Culture

31ième édition des camps et colonies de vacances SOVICAP : « nous avons déjà l'expérience de l'Ebola», Pasteur Idrissa Sanou

CD

La SOVICAP organise depuis plus d'une trentaine d'années des camps et colonies de vacances nationaux et internationaux au profit des 6 à 35 ans du public burkinabè.  La 31ième édition est prévue se tenir du 28 août au 25 septembre 2020 dans un contexte particulier de la pandémie de Covid-19.

Dans une interview que nous accordée son directeur général, le 18 août 2020, le pasteur Idrissa Sanou nous parle de son entreprise socio-éducative. Il évoque par ailleurs des gestes barrières édictées par les autorités qui ne sont pas un phénomène nouveau pour la SOVICAP.

Zoodomail.com: Pouvez-vous nous présenter brièvement les colonies et camps vacances SOVIECAP?

Pasteur Idrissa Sanou: La SOVICAP est une entreprise de tourisme culturel. Au départ, nous étions une association culturelle et nous avons évolué avec le temps pour devenir une entreprise culturelle avec un registre de commerce. Nous sommes spécialisés dans le domaine socio-éducatif. Et la vision de la SOVICAP est d'apporter un plus à l'éducation des enfants. D'ailleurs, la définition de la SOVICAP est sauver des vies par l'éducation, la culture et l'amitié entre les peuples. Nous existons depuis une trentaine d'années et nos activités sont réglementées par un décret interministériel dont celui de la culture, de l'action sociale et de la jeunesse.

La 31ième édition se tient sous le thème, «jeunesse et dépravation des mœurs, quels enjeux socio-culturels». Pourquoi le choix d'un tel thème?

C'est bien la 31ième édition, mais nous sommes à notre cinquante deuxième camp et colonie de vacances. Des camps et colonies que nous avons organisés dans plusieurs pays de la sous-région dont le Ghana, le Togo, le Bénin, la Côte d'Ivoire etc. Quant au choix du thème, il tient compte des besoins de notre public cible. Notre jeunesse manque de repères, et c'est dans cette vision, que nous choisissons des thèmes qui répondent aux besoins des campeurs.

 Ce sont ainsi des thèmes qui leur permettent d'acquérir des connaissances, d'approfondir leur culture générale. Notre objectif est d'échanger avec les enfants autour des sous-thèmes selon leur âge. Il y aura notamment un sous-thème qui traite de la question du sexe contre de l'argent. Quand on parle de dépravations de mœurs, il faudrait savoir de quel type de dépravation, de quelle moeurs s'agit-il. C'est en cela que nous voulons associer les enfants dans la réflexion pour leur permettre d'avoir plus de repères. Cependant, nous n'avons pas la prétention nous-mêmes d'être saints, nous sommes simplement des éducateurs et nous voulons discuter de certains faits de la société avec les enfants. Nos espaces sont des espaces d'échanges.

" Il y a par ailleurs un cahier de charge, qui oblige les organisateurs à veiller au strict respect de l'hygiène dans les colonies et camps de vacances ".Au regard de la maladie à coronavirus, pour cette édition, quelles sont les dispositions particulières?

 A la SOVICAP, nous avons déjà l'expérience de l'Ebola. En 2014, le gouvernement avait pris une décision suspendant les colonies et camps de vacances hors du territoire national. Nous étions à la veille d'un départ pour Abidjan avec 50 personnes et nous avons dû suspendre. Par la suite, l'Etat a demandé à ce que nos membres soient formés sur les mesures d'hygiène avant d'avoir l'autorisation pour sortir avec les enfants et les jeunes.

 Donc, à la SOVICAP, nous avons l'expérience de la gestion de l'hygiène en situation de colonie et camp de vacances. Mieux, nous sommes outillés et expérimentés parce que le décret portant règlementation des colonies et camps de vacances au Burkina Faso a un protocole sanitaire qui nous a permis en trente ans de camps et colonies de vacances de sortir et revenir avec les enfants sains et saufs. Il existait bien d'autres maladies contagieuses avant le Covid-19, mais nous arrivions toujours à organiser ces sorties avec succès. Il y a par ailleurs un cahier de charge, qui oblige les organisateurs à veiller au strict respect de l'hygiène dans les colonies et camps de vacances.

