Devant le tribunal
Devant le tribunal : Dame Djennèba, le GSP et le juge d’instruction...  6 août
Version imprimable de cet article Version imprimable

ZOODOACTU. Dame C. Djennèba a comparu ce vendredi 04 août 2017 devant le Tribunal de grande instance (TGI) de Ouagadougou pour répondre de faits de corruption et de tentative d’escroquerie. Les faits sont que Djennèba a vécu entre temps à la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou (MACO), où elle y séjournait pour usage de faux. Dans cette première affaire, elle s’était procuré un faux acte de mariage et avait été épinglée.

L’histoire est que celle-ci, qui résidait à Abidjan, a été appelée à Ouagadougou par son amant pour être la directrice générale d’une société qu’il venait de créer. Elle était payée à plus d’un million FCFA. Entre temps, la femme de l’amant, qui a eu vent de l’affaire, est venue de l’extérieur en catastrophe pour faire le point. Et c’est dans ce contexte que Djennèba s’est fait établir ce faux acte de mariage, où elle a été prise et condamnée. Elle a été ensuite mise en liberté provisoire, 4 mois plus tard.

Pendant qu’elle était en prison, elle a eu le temps de connaitre Mélina C., une d’origine étrangère qui était en correctionnelle pour deal de cocaïne. Elle s’est pris de compassion pour celle-ci, qui était détenue depuis trois ans, et qui n’avait personne au Burkina pour la soutenir. Mélina lui explique que la caution était d’un montant de 1 500 000 FCFA.

Elle décide de faire des démarches, afin qu’elle bénéficie de la liberté provisoire aussi. Et c’est là qu’elle rentre en contact avec un Garde de sécurité pénitencier, Sédego K., dit Commissaire. Elle lui demande de voir le juge du cabinet N°4 afin qu’il accorde la liberté sous caution à Mélina, car celle-ci est sans soutien à la MACO.

Un jour, un monsieur, qui prétend être Wallace Ouédraogo, l’appelle et lui dit qu’il vient de la part du juge et qu’il est le petit frère de celui-ci. Ils se rencontrent ensuite dans un endroit, et, après discussions pour s’assurer que c’est vraiment le juge qui envoyait son petit frère, cela en lui posant des questions sur le montant de la caution, elle lui remet la somme d’un million FCFA. Quelques jours plus tard, elle lui remet la somme de 350 000 FCFA, expliquant que c’est Mélina qui va compléter le reste une fois en liberté. Peu de temps après, Mélina est en liberté provisoire. Elle est logée par Djennèba, pendant un bon bout de temps.

Sauf que Mélina allait commencer à prendre des habitudes, et des plus mauvaises, parce qu’elle sortait le soir à 18 heures et ne revenait que le lendemain matin. Ensuite, elle a purement et simplement disparue.

Djennèba, qui est inquiète, vient signaler l’affaire à la justice, parce que c’est elle la garante pour sa liberté, et va ensuite le faire à l’ambassade du Nigéria au Burkina, leur disant qu’une des leur avait usé de son argent sans pour autant rembourser, alors que ce c’est qui était convenu. C’est l’ambassade qui a appelé le parquet pour expliquer qu’une dame a donné de l’argent à un juge pour la liberté sous caution d’une détenue, et que celle-ci réclamait son dû. L’objet de cette procédure de corruption en est ainsi la cause, pour le premier chef d’inculpation.

Pour le second chef d’inculpation, qui est de l’escroquerie, le ministère public estime que le fait que Djennèba réclame 1 500 000 FCFA est injuste, parce que c’est 1 350 000 FCFA que l’on a pris avec elle. Donc elle ne devait réclamer que 150 000 FCFA…

Où est passé rentré l’argent ?

Le GSP, couramment appelé Commissaire, est ensuite appelé à la barre. Il explique de Djennèba l’a contacté pour aider Mélina en parlant au juge du cabinet N°4, mais il a purement et simplement refusé. Ils ne se sont vus que deux fois, cela au palais de justice, où elle est venue prendre son numéro de téléphone, et la seconde fois, pour lui parler de l’affaire. Il n’a reçu que 5 000 FCFA, selon lui, et c’est la prévenue qui le lui a donné pour son carburant.

Il déclare ne pas connaitre le sieur Wallace Ouédraogo, celui qui est venu prendre l’argent avec Djennèba. Il explique que depuis qu’il a dit qu’il ne pouvait pas l’aider, il n’avait plus de raison d’être en contact avec elle, même si celle-ci l’appelait de temps en temps et qu’il ne décrochait pas.

Le mystérieux Wallace Ouédraogo était donc introuvable, et, Djennèba a ainsi accordé sa confiance à de faux-types. Premier point. Second point, il demeure que le juge d’instruction en question était énervé, parce qu’il a été accusé gratuitement, pendant qu’il n’est même pas au courant de quelque chose.

