ACTUALITE
Etats généraux des jeunes : la jeunesse et la résolution du problème de l’emploi restent une question épineuse pour le gouvernement  20 novembre 2017
Version imprimable de cet article Version imprimable

ZOODOACTU.Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré a présidé la cérémonie de clôture des Etats généraux de la jeunesse organisés par le ministère de la Jeunesse, de la Formation et de l’Insertion professionnelle, ce samedi 18 novembre 2017. L’emploi des jeunes a occupé la majeure partie des échanges.

La gouvernance politique, économique et sociale du Burkina Faso c’est ce qui a occupé les échanges lors des Etats généraux de la jeunesse organisés par le ministère de la Jeunesse, de la Formation et de l’Insertion professionnelle. Du 15 au 18 novembre 2017, les jeunes venus des 13 régions du Burkina Faso, et d’autres pays ont réfléchi autour du thème : « Quelle gouvernance pour une contribution optimale de la jeunesse au renouveau politique, économique et social du Burkina Faso ? ». Ces réflexions leur ont permis de produire un rapport constitué de deux résolutions, onze recommandations et deux motions ; qui a été lu et remis au président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré par la représentante des jeunes, Florence Nignan. Ce document va permettre enfin aux autorités burkinabè de se pencher sur les réelles préoccupations des jeunes. Le ministre de la Jeunesse, de la Formation et de l’Insertion professionnelle, Dr. Smaïla Ouédraogo en a conscience et c’est d’ailleurs la raison pour laquelle, il a salué les participants à ces quatre jours de travaux pour leurs engagements dans la production du document de référence. Cet avis est partagé par le président de la cérémonie de clôture, le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré. Il estime que la lecture du rapport témoigne du succès et du sérieux avec lequel les jeunes ont abordé l’ensemble des questions qui les concernent. S’il reconnait que la jeunesse et la résolution du problème de l’emploi restent une question épineuse sur laquelle le gouvernement doit conjuguer ses efforts, il estime : « nous devons avoir une jeunesse qui est consciente qu’elle a aussi la responsabilité de prendre en main son destin ; mais également consciente que l’ensemble de son implication doit se faire dans l’intérêt de la patrie, dans l’intérêt du Burkina Faso ». Cette implication doit se faire dans le respect de nos valeurs de notre société, dans le respect de l’intégrité, dans la solidarité, dans l’envie, et l’engagement dans le travail a-t-il rappelé. Tout en restant réaliste, Roch Marc Christian Kaboré a rappelé aux jeunes que tous ne peuvent pas à travers des concours être des fonctionnaires assis dans un bureau. Face donc à ce fait, il a confié qu’il faut donc développer d’autres initiatives qui leur permettent de s’assumer et de prendre des initiatives « évidemment accompagnées par l’Etat » a-t-il soutenu. Pour sa part, il les a invité à s’investir dans l’agriculture, l’élevage, l’artisanat, les TIC.

Si lors des échanges, les participants ont pris la résolution de lutter contre le terrorisme, c’est un engagement qui n’a pas laissé indifférent le chef de l’Etat ; en témoigne ses propos : « Vous avez pris l’engagement de lutter contre le terrorisme, c’est une bonne chose ». Il estime qu’il est important de prendre conscience qu’aujourd’hui le Burkina Faso est dans une situation où tous les Burkinabè doivent faire un front commun face à ce fléau. C’est un impératif selon lui, car « il n’y a pas de couleur politique, c’est le Burkina Faso qui est attaqué et nous devons faire un dans ce combat » a-t-il soutenu. Il conclu : « la jeunesse doit être au front de tous les combats ».
Il est important de rappeler que mis à part la lecture du rapport, la cérémonie de clôture a été marquée par le lancement du site officiel du ministère de la Jeunesse, de la Formation et de l’Insertion professionnelle et la remise de chèques pour de jeunes entrepreneurs.

Edoé MENSAH

Répondre à cet article

 

 

ZOODO TOP TEN