Parlant de Covid-19, ce n'est donc pas un phénomène nouveau. Les gestes barrières édictées ne sont pas de la mer à boire. Un camp de vacance SOVICAP autorisé et reconnu par l'État est mieux organisé, plus structuré et les règles d'hygiène strictement observées qu'au sein d'un maquis, d'un marché ou d'une boîte de nuit. En outre, les gestes barrières édictés sont une nécessité absolue en ce sens qu'à l'heure actuelle, c'est le seul moyen de prévention qui existe. Et pour vous réconforter à ce sujet, la SOVICAP a partagé 5000 cache-nez et plus d'une dizaine de lave-mains avec l'appui du ministère de la Santé. Nous avons également mené des campagnes de sensibilisation à Bobo-dioulasso.

Tout cela pour vous dire que s'agissant du Covid-19, nous sommes conscients des conséquences de cette maladie. Nous avons suffisamment de matériel pour assurer la protection des enfants pour les différents camp en plus du protocole sanitaire. Et si en trente ans, nous avons existé sans difficultés majeures c'est qu'en trente ans, nous sommes calqués sur l'organisation qualitative des colonies et camps de vacances qui existe au niveau de l'Europe. De plus, nous utilisions les gels hydro-alcooliques bien avant l'apparition de la maladie.

Est-ce à dire que les campeurs seront obligés de porter des cache-nez?

Même en Europe pour la rentrée scolaire, les enfants de 6 à 10 ans ne sont pas concernés pas le port du cache-nez.  Est-ce que nous devons donner des cache-nez aux enfants de six à 10 ans? Si oui nous allons aviser parce que nous avons des médecins et des spécialistes qui travaillent avec nous. Nous allons nous organiser et nous adapter.

Quels sont les différents camps et colonies prévus pour cette 31 ième édition?

Nous avons prévu cinq camps cette année, trois camps nationaux et deux camps internationaux. Au plan national, nous allons dans des zones vertes que sont  Bobo, Gaoua, Banfora. Ces villes n'enregistrent que quelques cas. Et si nous disons à certaines personnes de ne pas nous effrayer avec leur affaire de Covid-19, ce serait un peu prétentieux mais c'est pour démontrer à quel point, nous sommes habitués aux mesures d'hygiène strictes.

Et qu'en est-il des camps internationaux avec les différentes mesures?

Il s'agit d'un camp ouaga-accra, et un autre Ouaga- Lomé- Cotonou. Mais  pour l'heure, les frontières terrestres ne sont pas ouvertes. Nous aviserons en situation réelle, selon que c'est le test PCR ou un vaccin qu'on a découvert qui est exigé. Nous verrons bien si ce sont des conditions que nous pouvons respecter ou pas.

Est-ce qu'à l'heure actuelle, vous enregistrez une baisse du nombre d'inscrits? Ou cela connaît toujours l'engouement des années antérieures en dépit du Covid-19?

Nos activités connaissent toujours le même engouement. Nous n'avons pas encore commencé la communication mais nous enregistrons déjà plusieurs inscrits.

Quels sont les partenaires qui soutiennent la SOVICAP?

Nous avons le soutien du ministère de la culture et pour cette année, c'est l'honorable Me Bénéwendé Stanislas Sankara qui va parrainer cette 31ième édition. Mais dire que la SOVICAP a des gens derrière qui la finance, non. En trente ans d'engagement socio-éducatif, la SOVICAP n'a jamais reçu de l'argent gratuitement, si ce n'est de bonnes volontés tel q'un parent des campeurs qui a apprécié l'initiative.

Un dernier mot?

Nous lançons un appel aux parents à inscrire massivement leurs enfants. Et les assurer que ce n'est pas parce qu'il y a un pasteur à la tête que c'est forcément une activité chrétienne. Nous sommes une organisation laïque et à la SOVICAP, nous respectons les différentes appartenances religieuses de chacun.

Samiratou OUEDRAOGO

Pour vos commentaires, éviter, tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée .

Ajouter un commentaire

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

3 + 7 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Les trois dernières publications