Ajouter un commentaire

Soumis par Mechtilde Guirma (non vérifié) le lun 24/06/2019 - 14:41

Permalien

Mon cher Oumah,

Merci de m’apprendre que le code des personnes et de la famille a été révisé. Moi aussi je suis d’autant plus étonnée sinon qu’autant que vous de l’apprendre. En effet j’ai été la première à manifester mon désaccord dès le début. J’en ai même fait la critique dans une des conférences qu’organisait le ministère de la culture sous son Excellence Mahamoudou Ouédraogo. Nous étions deux Co-conférenciers, Monseigneur Der qui a examiné la question sociologique et moi la question juridique dans sa doctrine et non dans sa jurisprudence, quand bien même dans ma conclusion j’ai évoqué une question jurisprudentielle.

Bref, quoiqu’il en soit, je rejoins vos inquiétudes, en ce sens que, pour moi, il n’est pas pensable de mettre la charrue devant les bœufs. Je veux dire qu’une révision éventuelle ou obligatoire du code des personnes et de la famille, ne peut se faire avant celle de la Constitution.

En effet, la Constitution devrait reconnaître les bien-fondés du code, c’est la lettre. Ensuite le code définit les critères et les modalités. C’est l’esprit. Je m’explique :

La Constitution est le fondement d’un organisme vivant dans une grande échelle : la grande famille d’une Nation par exemple en l’occurrence burkinabé. Or la famille est cellulaire ou nucléaire. La grande famille est cellulaire. En effet la Nation burkinabé est composé de plusieurs cellules familiales : à commencer par les ethnies, ensuite les religions. Ces cellules se divisent à leur tour en familles atomiques pour ne pas dire les ménages régis par la loi du mariage. Or tout le poids de la société burkinabé (tant du point de vue social, économique ou politique) se repose sur le ménage car sans elle il n’y a pas de famille ni cellulaire ni nucléaire. Et c’est ce monde que les Constitutions visent ou ont vocation d’organiser en un ensemble harmonieux et cohérent en tenant compte bien de la culture, du contexte, du milieux , en reconnaissant leurs valeurs propres et en les protégeant.

En conclusion, si la Constitution pose comme principe premier le respect de ces valeurs à la lettre. Donc il faut qu’à l’esprit, on leur accorde la liberté des pratiques ou des cultes. Il ne sert à rien de reconnaître la liberté religieuse dans la Constitution pour supprimer par la suite leur pratique dans le Code des personnes et de la famille.

Vérifions que vous n'êtes pas un robot

10 + 3 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.
sni long