Deuil

Mort de Thierry Armel YODA : les pleurs de Me Herman YAMEOGO

,;;;

La mort est le seul héritage de la vie que nous recevons tous, riches ou pauvres, jeunes ou vieux, femmes ou hommes , blancs ou noirs, beaux ou laids et ce, sans partage ni bénéfice d’inventaire.

Ce n’est pas pour autant pour tous, un motif de résignation ou de consolation qui en force l’acceptation soumise.

La perspective de la mort quoique l’on puisse parfois s’en défendre, est généralement incomprise et inacceptée.

Elle est surtout douloureusement rejetée lorsqu’elle s’abat comme ça, sa s crier gare sur des enfants, des jeunes au seuil de la vie et au surplus dotés par la nature, de dons exceptionnels pour aider à l’amélioration du vivre ensemble.

Thierry Armel était de ceux là.

Il y’a peu, je suis tombé par hasard, sur une publication évoquant sa disparition. Comme sur Facebook on joue et plaisante de tout sans limites morales, je m’en suis vite désintéressé.

Une telle chose ne pouvait pas arriver à Thierry Armel . Un jeune fils si plein de vie, si intelligent, si étonnamment soucieux à cette âge, de plus servir la vie collective que la sienne propre.

Non pas à ce Thierry Armel qui me conseillait souvent in box, d’alléger mes publications pour accroitre le nombre de mes lecteurs et auquel j’envoyais parfois des esquisses pour m’enrichir de son opinion.

Pas cet intellectuel courageux qui n’a pas hésité à me rendre visite pour m’exhorter à écrire, afin de contribuer à débroussailler pour les générations futures, les champs de notre histoire nationale encombrés de contrevérités, de salissures et de détritus.

Thierry Armel était si affecté par les pratiques démocratiques africaines déviantes et si concerné par la refondation de nos gouvernances, qu’il me demandait il y’a peu entre autres, mon avis sur la dernière sortie du professeur Francis Wodié, au sujet de la candidature du président Alassane Dramane Ouattara à la prochaine présidentielle.

Mais voilà, ce matin même un autre jeune fils m’a informé de ce décès en me demandant si j’y avais réagi.

Incrédule je lui ai demandé, tu es sûr de ça ? M’ayant répondu par l’affirmative, et le sachant incapable de plaisanter avec de pareils évènements, j’ai été alors envahi par une chape de noires interrogations sur le pourquoi de cette injustice de la vie.

Cette mort n’est pas seulement une marque d’incohérence de la condition humaine, elle ôte en l’espèce du chantier de la refondation générationnelle, un jeune dont le différentiel se trouvait dans la compétence, la formation et dans une exceptionnelle humilité, peu commune de nos jours à cet âge.

C’est une grande perte pour les siens, pour ses amis pour le pays, pour les aînés qui comme moi voyaient en lui un de ces chainons de qualité, pour aider à une paisible succession de génération qui éclaire les chemins du futur, avec aussi les lumières d’un passé réhabilité.

Armel, jeune patriote que la mort ( à l’exemple de jeunes génies comme John Keats, Arthur Rimbaud, Guillaume Apollinaire et Antoine de Saint Exupéry ), a fauché en plein élan sur le front de la création et du combat, je suis profondément choqué contenant à peine la crue de ma révolte.

Je te souhaite, en ultime ressaisissement, le paisible sommeil du juste, sous les ombrages des vertus que tu as semé et qui germeront dans les coeurs de bien de jeunes.

Le fils repose en paix

Me Hermann Yameogo.

Pour vos commentaires, éviter, tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée .

Ajouter un commentaire

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

2 + 1 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Les trois dernières publications