ACTUALITE
Présidentielle 2018 : Les engagements forts d’IBK pour un second quinquennat  4 juin
Version imprimable de cet article Version imprimable

ZOODOINTER.Le lundi 28 mai 2018, à sa résidence, sise à Sébénikoro, le Président de la République Ibrahim Boubacar Keïta, a levé le voile sur sa volonté à briguer un nouveau mandat. Alors, candidat à sa propre succession, il a dressé les grandes lignes de son premier mandat avant de prendre des engagements pour un second mandat.

« Je me porte candidat à la présidentielle du 29 juillet 2018. Je vous demande de me renouveler votre confiance ». C’est en ces termes que le président de la République a déclaré officiellement sa candidature pour l’élection présidentielle du 29 juillet 2018. Il a ainsi mis fin à un long suspense et annoncé une nouvelle phase.

Dans son adresse à la nation, IBK a relevé un bilan satisfaisant de son premier mandat, nonobstant les contraintes dues au contexte politico-sécuritaire que traverse le pays.

« Je ressens simplement et seulement le profond désir de poursuivre mon devoir qui est de servir au mieux le Mali en ces heures où les incertitudes ne sont pas encore totalement levées », a exprimé le candidat d’Ensemble pour le Mali.

Conscient des défis de l’heure, Ibrahim Boubacar Keïta a souligné la nécessité de préserver les résultats engrangés et de continuer les efforts allant dans le sens de la satisfaction de la demande sociale.
« Le plus important est de capitaliser les résultats obtenus dans le travail et dans l’engagement, de hausser le niveau de nos ambitions, d’accentuer notre effort en faveur des couches les plus défavorisées et de dégager des perspectives nouvelles », a-t-il indiqué.

Pour cela, IBK s’est engagé à consolider les acquis, à améliorer la prise en charge des urgences et à restituer entièrement à notre pays sa grandeur de nation debout.

« Je m’attacherai aussi à relever entièrement et définitivement le triple challenge de la restauration de la paix, de la reconquête de l’unité et de la réussite de la réconciliation nationale. La Charte issue des travaux de la Conférence d’entente nationale balise le chemin à suivre. Elle préconise des actions vigoureuses et précise ce que j’initierai dans les plus brefs délais. Je suis en effet convaincu que notre vivre ensemble restauré constitue notre plus grande assurance de poursuivre de l’avant et aller encore loin. Nous sommes arrivés à un point où seules des décisions courageuses et novatrices nous aideront à nous retrouver et à nous rassembler », a-t-il promu.

S’agissant de la demande sociale et la gouvernance, IBK a laissé entendre qu’il se pencherait davantage sur les préoccupations des Maliens, que sont le social et la gouvernance.

« L’un et l’autre font déjà l’objet d’une prise en charge privilégiée, mais que j’estime encore insatisfaisante. Dans le domaine du social, il faut installer chez les Maliens la certitude que veille sur eux un Etat secourable, dédié à l’amélioration de leurs conditions de vie et capable de leur ouvrir de véritables perspectives d’avenir. Je ferai donc amplifier les actions du Programme Présidentiel d’Urgences Sociales, car grâce à elles les besoins fondamentaux et pressants de nombreuses collectivités peuvent être satisfaits de manière rapide et efficace. En ce qui concerne l’emploi des jeunes, une démarche plus pragmatique va être adoptée. Elle visera à réduire les offres précaires, à multiplier les opportunités dans les secteurs réellement émergents et à soutenir les initiatives d’auto emploi », a indiqué le candidat.

Plus loin, le président de la République dira que le plus important pour lui, est le jugement de Maliens sur son bilan. Il entend placer en tête des priorités la sécurisation du territoire national.

« Votre jugement sur mon bilan est le seul qui importe. J’ai l’intime conviction que nos efforts combinés- les miens et les vôtres – nous auront permis non seulement d’enregistrer des acquis remarquables, mais aussi et surtout de progresser dans la bonne direction et de trouver la juste cadence. Mais ce qui est à retenir, c’est que nous avons réussi à avancer en évitant des hésitations qui auraient eu des conséquences désastreuses », a-t-il insisté.

SISSOKO

Répondre à cet article

 

 

ZOODO TOP TEN
Burkina : Blaise Compaoré n’a pas renoncé au pouvoir et compte y revenir, selon Etienne Traoré
ZOODOINFOS.Le président du parti politique Burkina Yirwa Etienne Traoré dans une interview parue (...)
Devant le tribunal : "...c’est donc de là que sont venus les attouchements "
ZOODOACTU.T. Edouard est âgé de 21 ans, se dit apprenti-coiffeur. Il est accusé de viol sur la (...)
Situation nationale : des anciens révolutionnaires sortent...
ZOODOACTU.La vie se déroule selon un processus marqué par de grandes étapes et les humains ont (...)
Devant le tribunal : brouilles entre un chirurgien-dentiste et sa secrétaire-comptable
ZOODOACTU.K. Yolande est poursuivie pour des faits de faux, d’usage de faux et d’abus de (...)
Un recrutement de personnels d’appoint notamment les retraités et les volontaires pour la continuité du service public
ZOODOACTU.Le conseil des ministres s’est tenu ce lundi 18 juin 2018 sous la présidence de Roch (...)
Crise au MINEFID : un front-anti grévistes accuse les syndicats en grève d’être des opportunistes
ZOODOACTU.Ce lundi 18 juin 2018, à la Direction générale de la coopération (DGCOOP), des agents du (...)
Devant le tribunal : mystère autour de cette perte à GECOM-SIDCO Burkina
ZOODOACTU.Affaire complexe pour sieur K. Elie, qui est poursuivi pour des faits d’abus de (...)
Conseil des ministres du 20 juin 2018 : 492 procédures administratives ont été identifiées et seront simplifiées d’ici à 2020
ZOODOACTU. L’hebdomadaire Conseil des ministres s’est tenu ce mercredi 20 juin 2018 sous la (...)
Archidiocèse de Ouagadougou : voici le mouvement des prêtres 2018-2019.
ZOODOACTU.Voici la nouvelle configuration des équipes pastorales pour 2018-2019.
Crise au MINEFID : l’Institut Martin Luther King d’Etudes Politiques demande aux parties d’aller au dialogue
ZOODOACTU.L’IEP-ML King fait le triste constat que depuis le début de la crise au sein du MINEFID (...)