Société

Le burkinabè et la ponctualité !

Submitted by Redaction on Sat, 03/23/2019 - 21:09
KD

Le burkinabè et la ponctualité ! Assurément un sujet qui fâche. Et pourtant il nous faut bien reconnaitre  que de façon générale le burkinabè a un problème avec le respect de l’heure donnée ; c’est vrai, ce n’est pas une spécificité à proprement dite nationale mais que l’on retrouve un partout sur le continent : ce n’est pas pour rien que l’on parle de l’heure africaine. Mais la question que je me pose est la suivante : est- ce que, ici au Burkina nous n’en faisons pas un peu trop ?  Historiens du présent que sont les hommes de presse, les journalistes sont bien placés pour le constater et, ma foi, il faut bien dire que  le bon exemple ne vient pas tjs d’en haut ; c’est assurément qq peu irrévérencieux de le dire mais puisque ce n’est pas faux : nombreuses st nos autorités connues et reconnues pour être des championnes toutes catégories des retards, mm lorsque, comme c’est souvent le cas ,ce sont elles qui président, parrainent  ou marrainent  les cérémonies  ; tant pis pour le public qui attend depuis des heures parfois sous les rayons ardents du soleil, parfois dans une salle bourrée et surchauffée ou respirer devient plus en plus un calvaire au fur et à mesure que le temps passe; vous pouvez vous estimer heureux si, quand ça finit par commencer, le maitre de cérémonies daigne vous adresser du bout des lèvres de sommaires  excuses; si fait que tt le monde a fini par se dire : pourquoi venir à l’heure puisque de toute façon la cérémonie va débuter avec un grand retard ? il n’ y a que les braves agents de sécurité, les pauvres hommes de la presse et hélas nos amis représentants du corps diplomatique et autres partenaires étrangers à respecter l’heure donnée dc à devoir se ronger les freins dans une attente interminable et résignée ;  A qui la faute ? A chacun et à tout le monde ; à chacun puisque chacun vient en retard en se disant que toute façon les autres ne seront pas ponctuels ; mais c’est aussi la faute à tt le monde puis que tous se complaisent dans ces mauvaises habitudes ;  Pouvons-nous nous en sortir ? la réponse est bien évidemment oui ; la preuve : si les retards dans les services publics constituent une tare récurrente de l’administration , problème combattu de tous temps et par tous les régimes politiques mais en vain, jusqu’ à présent en tt cas, il n’ y aucun problème de retard dans les structures relevant du privé comme les banques ou  du para -public: la bas tt le monde arrive à l’heure pile sinon mm en avance et ne s’en va pas avant l’heure de la descente quand on ne fait pas d’heure supplémentaire sinon gare aux sanctions : ou c’est le montant des primes qui s’en ressent de façon drastique en fin d’année si l’employé ne court pas le risque  d’être purement et simplement  remercié ; Et je ne parle pas de ce que je ne connais pas, c’est-à-dire de ce qui se passe dans les rangs de nos forces  de défense et de sécurité ou, ça au moins je le sais, tt le monde répond toujours présent, et à haute et intelligible voix  svp à l’appel, quelqu’en soit l’heure.  Maintenant, quelle thérapeutique appliquer ? pourquoi ne pas éduquer par l’exemple : je donne deux cas précis : celui de l’ancien maire de Ouagadougou Simon Compaoré pr ne pas le nommer qui, en son temps, c’était  connu, était aussi ponctuel qu’une horloge suisse : s’il vous accordait une audience à 5h du matin ce qui faisait partie de ses habitudes, ne vous avisez surtout pas à venir avec 15 mns de  retard, Mr le maire aura déjà passé à autre chose ; 2è cas : le CITO (carrefour international dr théâtre  de Ouagadougou) ou tous les habitués le savent : la pièce théâtrale débute au cito à 20h tapantes ; si vous arrivez à 20h 15 mns, mm si vous trouvez une place assise le spectacle a déjà commencé ; conséquence : tt le monde sait qu’il ne fallait pas venir en retard à une audience avec Simon Compaoré ou à un spectacle au CITO ;     Pourquoi ne pas tenter de dupliquer de pareils exemples en attendant, un jour prochain ou lointain qui sait, que l’adage anglais  « time is money «, le temps c’est de l’argent, finisse par faire partie des convictions personnelles du burkinabè. 


Bernard KABORE

Add new comment

This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.

9 + 7 =
Solve this simple math problem and enter the result. E.g. for 1+3, enter 4.

Pour vos commentaires, éviter, tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée .

sni long

Les trois dernières publications