Côte d'Ivoire

CPI : la défense de Laurent Gbagbo demande une mise en liberté « immédiate et sans condition »

XDDE

L'avocat principal de Laurent Gbagbo, Me Emmanuel Altit, a déposé lundi devant la Cour pénale internationale (CPI) une demande de remise en liberté « sans condition » de l'ancien président ivoirien, dans l'attente de la fin de la procédure d'appel le concernant.

Nouveau rebondissement dans l’affaire Laurent Gbagbo. Dans une demande introduite lundi 7 octobre, la défense de l’ex-chef de l’État ivoirien conteste la décision prise par la chambre d’appel de la Cour pénale internationale (CPI), le 1er février, d’imposer des conditions à la remise en liberté de l’ancien président ivoirien. Parmi ces conditions : l’obligation de résider dans un État membre de la CPI.

 

Pour Me Emmanuel Altit, ce régime de semi-liberté imposé à Laurent Gbagbo, acquitté le 25 janvier des charges de crimes contre l’humanité qui pesaient contre lui, n’est « fondé ni juridiquement ni factuellement ». Ainsi, il demande à la juridiction d’« ordonner sa remise en liberté immédiate et sans condition » afin de permettre à l’ancien président « d’aller où il le souhaite, par exemple dans son propre pays, ou dans un État qui ne poserait aucune condition à son séjour ».

La chambre d’appel dispose désormais d’un délai illimité pour répondre à la défense.

2020 dans le viseur

Cette demande intervient quelques semaines après que la procureure de la CPI Fatou Bensouda a annoncé sa décision de faire appel de l’acquittement de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé. Cet épisode prendra plusieurs mois et pourrait hypothéquer les chances de Laurent Gbagbo d’être candidat à l’élection présidentielle d’octobre 2020.

Si l’ancien dirigeant ivoirien n’a pas encore fait part de ses intentions, la demande de son avocat suppose qu’il n’exclut pas d’être candidat et, qu’à minima, a l’intention de jouer un rôle important lors du scrutin.

La maintien du régime restrictif de liberté interdirait à Laurent Gbagbo de participer à l’élection présidentielle

 

« Il est d’autant plus crucial que soient respectés les droits de Laurent Gbagbo, notamment ses droits civils et politiques de citoyen ivoirien, que s’ouvre une période politique importante pour le pays et pour la réconciliation : celle de la préparation de l’élection présidentielle de 2020 », écrit Me Emmanuel Altit.

 

« Le maintien du régime restrictif de liberté aurait dans ce contexte pour conséquence d’interdire à Laurent Gbagbo de jouer un rôle dans la vie publique et dans la réconciliation de son pays. Cela lui interdirait par exemple de participer d’une manière ou d’une autre à l’élection présidentielle à venir. Il pourrait en effet, à la demande de responsables politiques du pays, être amené à participer à la campagne ou même, par hypothèse, à poser sa propre candidature », poursuit l’avocat.

Rapprochement avec Henri Konan Bédié

Alors que ses proches ont entamé des démarches avec le pouvoir en vue de faciliter son retour à Abidjan (mi-juillet, le secrétaire général du Front populaire ivoirine (FPI), Assoa Adou, a rencontré Ibrahim Cissé Bacongo, ministre auprès du président chargé des Affaires politiques, ndlr), Laurent Gbagbo s’est, dans le même temps, rapproché d’Henri Konan Bédié avec qui il vient d’officialiser son alliance politique.

 

Les deux anciens présidents se sont d’abord vus à Bruxelles en juillet puis, deux mois plus tard, le FPI et le Parti démocratique de Côte d’avoir (PDCI) ont organisé, à Abidjan, leur premier grand meeting commun.

 

JA

Pour vos commentaires, éviter, tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée .

Ajouter un commentaire

Vérifions que vous n'êtes pas un robot

1 + 0 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.
sni long

Les trois dernières publications