Devant le tribunal
Devant le tribunal : la DGPML assigne en justice un présumé fournisseur de faux vaccins  8 septembre
Version imprimable de cet article Version imprimable

ZOODOACTU. H. Mamadou, marié, père d’un enfant, est un gérant de dépôt de produits pharmaceutiques à Bobo-Dioulasso. Il a maille à partir avec la Direction générale de la pharmacie, des médicaments et des laboratoires (DGPML) pour avoir fourni des vaccins contrefaits à des gérants de pharmacie du Niger. Il était à la barre devant le Tribunal de grande instance de Ouagadougou pour en répondre des faits, ce mardi 05 septembre 2017.

Il est reproché à sieur H. Mamadou d’avoir importé des produits pharmaceutiques, sans enregistrement préalable des services compétentes, entre autres faits, cela en défaut des textes.

Pour l’histoire, le prévenu raconte qu’il a l’habitude de se rendre au Nigéria pour passer des commandes. Il y est allé dans ce cadre en novembre 2016. De là-bas, il reçoit ensuite un appel du Niger voisin d’un pharmacien qui lui demande si toutefois il pouvait lui fournir une quantité de vaccins. Il répond par la négative, mais explique qu’il se trouve au Nigéria, et va donc en parler à certains gérants de pharmacie. C’est là qu’il en parle à son ravitailleur, qui explique qu’il a les vaccins en question et qu’il peut faire la livraison.

Ladite livraison est donc effectuée entre les deux parties, à savoir le pharmacien du Nigéria et celui du Niger.

Plus tard, les services de santé du Niger font une enquête et constatent que dans leurs officines se vendent des vaccins contrefaits, ce qui est impropre bien-sûr à la santé des populations. Les services de sécurité se chargent ensuite de l’enquête, et le nom de H. Mamadou ressort. Le rapport des services de santé du Niger est illico envoyé à ceux du Burkina, pour les aider à faire les recherches. C’est de là donc que sont venus les ennuis de Mamadou.

Il est convoqué par les services de santé à Ouagadougou, étant donné qu’il se trouve à Bobo, et l’on lui raconte ce qui est écrit dans le rapport des services de santé nigériens et où il est cité comme fournisseur.

Mamadou explique qu’il n’a jamais fourni de vaccin, mais qu’il a tout simplement mis les deux pharmaciens (celui du Niger, qui est le demandeur, et celui du Nigéria, qui est le fournisseur, en contact). Le reste a été géré entre les deux parties.

Le représentant de la DGPML, M. Ouandaogo, explique que de prime abord, c’est une lettre de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui leur est parvenue pour prévenir une circulation de vaccins contrefaits en Afrique de l’Ouest. C’est de là ensuite que le rapport des services de santé du Niger est arrivé, ce qui a conduit à l’arrestation de Mamadou.

Pour ce qui est du contrôle de l’authenticité du vaccin, il explique que le fabriquant a reconnu devant l’OMS que c’était de la contrefaçon, et donc n’en est pas l’auteur. Pour pouvoir juger en toute équité de cette affaire, le procureur exige que la lettre de l’OMS soit jointe au dossier, et que Mamadou, par le biais de son conseil, procurent des preuves sur papiers qui le disculpent sur la vente des vaccins. Car étant donné qu’il est gérant d’un dépôt, il ne peut se permettre de vendre en gros à d’autres pharmacies, sinon à des personnes physiques.

La demande de liberté provisoire formulée par le conseil a été rejetée aussi. L’avocat estimait que son client devait lui aussi se rendre à Bobo pour procurer au tribunal les pièces justificatives demandées, et qu’en outre, il ne peut pas s’enfuir, d’autant plus qu’il est père de famille et gère une entreprise…

Ainsi, le dossier a été renvoyé au 12 septembre prochain, afin que chaque partie envoie ses justificatifs…

Claire Lebœuf

Répondre à cet article

 

Il y a 1 commentaire(s) pour cet article

posté le 14 septembre 2017

Hée le monde d’argent ! En voulant prevenir contre les maladies, on est entrain d’acheter le pire.


Ajouter un commentaire

 

ZOODO TOP TEN
Devant le tribunal : abus d’autorité des koglwéogos ?
ZOODOACTU.D. Omer est apprenti chauffeur de 28 ans. Il est accusé d’avoir braqué, en compagnie de (...)
Devant le tribunal : " j’ai mis un doigt dans le v...."
ZOODOACTU. S. Noaga, âgé d’environ 40 ans, a comparu ce vendredi 15 septembre devant le Tribunal (...)
La radio AL HOUDA auditionnée
ZOODOACTU.La Commission en charge de la liberté de presse de l’éthique et de la déontologie du (...)
Conseil des ministres du 13 septembre 2017 : commémoration du putsch raté du 16 septembre 2015 au menu
ZOODOACTU.Le Conseil hebdomadaire des ministres s’est tenu ce mercredi 13 septembre au palais (...)
Conseil des ministres du 13 septembre 2017 : des vastes nominations
​ ZOODOINFOS.Le Conseil des ministres s’est tenu à Ouagadougou, le mercredi 13 septembre 2017, (...)
Une fraude à petite échelle découverte au Burkina Faso dans la subvention Tuberculose au Fonds Mondial
ZOODOACTU.Une enquête du Bureau de l’Inspecteur général a trouvé des preuves de fraude à petite (...)
Devant le tribunal : " c’est juste une claque sur sa joue droite "
ZOODOACTU. S. Salomon, maçon, âgé de 25 ans, était devant le Tribunal de grande instance de (...)
Suite à son interview du 8 juin 2015 dans Jeune Afrique : Entre remords et regrets, Dr Ablassé OUEDRAOGO s’excuse et se présente.
ZOODOINFOS.Chers Concitoyens et Chers Amis, Le 8 Juin 2015, en pleine préparation de la (...)
Devant le tribunal : satanée histoire de maraboutage, d’impuissance, de promotion sociale, d’ambitions politiques…
ZOODOACTU.Histoire à dormir debout. Devant le Tribunal de grande instance de Ouagadougou (TGI), (...)
Déclaration des partis de l’APMP pour l’an 2 du putsch manqué du 16 septembre 2015
ZOODOACTU.Vaillant Peuple du Burkina Faso, Camarades militantes et militants de l’APMP, (...)