Opinions

L’ homme en blanc prêche la solidarité rouge !

Soumis par Redaction le mar 11/06/2019 - 08:09
chre

En quittant le siège du journal ‘’Bendré’’ situé dans le vieux quartier ‘’Larlé’’ de Ouaga, le ‘’Commandante’’ Cherif Sy, journaliste chevronné, nommé en janvier dernier à la Défense, a laissé trôner un portait de Che Guevara dans son bureau. Loin des tempêtes du Sahel et du charivari de la capitale burkinabè, l’ancien compagnon de Thomas Sankara, séjournant au pays de Mandela pour l’investiture du Président Ramaphosa, s’est offusqué dans un entretien accordé à un journal sud-africain du déploiement des forces françaises et du G5 Sahel dans la stratégie antiterroriste. Des observations du ministre Sy, si chères à la doctrine révolutionnaire.

Accusée de jouer au pompier pyromane dans ses opérations militaires, la France risque de se retrouver dans les pays du Sahel face à la désapprobation populaire qui s’est invitée dans la crise. L’ ancien Haut représentant du Président du Faso, et ancien président du parlement de la Transition est conscient du fait que les masses populaires sont outrées par l’interventionnisme inefficace de l’ancienne puissance coloniale dans la bande sahélienne. Lorsqu’on zoome sur les résultats de la forte intervention militaire française, on peut se demander de savoir si cette présence sécuritaire est nécessaire tant la violence ne baisse pas et la situation inquiète.

Cette guerre contre le terrorisme au Sahel n’est pas asymétrique, comme le clame le récit officiel, mais elle a surtout un caractère occulte et opaque. Les opérations militaires d’une force étrangère sont d’abord des expérimentations de laboratoire. Nos bailleurs, donateurs et autres partenaires ne sont pas nos parents. Ils n’ont en ligne de mire que leurs intérêts. La crise au Sahel montre l’extrême complexité des questions de sécurité. Elle porte à merveille un cinglant démenti à nos approches bureaucratiques et sentimentales.

Le peuple burkinabè a remporté une victoire aux mains nues contre une dictature de 27 ans, dont le facilitateur a été exfiltré par l’armée française vers la Côte d’Ivoire. Ce même peuple soudé et réconcilié viendra à bout de son ennemi fusse-t-il invisible !

Ag Ibrahim Mohamed

Commentaires

Soumis par Raogo (non vérifié) le mar 11/06/2019 - 09:56

Permalien

Expérimentations de laboratoire :
Objectifs stricto-militaire
- Aguerrir les capacités opérationnelles de leur forces armées.
- Tester et expérimenter l'efficacité de leurs armes "Offensives" et "Défensives".
- Affermir son hégémonie militaire vis a vis des autres armées du reste du monde.
Objectifs économico- géopolitique:
- Vendre son "Expertise"
- Vendre ses armes
- Signer des "Accords secret et autres pactes" servant son hégémonie auprès des protagonistes

Soumis par Le sage (non vérifié) le mar 11/06/2019 - 10:07

Permalien

bonne lecture de la situation securitaire au faso. la patrie ou la mort nous vaincrons. Ayons un jour le courage, en chassant d'abord l'armée francaise dans nos rangs Tant qu'ils seront la, rfi sera la premiere chaine à relayer les boucheries que la france planifie dans la bande sahelosahelienne. Elle a un porjet, celui de s'rimplanter en afrique et piller les ressources minieres afin de faire fassse à ses enormes deficits financiers. Mais tous unis , nous vaincrons.

Soumis par Kôrô Yamyélé (non vérifié) le mar 11/06/2019 - 10:29

Permalien

- Ce fut une erreur monumentale pour RMCK d'avoir nommé de SY comme Ministre de la Défense ! Parce que fils de général ne fait pas de lui, un journaliste pas même le meilleur, un bon ministre de la Défense. Ce sont toutes ces erreurs que RMCK va payer casch aux élections prochaines. S'il ne nomme pas des gens par complaisance, il les nomme sur recommandation de son ami le Laalé Naaba !!

Par Kôrô Yamyélé

Soumis par Raogo (non vérifié) le mar 11/06/2019 - 10:34

Permalien

"Aminata Traoré était invitée par la Fondation Rosa-Luxemburg, le journal Prokla et l’association AfricAvenir à participer à une conférence à Berlin, du 17 au 19 ?avril, sur le thème « ?Le Mali à la croisée des chemins, après l’intervention militaire et avant les élections ? ». Son visa de circulation de quatre ans ayant expiré en février, elle a demandé au consulat de France son renouvellement, aussitôt refusé. Finalement, c’est le consulat d’Allemagne à Bamako qui lui a délivré, en urgence, un sauf-conduit lui permettant de se rendre à Berlin. Avec consigne formelle de quitter le territoire allemand le 19 ?avril. Un autre invité, Oumar Mariko, secrétaire général du parti Solidarité africaine pour la démocratie et l’indépendance (Sadi), s’est vu, lui, refuser tout document. À son retour, Aminata Traoré a été convoquée au consulat d’Allemagne, soucieux de vérifier qu’elle n’avait pas prolongé son séjour. D’après l’intéressée, la France aurait fait pression sur ses partenaires européens pour les dissuader de lui délivrer un visa Schengen. [...]

« ?Je ressens un sentiment d’injustice d’autant plus profond que cette question des visas renvoie à un sérieux contentieux entre la France et les Maliens, s’indigne-t-elle. Il est désormais clair que je suis diabolisée pour mes idées. De quel dialogue, de quelle solidarité, de quelle réconciliation la France parle-t-elle si, en plus de vivre dans un pays sous occupation militaire, nous sommes interdits de circulation ?? ? » Dès le début de l’opération « Serval », Aminata Traoré s’est opposée de manière virulente à cette intervention militaire française, dans laquelle elle voit une entreprise néocoloniale. « ?La guerre qui a été imposée aujourd’hui au Mali n’est pas une guerre de libération du peuple malien, mais une guerre de pillage des ressources, (…) une guerre de positionnement pour une ancienne puissance coloniale ? », faisait-elle valoir, fin mars, au Forum social mondial, à Tunis [3]. On peut partager ou contester cette lecture de la grave crise que traverse le Mali. Mais empêcher que s’exprime une voix qui compte en Afrique, en privant cette intellectuelle de la liberté de circulation, voilà qui nous éloigne des belles intentions démocratiques affichées, à Bamako et Tombouctou, par le président Hollande."

Rosa Moussaoui
In : https://histoirecoloniale.net/Mali-la-France-n-a-pas-d-amis-elle.html

Ajouter un commentaire

Vérifions que vous n'êtes pas un robot

1 + 1 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Pour vos commentaires, éviter, tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée .

sni long

Les trois dernières publications