Suspension connexion internet mobile : « On ne peut pas tout numériser et puis après venir couper l’internet », s'étonne une citoyenne

Soumis par Redaction le Jeu 25/11/2021 - 12:45
l;oj

Jusqu’à ce jour 25 Novembre 2021, c’est  le  Black - out pour nombre de populations Burkinabè. En effet, depuis le samedi 20 novembre 2021, les données mobiles internet sont  suspendues sur tout l’ensemble du territoire, entraînant une impossibilité totale de se connecter tant sur internet que sur les réseaux sociaux. Les raisons de cette  interruption seront expliquées plus tard le  22 novembre 2021, par les autorités, comme résultant d'une nécessité sécuritaire. Initialement prévue pour prendre fin après 96 heures, le gouvernement a décidé de la prolongation de cette suspension sur la même durée ce mercredi 24 Novembre. Comment les Burkinabè vivent-ils ces moments? Quel est l'impact de cette interruption sur leurs activités respectives et que pensent-ils de cette mesure ? Une équipe de Zoodomail a recueilli pour vous, les ressentis de certains citoyens Burkinabè. Lisez !

 

Ouarbiga Inoussa, Commerçant

« Ils ne pensent certainement pas aux conséquences… »

Personnellement, je ne pense pas que le gouvernement ait muri la réflexion avant de prendre une telle décision. Soit ils ne pensent  certainement pas aux conséquences que cela pouvait avoir sur nous autres commerçants soit, ils s’en foutent totalement de nous. Moi par exemple, je suis étudiant et c’est pour réunir les deux bouts, que je  me débrouille dans les transferts d’unités, de mégas et les dépôts en ligne sur CampusFaso et autres. Voilà maintenant quatre bons jours que je ne travaille plus à cause de cette rupture et je ne sais plus où donner la tête. Et puis, même s'il y avait une nécessité de couper la connexion, les autorités devraient au moins informer à l'avance la population. On aurait pu prendre nos dispositions et nous préparer en conséquence.  Je vis de ce que je mène comme activité en ligne ici et je sais que je ne suis pas le seul.

Zerbo Sita, citoyenne

« C’est nous même qui avons cherché…»

l;klk

Je pense que c’était logique qu'on en arrive à cela parce que quand on voyait comment les choses se présentaient sur les réseaux sociaux, ça faisait peur. Les gens ne se contrôlaient plus et certains même appelaient à la démission du Président, alors que ce n'est pas la solution. Mais je pense aussi que le gouvernement devrait informer la population à l’avance parce que ça nous a vraiment surpris. Et actuellement, nous sommes dans le noir total et c'est vraiment intrigant puisque c'est sur internet que nous arrivions à avoir des informations sur le pays.  Aussi, le gouvernement doit beaucoup communiquer réellement sur ce qui se passe dans le pays. Ça nous  pénalise  mais c’est nous même qui avons cherché.

Topan Seydou, gérant d’Agence de transfert de données mobiles

« Tous ces jours sans bosser nous causent une énorme perte… »

,lmn

Nous vivons actuellement des moments d’énormes pertes, nous autre qui gagnons notre vie dans les transferts de données mobiles  et autres. C'est dommage quand on sait qu'aujourd'hui, l'Etat a fait de sorte que tout se passe en ligne. Ne serait-ce que le lundi, je devais envoyer urgemment mon CV par e-mail,  je n'ai pas pu le faire puisque je n'ai pas le Wi-Fi, sans compter les nombreux clients que je perds chaque jour. Il faut vraiment que le gouvernement trouve d'autres pistes parce que couper l'internet ne peut aucunement être une  solution aux problèmes. Il faut savoir que les gens ne se mobilisent pas sur les réseaux sociaux. Il y a eu des manifestations dans ce pays sans Facebook et WhatsApp.

 

Saré Sami, étudiant en année de  Master

« Sans WhatsApp et Facebook je suis  carrément déconnecté de mes amis »

La rupture de la connexion ralentit mes recherches. Je suis  sur la préparation de mon mémoire et donc permanemment en ligne pour des recherches. Sans internet, ce n’est plus possible.  Et puis aussi, avec  la situation nationale, c’est inquiétant  puisque moi je m'informais régulièrement grâce à mon téléphone portable mais avec cette rupture, vous comprenez très bien qu’on est dans le noir total. Plus aucune information sur ce qui se passe dans le pays alors qu’avec la tournure des évènements, il faut être régulièrement informé. Aussi, ces jours passés  sans WhatsApp et Facebook me déconnectent carrément  de mes proches. Moi qui avais l'habitude de me rendre sur WhatsApp pour prendre de leurs nouvelles. J'espère que la situation reviendra à la normale bientôt.

 

Soubeiga Nafissata, étudiante

« On ne peut pas tout numériser et puis après venir couper l’internet »

C’est  vraiment pénible de mon côté.  En tant qu'étudiante, cette situation me cause beaucoup du tord. Aujourd'hui sur le campus, tout est en ligne, inscriptions pédagogiques, restauration et même pour  certains cours, il faut aller sur le net. C'est vraiment difficile actuellement pour nous étudiants et il faut que les autorités songent à cela. On ne peut pas tout numériser et puis après venir couper l'internet, ce n'est pas logique. J'avais rechargé 01 gigas pour mes activités mais voilà que ça court à expiration sans que je ne les ai utilisés.

 

Hermann Yambogo, citoyen Burkinabè

« C’était nécessaire… »

pklm

Pour ce qui concerne la coupure de l'internet, moi je trouve ça normal. C'est vrai que nous subissons ses effets mais je pense que c'était nécessaire avec tout ce qu'on voyait sur les réseaux sociaux. Il y'a des gens qui se croit tout permis sur les réseaux sociaux. C'est vrai qu'on parle de liberté d'expression mais il faut souvent savoir se comporter. Ce n'est pas parce qu'on est libre de s'exprimer qu'on doit insulter une autorité sur les réseaux. On demande le départ du président comme si son départ résoudrait le problème.  Sans être partisan d'un bord politique, je pense qu'il faut laisser  le président aller jusqu'au bout de son mandat et après on pourra faire ce qu'on veut.

 

Propos recueillis et retranscrits par Oumarou KONATE-Zoodomail

Pour vos commentaires, éviter, tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée .

Ajouter un commentaire

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

10 + 3 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Les trois dernières publications