Devant le tribunal
Devant le tribunal : affaire FAFPA, un enregistrement fait renvoyer le procès  6 novembre
Version imprimable de cet article Version imprimable

ZOODOACTU.C’est ce 06 novembre 2017 que s’est tenu le procès sur cette affaire de détournement au sein du Fonds d’appui à la formation professionnelle et à l’apprentissage (FAFPA), portant sur la somme de plus de 99 millions FCFA. L’ex Directeur général, O. Ibrahim, et P. Bakary, chef du service comptable, ont effectivement comparu pour répondre de faits de détournement de deniers publics, et de faux en écriture.

P. Bakary a d’emblée reconnu les faits de détournement de deniers publics d’un établissement public de l’Etat. Il est poursuivi pour ce délit.

L’ex DG, O. Ibrahim, ne reconnait rien de tout ce qui s’est passé et plaide non coupable. Par ailleurs, il est celui qui est poursuivi pour faux en écriture pour vouloir faire des virements sur la somme de 77 millions FCFA, chose qui a été découverte par l’Agent du trésor en charge des opérations.

Des affaires qui se sont passées entre le 7 et 20 septembre 2016, et pour le faux en écriture et tentative de détournement, le 17 octobre de la même année...

Pour l’instant, le DG ne reconnait pas du tout être impliqué dans ce détournement. Outre cela, il explique que c’est lui-même qui a trouvé la faille qui faisait que P. Bakary lui faisait signer naïvement des lettres de virement, en toute confiance. Sauf qu’il a découvert un jour qu’il y a eu des doublons et qu’il a signé souvent des chèques deux fois, sans s’en rendre compte, parce qu’il ne prenait pas le soin de vérifier ce qu’il en était.

Par ailleurs, il explique que cette procédure de signature est faite entre lui et Bado S. le Directeur des finances et de la comptabilité (DFC), et tout est élaboré par sieur Bakary. Une fois, explique-t-il, le DFC lui a dit de faire attention et ne pas signer à la hâte les choses, parce que le DG ne prenait pas le soin de vérifier avant de signer, si bien que la confiance aveugle qu’il avait lui joue des tours.

Mais il demeure néanmoins que celui-ci raconte que c’est quand il a signé deux bons de virement à hauteur de 49 millions FCFA, qu’il a eu des doutes, quand un autre de 77 millions FCFA s’est pointé.Après vérification au Trésor public, c’est là qu’il s’est rendu compte de la supercherie et a donc alerté les services juridiques, qui, après contrôle, ont trouvé que c’était du faux.

En d’autres termes, les deux ordres de virement de 49 millions FCFA étaient du pipeau, et, celui de 77 millions FCFA allait l’être, s’il n’avait pas été tiqué par une irrégularité.

Le problème dans cette affaire qui a duré plus de quatre heures est que les avocats de P. Bakary sont venus avec un enregistrement de leur client, qui a été présenté au tribunal et que l’on a essayé d’écouter par le biais des micros dans la salle. Sauf que cela était inaudible, selon les conseils du DG, qui estiment qu’il va falloir que les conditions d’écoutes soient réunies. Ils ne sont pas d’accord en plus avec le fait que cette pièce soit produite et écoutée le jour du procès, parce que cela brouille les choses. Me Yamba, avocat du DG, explique qu’il est loisible de faire tripatouiller n’importe quel enregistrement dans n’importe quel studio, et le résultat serait étonnant.

Bref, il n’en demeure pas moins que le procès a été renvoyé au 20 novembre prochain. Cela pour la comparution de deux personnes clés que sont le directeur des finances et de la comptabilité du FAFPA, S. Bado, et d’un certain Bila qui est prestataire et ami de P. Bakary. Bila a sa voix dans l’enregistrement, y compris Bado, qui semble être au courant de beaucoup de faits. Chose bizarre, certaines personnes étaient dans la salle et ont disparu quand leur nom a été prononcé...

Toutes ces personnes sont donc nécessaires pour la suite du procès, ce 20 novembre 2017. Affaire à suivre !

Claire Leboeuf

Répondre à cet article

 

 

L’AFFICHE DU JOUR

Incendie ce dimanche 10 décembre midi, à la cour d’appel de Ouagadougou.

ZOODO TOP TEN
Devant le tribunal : le film d’une évasion spectaculaire à la MACO ...
ZOODOACTU.Ils sont trois Gardes de sécurité pénitentiaires (GSP) à comparaître devant le Tribunal de (...)
Madame Mariam Diallo née Zoromé, décédée
ZOODOINFOS. Le Ministre d’Etat, ministre de la Sécurité a le profond regret d’annoncer le décès de (...)
Conseil des ministres du 7 décembre 2017 : 57 973 462 203 FCFA pour la société KANIS LOGISTIC SA
ZOODOINFOS.Le Conseil des ministres s’est tenu à Ouagadougou, le jeudi 07 décembre 2017, en (...)
Situation nationale : le Kôrô Yamyélé parle au PM Paul Kaba TIEBA
ZOODOACTU.- Monsieur le PM PKT, j’ai lu votre déclaration très osée, voire injurieuse envers des (...)
11 choses que les femmes veulent mais qu’elles se gênent de dire aux hommes
ZOODOINTIMITE.1- Votre femme veut que vous soyez galant à tout moment. 2- Elle veut sentir (...)
Devant le tribunal : il simule un évanouissement, à la vue des gendarmes...
ZOODOACTU.I. Adama est commerçant, et tient une alimentation. Il a cependant été arrêté et déféré (...)
À suivre : des experts de l’ONU exhortent Ouagadougou à libérer Djibril Bassolé
ZOODOACTU.Les experts du Groupe de travail sur la détention arbitraire de l’ONU ont appelé jeudi (...)
Appel à contribution pour l’organisation d’une veillée et de l’inhumation de Oxy Dj
ZOODOACTU. De façon spontanée, les amis et collègues de l’artiste OXY dj se sont réunis le lundi 4 (...)
Ram OUEDRAOGO : " Blaise COMPAORE, un homme calme "
ZOODOACTU.J’ai eu l’honneur d’être reçu ce samedi 9 décembre 2017, par le Président Blaise Compaore. (...)
Simon Compaoré aux forces de sécurité de Pabré, Dapelgo, Kongoussi et Rouko : « Sachez que vous n’êtes pas oubliés »
ZOODOINFOS.Le Ministre d’Etat, Ministre de la Sécurité, Simon Compaoré était en tournée le dimanche (...)