaye Dao aurait joué un rôle crucial dans la prise du pouvoir
ZOODOINFOS.Absent de Ouagadougou, dès les premières heures du putsch manqué du 16 septembre 2015, (...)
Devant le tribunal : « c’est le jour de mon anniversaire que j’ai appris à fumer le cannabis »
ZOODOACTU.O. M. était devant le Tribunal de grande instance de Ouagadougou ce mardi 18 septembre (...)
Procès putsch 2015 : - je ne peux pas porter un bébé que je n’ai pas conçu
ZOODOACTU. Au deuxième jour de son interrogatoire, le capitaine Abdoulaye, commandant du (...)
Affectation au niveau de l’administration policière : l’UNAPOL demande aux policiers et policières de redoubler de vigilance...
ZOODOACTU. Ceci est un communiqué de l’UNAPOL, au sujet des mouvements dans l’administration . La (...)
Devant le tribunal : règlement de comptes entre vieux complices..
ZOODOACTU.B. Franck était devant le Tribunal de grande instance de Ouagadougou ce vendredi 21 (...)
Devant le tribunal : 5 ans dont 3 ans ferme pour Soumaïla, qui répondait seul à la barre, après évasion de son acolyte
ZOODOACTU.O. Soumaïla est poursuivi pour actes de grand banditisme. Il en répondait des faits ce (...)
Conseil des ministres du 19 septembre 2018 : de vastes nominations
ZOODOINFOS.Conseil des ministres s’est tenu à Ouagadougou, le mercredi 19 septembre 2018, en (...)
Synthése du conseil des ministres du 19 septembre 2018 :cadrages de la circulation des véhicules poids lourds au centre ville
ZOODOACTU. Le conseil des ministres s’est tenu, ce mercredi 19 septembre 2018, sous la (...)
Cancer du sein masculin : les signes qui doivent alerter
ZOODOACTU. Le cancer du sein, qui touche chaque année 54 000 femmes en France, peut aussi (...)