"C’est vous qui faites qu’on indexe les magistrats dans la rue…"

Le procureur n’est pas du tout content des agissements du GSP. Il estime que c’est eux qui font que les juges sont accusés à tort de corruption, pendant que ceux-ci n’en savent rien. Il a également dit que c’est Commissaire qui devait venir dénoncer ce cas de corruption, puisque lui-même étant un agent de la Justice. Il a reconnu cependant dame Djennèba coupable des faits qui lui sont reprochés. Primo, parce qu’elle a essayé de corrompre un magistrat, et secundo, parce que ce n’est pas la somme réclamée dont elle avait droit, mais seulement 150 000 FCFA.
Il a requis que Djennèba soit condamnée à une peine d’emprisonnement de 24 mois et d’une amende de 3 millions FCFA ferme.

Par compassion…

L’avocat de la prévenue, Me Sombié, n’est pas d’avis avec le procureur. Il estime que pour une dame qui a pris compassion pour une codétenue, a dépensé 1350 000 FCFA pour sa liberté, ne doit pas être punie de la sorte, car dans cette affaire, c’est celle-ci qui se plaint, et sa plainte a été déposée depuis le mois de juin dernier. Cette procédure devait donc être engagée dès ce jour-ci, au lieu de la condamner.

L’avocat explique que dame Djennèba a plus de 50 ans. Elle a une carrière de fonctionnaire bien rempli de l’Etat de Côte d’Ivoire, et est en plus propriétaire de boutiques et de boîtes de nuit qu’elle gère. Par ailleurs, elle est le responsable des femmes RDR de son quartier en Côte D’Ivoire et est proche de certaines personnalités du pays. Donc, ce n’est pas pour une histoire d’un million et quelques qu’elle va tenter d’escroquer quelqu’un. Il crie haut et fort que ce n’est que des miettes et que sa cliente n’est pas à cela près. Il a tout simplement demandé la relaxe pure et simple de sa cliente, mais demande plutôt de poursuivre le GSP, car surement que celui-ci connait le sieur Wallace et avec qui il est de connivence.

Après une suspension de l’audience de plus d’une heure, le tribunal est venu rendre le verdict, en condamnant Djennèba à 24 mois de prison ainsi que les trois millions requis par le procureur, mais avec sursis…

C.L.

Répondre à cet article

 

Il y a 2 commentaire(s) pour cet article

posté le 6 août 2017, par Lat Dior

une question subsiste : qui a pris l’argent ? qui a accordé la liberté sous caution a la dame et a quelle condition ?


posté le 9 août 2017, par Interrogation

Bien dit Lat Dior. Cette histoire ressemble a un clan de puissants et intouchables vautours qui se liguent pour punir leur victime tout simplement parcqu’elle les a humilies avec sa plainte.


Ajouter un commentaire

 

L’AFFICHE DU JOUR

Pascal ZAIDA, donne rendez vous ce samedi, 21 octobre, au Rond Point des Nations Unies, pour son meeting (conférence de presse)

ZOODO TOP TEN
Un passé peu victorieux : Pascal Zaïda veut il se rattraper ?
ZOODOACTU.Le vaillant défenseur de la « modification de l’article 37 » et du « oui au référendum » (...)
CDP : Blaise Compaoré aux manettes ?
ZOODOINFOS.Trois ans après l’insurrection populaire d’Octobre 2014, l’ancien parti au pouvoir le (...)
Devant le tribunal : Boubacar et Diane.Viol ou pas ?
ZOODOACTU. B. Boubacar est menuisier de profession, âgé de 32 ans, célibataire sans enfant. Il a (...)
Fatma Samoura : "Le Burkina a déposé un recours devant le TAS, je ne peux…"
ZOODOINFOS.Dans une interview exclusive accordée à VOA Afrique, la secrétaire générale de la FIFA (...)
Devant le tribunal : « Je suis pasteur-formateur mais je n’ai pas pu résister à la tentation »…
ZOODOACTU.Yao J., 39 ans et Pasteur-formateur de profession, est prévenu d’avoir extorqué la (...)
Kôrô Yamyélé à Mariam SANKARA : " Thomas ne vous appartient plus à vous seuls ! "
ZOODOACTU.MARIAME, excuse-moi mais le Kôrô Yamyélé que je suis, a connu votre défunt mari que (...)
Match à rejouer contre le Sénégal : l’Afrique du Sud fait volte-face
ZOODOACTU.L’Afrique du Sud a fait un virage à 180 degrés. Après avoir déclaré accepter la décision (...)
Meeting du CED : le Naaba Kiiba de Tampouy met en garde Pascal Zaida
ZOODOINFOS. Le Naaba Kiiba de Tampouy s’oppose à la décision de Pascal Zaida de se retrancher chez (...)
Devant le tribunal : l’étudiant dans le gaz
ZOODOACTU.O. Boukary a comparu devant le tribunal de grande instance de Ouagadoudou ce mardi 17 (...)