Devant le tribunal
Devant le tribunal : jeu de ping-pong entre le PDG de la CGE et trois de ses prestataires...  9 mai
Version imprimable de cet article Version imprimable

ZOODOACTU.Sieur Tiendrebéogo Seydou, Président-directeur-général (PDG) de la Compagnie générale des entreprises (CGE) au Burkina a été cité à comparaître devant le tribunal correctionnel de Ouagadougou ce lundi 07 mai 2018. Trois chefs d’entreprise lui reprochent des choses.

14 millions FCFA d’abord, comme réclamations...

Le premier est Aristide Yanogo. Il explique que dans le cadre des travaux du Centre hospitalier régional de Ziniaré, il a été approché par son banquier qui lui a dit que CGE a des travaux à y faire et veut l’y inclure, parce que cela lui donnerait un peu de boulot et des sous, et que, par ailleurs, il a un de ses petits-frères qui pourra y travailler pour se perfectionner, car celui-ci venait de sortir d’une école de formation et n’a pas la main.

Aristide accepte, le banquier lui dit d’envoyer une demande de prêt pour payer les cautions, et c’est ce qui est fait...

Il explique que c’est après avoir entamé les travaux en y faisant verser les agrégats que sont le sable, gravier, entre autres, qu’il se voit appeler par la CGE qui lui tend un document qui résiliait le contrat entre les deux parties...

Le PDG de CGE, sieur Tiendrebéogo Seydou, explique à son tour que depuis que sieur Aristide a commencé les travaux, les constats ont été que ce n’est pas conforme à la qualité d’ouvrages que la CGE exige. L’attention de celui-ci y a été attirée plusieurs fois. Sauf que ce sont les mêmes pratiques qui couraient, si bien que la CGE a donc dû résilier le contrat...

Sieur Aristide se plaint surtout parce qu’après la résiliation du contrat, il avait acheté du matériel à hauteur de plus de 3 millions FCFA et l’on lui a donné 48 h pour les retirer. Chose qu’il n’a pas pu faire. Outre cela, il accuse la CGE de faux et d’usage de faux parce que celle-ci n’est pas Maître d’ouvrage déléguée pour recevoir des cautions, pendant que c’est ce qu’elle a fait.

Enfin, Aristide estime que c’est de l’escroquerie parce que la CGE a bloqué les deux cautions qu’il a versées, à hauteur de plus de 2 millions FCFA, et par la suite, est allé retirer de l’argent dans son compte en banque alors que les travaux avaient déjà été engagés...

Il réclame ainsi à sieur Tiendrébéogo la somme de plus de 14 millions FCFA...


18 millions ensuite...

Le second plaignant est sieur Pierre Ilboudo. Il explique qu’il a été appelé un jour par un technicien de la CGE qui lui tend ensuite un devis pour un travail. Il lui demande de signer le devis. Pierre demande où se trouve le plan de l’infrastructure en question, mais le technicien lui dit de ne pas s’inquiéter, parce que si toutefois il y’avait un surplus de travail et de dépenses, il y aura un avenant. Il commence donc son travail. Il est alors bloqué ensuite parce que les sous qu’il a reçus ne peuvent même pas construire le stade qu’on lui a demandé de faire...

Car il a reçu de l’argent, soit plus de 13 millions FCFA pour les travaux, pendant que rien que pour le grillage pour ledit stade, il faut payer 20 millions FCFA. Ajoutés à cela, des murs de près de 2 km par-ci, 1 km par-là.

C’est en voyant que le travail ne pourra pas se faire parce qu’il n’arrivait même pas à payer ses employés, entre autres, qu’il est allé voir la CGE. Il dit que sieur Tiendrebéogo, le PDG, lui a demendé de continuer à travailler car une solution sera trouvée. C’est à sa grande surprise qu’il se voit appeler deux jours plus tard pour se voir tendre une résiliation de contrat, et lui aussi explique que ses cautions ont été bloquées et ses sous retirées de la Caisse populaire où il est domicilié...Il réclame 18 millions FCFA au total à Tiendrébéogo Seydou...

Enfin, 100 millions FCFA de réclamations...

Le troisième plaignant dans cette affaire est sieur Sawadogo Boukaré... Il explique qu’il a été appelé par la CGE qui lui dit d’aller continuer un chantier parce que l’ex attributaire ne parvenait pas à verser la caution et a vu son contrat résilié. Boukaré signe les termes de contrat donc avec la société et continue les travaux...

Entretemps, il tombe en panne de sous. Il va voir la CGE et explique l’affaire, mais est rassuré que tout sera réglé. Il s’y investit, avec ses propres sous...Il tombe ensuite des nues quand il se voit appeler par la CGE pour lui dire que son contrat a été résilié...

