Communications-Médias

Journée mondiale de la liberté de presse : le message du ministre...

Soumis par Redaction le Jeu 02/05/2019 - 14:14
lopm

Le Burkina Faso commémore, ce 3 mai, la journée mondiale de la liberté de presse sous le thème « Médias et élections dans un contexte de crise sécuritaire et communautaire au Burkina Faso  ».

Nous marquons cette journée avec l’UNESCO, partageant la conviction de sa Directrice générale, Audrey Azoulay, que « Tout État de droit, respectueux des libertés individuelles, notamment des libertés d’opinion, de conscience et d’expression, repose sur une presse libre, indépendante, à l’abri de toute censure et de toute coercition ».

Cette célébration s’inscrit dans le rappel et la promotion des principes fondamentaux de la liberté de la presse et l’indépendance des médias auxquels nous avons communément souscrit en épousant les idéaux de la démocratie.

Le thème national permet de mener la réflexion sur l’actualité nationale, marquée par des difficultés sur le plan sécuritaire et dans le vivre-ensemble. Dans ce contexte , les hommes et femmes de médias se doivent de redoubler d’effort et de professionnalisme dans le traitement de l’information, afin de renforcer la cohésion sociale, socle de tout développement.

Cette 26ème célébration a comme pour thème au niveau international :    « les médias pour la démocratie : journalisme et élections en temps de désinformation ». A une année d’enjeux électoraux dans notre pays et dans un contexte de crise sécuritaire et communautaire, le professionnalisme des journalistes et des médias burkinabè est mis à rude épreuve. Les contraintes liées au devoir d’informer, aux exigences de probité, d’impartialité et d’équilibre iront croissantes à l’approche des échéances de 2020.

Chères consœurs, chers confrères,

Nous pouvons nous réjouir de la situation que les médias connaissent au Burkina Faso. Elle est pour le moins satisfaisante et encourageante, car notre pays enregistre des avancées significatives sur l’échelle de la liberté de presse.

En effet, selon le classement mondial de Reporter sans frontière (RSF), édition 2019, rendu public en avril dernier, le Burkina Faso a gagné cinq places, se classant à la 36e place sur un total de 180 pays au monde. 5ème  en Afrique et 1er en Afrique francophone, notre pays conforte son positionnement de 2018, avec la 41ème place et  celui de 2017, avec la 42e   place. Ces avancées sont le fruit de la conjugaison des efforts renouvelés des hommes et des femmes de médias, aiguillonnés par le professionnalisme et le soutien des plus hautes autorités de notre pays, soucieuses du renforcement de la liberté d’expression et d’opinion.

Chers confrères, chères consœurs,

Je voudrais reconnaitre, avec vous, que des défis restent à relever pour l’instauration d’un climat serein et propice aux activités journalistiques.  Au nombre de ceux-ci, on peut citer l’application effective de la convention collective qui nécessite une révision, l’amélioration du cadre juridique et institutionnel, le parachèvement du déploiement de la Télévision numérique terrestre (TNT) pour la couverture intégrale du pays, la mise en œuvre de la loi portant accès à l’information publique et aux documents administratifs, et l’érection de la RTB et des Editions Sidwaya en sociétés d’Etat.

C’est ensemble, dans un esprit de dialogue constructif, que nous devons nous attaquer aux nombreux chantiers, comme nous avons su le faire, avec l’adoption de la loi sur la dépénalisation des délits de presse, l’apurement des dettes de la presse privée et la mise en place du fonds d’appui à la presse privée (FAPP).

Je voudrais vous  assurer que le FAPP parachèvera son mécanisme de fonctionnement par l’ouverture d’une ligne de crédit dans une institution bancaire, afin d’accompagner les médias privés dans leur plan de développement. En effet, la liberté de la presse, c’est aussi la nécessité pour les entreprises de presse de réunir les conditions économiques pour leur épanouissement et leur développement structurant.

Chères consœurs,

chers confrères,

Le gouvernement, en prisme avec le thème de la célébration la journée mondiale de la liberté de presse de cette année, va s’atteler, une fois de plus, à prendre des mesures en vue de permettre aux médias d’assurer convenablement leur rôle dans le cadre de la couverture des campagnes électorales et le renforcement de la démocratie.

Il va s’agir, en collaboration avec le Conseil supérieur de la communication (CSC), de poursuivre les ateliers de formation, axés sur le mandat d’information du citoyen, la contribution à la formation de l’opinion du lectorat, le libre accès des partis politiques et des candidats aux médias, ainsi que la répartition équitable de leur temps d’antenne.

Je renouvelle l’engagement du gouvernement à œuvrer pour que les hommes et les femmes des médias travaillent, en toute sécurité, en toute liberté et impartialité, en toute indépendance et à l’abri des pressions des pouvoirs publics et économiques, afin que leurs productions reflètent le plus largement possible la diversité d’opinion de notre société.

En retour, je fonde l’espoir que les hommes et femmes de médias burkinabè produisent, avec professionnalisme, des contenus riches et variés, révélateurs de leur responsabilité sociale, assurant du coup la paix et la stabilité, chères à notre pays, le Burkina Faso.


Vive la liberté de la presse !

Vive le Burkina Faso !

Bonne fête à toutes et à tous !

Je vous remercie !

 

Remis Fulgance Dandjinou
Ministre de la communication et des

Relations avec le Parlement,
Porte-parole du gouvernement

Officier de l’ordre National

Commentaires

Soumis par Kôrô Yamyélé (non vérifié) le ven 03/05/2019 - 13:10

Permalien

- Ce ministre m’énerve ! Il bavardait ici au hasard à n’en pas finir sur une télé et il parlait mal de Blaise Compaoré sans être inquiété. On ne savait pas que dans ses calculs, c’était pour parvenir à être ministre. Ensuite sous sa gouverne la RTB ne s’est jamais aussi mal porté que sous lui. Sans oublier Canal Plus qui nous nargue avec des crachements de son canal à toutes les émissions. Et ce ministre ne dit rien parce qu’il veut continuer à rester à son poste sans rien faire.

- RMCK n’a pas choisi de bons ministres ! Ils sont tous des incapables si ce n’est des bavards et des vieux fatigués qui se maintiennent à coups de fortifiants !!

C’est comme celui du commerce, un vrai griot qui parle à n’en pas finir alors que la fraude est de plus belle dans le pays sous sa gouvernance avec comme récent exemple culminant le Kilo de l’anacarde qui est acheté à 250 FCFA alors que normalement c’est au moins 600 FCFA !! Quels sont les tricheurs qui sont dans ce réseau ?

Et aussi comme ce neveu qui joue aussi au griot et qui croit pouvoir remplacer François Compaoré alors que les temps ne sont plus les mêmes. Il rêve ce fameux neveu ! Qu’il se cherche et ce sera mieux pour lui et son oncle !!!

Sans oublier cette femme bavarde qui aime trop apparaître à la télé chaque fois au point de se précipiter devant l'objecti de la camera avec un large sourire qui rappelle le faciès d'une baleine ou d'un phoque ou encore de cette autre femme qui fut ministre sous Blaise Compaoré et dont le job était entre autre d'assurer le contact entre les marabouts et Francois Compaoré petit-frère de Blaise Compaoré.

- Conclusion : Ce gouvernement du MPP est un gouvernement de paternalistes ! Personne ne veut prendre le risque et chacun court aller voir la Chefferie traditionnelle mossi pour y prendre des conseils croyant que c’est le wack de ces vieux mossis qui vont les couvrir. Si ces vieux wacks n’ont pas pu couvrir Blaise Compaoré, ce ne sont certainement des opportunistes et des usurpateurs qu’ils vont couvrir et protéger contre le peuple et sa volonté !!!

Par Kôrô Yamyélé

Ajouter un commentaire

Vérifions que vous n'êtes pas un robot

2 + 13 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Pour vos commentaires, éviter, tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée .

sni long

Les trois dernières publications