Il explique alors que ce n’est pas au moment où le travail est presque fini qu’il faut résilier ce contrat. Néanmoins, il fait venir son technicien pour évaluation, mais la CGE n’est pas présente, cela deux fois de suite...

Il ajoute que c’est en étant à Paspanga, un jour, que sieur Tiendrebéogo, le PDG, l’a appelé pour lui demander sa position. Celui-ci vient ensuite le retrouver et lui dit de monter dans sa voiture, en compagnie d’autres personnes. Sieur Boukaré est surpris mais monte néanmoins dans la voiture. Et c’est en cours de route que le PDG lui explique que le passager à ses côtés est un huissier et qu’ils allaient pour faire les constats au sein du chantier.

Il n’a donc pas de choix que de suivre...

Il ajoute qu’il a fallu qu’il este en justice pour avoir le procès-verbal de constat, car à maintes reprises, il a été dupé par la CGE...

Sieur Boukaré réclame la somme de 100 millions FCFA comme dommages et intérêts, parce qu’il n’a même plus de quoi payer ses employés, étant donné que c’est lui-même qui a fait toutes les dépenses et s’attendait à un remboursement. Il refuse cependant que la CGE retire de l’argent de son compte concernant le contrat, car il ne lui doit même pas un seul kopeck, bien au contraire...

La CGE qui doit être visée, et non le PDG...

Selon le procureur, dans cette affaire, ce n’est pas avec sieur Tiendrébéogo Seydou, que les contrats ont été signés, mais avec la CGE. Ce qui fait donc que les plaignants doivent attaquer la CGE, au lieu de sieur Tiendrebéogo. Il a tout simplement requis sa relaxe, pour infraction non constituée...

La défense de sieur Tiendrebéogo abonde dans le même sens et renvoie les plaignants au paiement des sommes qu’ils réclament à sieur Tiendrebéogo, sauf pour le dernier qui, au lieu de 100 millions, a été réduit à 20 millions FCFA...

Délibéré au 21 mai prochain...

Claire Leboeuf

Répondre à cet article

 

Il y a 1 commentaire(s) pour cet article

posté le 11 mai 2018, par Raogo

CGE n’est pas crédible dans ses relations avec ses sous traitants ! La justice devrais enquêter sur la situation financière de cette structure !Toujours le même mode opératoire utiliser pour gruger les "faibles" et"crédules"


Ajouter un commentaire

 

ZOODO TOP TEN
Attaques déjouées à Ouagadougou : des présumés terroristes abattus.Des images.
ZOODOINFOS.Le communiqué de la gendarmerie et des images prises sur place
Burkina Faso : l’UPC lance des représailles...
ZOODOINFOS.Le mouvement Brassard noir, dans une déclaration en date du lundi 14 Mai 2018, (...)
Devant le tribunal : de l’acide versé sur le visage de son prochain...
ZOODOACTU.B. Assane répondait de faits de coups et blessures, cela volontairement, sur la (...)
Devant le tribunal : la machette de dame Claire...
ZOODOACTU.Dame O. M. Claire a été entendue par le Tribunal de grande instance de Ouagadougou (...)
Devant le tribunal : bisbilles entre militants du MPP, de l’arrondissement 06 de Ouagadougou...
ZOODOACTU.Des militants d’un même parti politique, le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), (...)
Point de presse sur l’opération de sécurisation à Ragnongo : les terroristes détenaient des tenues militaires burkinabè et françaises
ZOODOACTU.Depuis les attentats du 2 mars, les services de renseignement travaillent au (...)
Traitement des agents de la fonction publique d’Etat : des syndicats, s’adressent au président du Faso.
ZOODOACTU.Excellence Monsieur le Président du Faso, Président du Conseil des Ministres, Nous (...)
SYNTHA : une grève de 48 heures allant du mercredi 23 mai 2018 à 7h au vendredi 25 mai 2018 à 6heures 59....
ZOODOACTU.Suite au dépôt le lundi 07 mai 2018, d’un préavis de grève de 48H par notre syndicat, nous (...)
Conseil des ministres du 24 mai 2018 : des cadres relevés de leurs fonctions...
ZOODOINFOS.Le Conseil des ministres s’est tenu à Ouagadougou, le jeudi 24 mai 2018, en séance (...)
Le poème lourd de sens de Booba après la non-sélection de Benzema
ZOODOACTU.Le rappeur, fervent défenseur de l’attaquant, a manifesté sa déception sur Instagram et (...)