Devant le Tribunal : 3,5 millions FCFA partis dans du vent

Soumis par Redaction le mer 20/07/2022 - 00:04
'èu't

Edgard I. est poursuivi pour des faits d'escroquerie. La victime est René B., à qui il a soutiré la somme de 3,5 millions FCFA, il y a quelques mois de cela. Il devait s'en expliquer devant le Tribunal de grande instance Ouaga1 le vendredi 15 juillet 2022. 

 

Edgard est un jeune homme de moins de trente ans. Il habite le quartier Nioko 2, en compagnie de ses parents. Entretemps, pour des travaux, la Socogib, société immobilière, qui est attributaire de cette zone non lotie, vient et s'entend avec les résidents. La société leur propose des parcelles selon la superficie que détiennent les propriétaires terriens et cela après avoir loti et parcellé les lieux. 

C'est dans cette opération que la famille de Edgard à été attributaire de 10 parcelles. Et les attestations étaient au nom du père de celui-ci. 

Le père est ensuite incarcéré pour des raisons diverses. Edgard est alors approché par des démarcheurs, qui lui font savoir qu'il y a quelqu'un qui veut une parcelle et, étant donné que leur famille est attributaire de 10 parcelles, si toutefois il veut vendre le sien, qu'il se signale. C'est donc après cela que Edgard et les démarcheurs ont vu sieur René, qui s'est renseigné sur l'affaire auprès de la Socogib, qui a confirmé qu'effectivement la famille est attributaire de parcelles mais que les attestations viendront après, qu'il s'est rendu en compagnie des démarcheurs, de Edgard et du cousin de celui-ci comme témoin chez un huissier pour signer un acte de vente d'une parcelle qu'il n'a pas vu, par ailleurs, et à versé la somme de 3,5 millions FCFA. 

 

La huissier l'a rassuré

 

Selon ses explications, la huissier en question l'a rassuré en disant que les choses se passent souvent ainsi, car l'on peut verser l'argent après identification du vendeur. Celui-ci laisse une caution qu'il viendra chercher après que l'attestation de possession de parcelle soit disponible. 

René à donc pris cela comme de l'argent comptant. Il paie, puis attend. Mais il est déçu en fin de compte parce qu'il tardera à avoir l'attestation en question que doit lui fournir Edgard. 

Plus tard, le père de celui-ci sort de prison. René et les démarcheurs lui expliquent ce qui s'est passé avec son fils. Ils se rendent chez la huissier pour confirmation. Le père sort 7 attestations dont il est en possession, mais refuse de donner quoi que ce soit à René parce qu'il n'est au courant de rien. En d'autres termes, René doit régler ses affaires avec Edgard. 

Voilà donc celui-ci en prison, suite à la plainte pour escroquerie de René. 

À la barre, Edgard reconnait les faits, mais il explique qu'il a commis cet acte parce qu'il était persuadé qu'il sera attributaire d'au moins une parcelle, sur les 10 que la famille  a reçues, étant donné qu'il est l'aîné de la famille sur 8 enfants. 

La victime, René, réclame son argent, évidemment. 

Le procureur estime que Edgard à usé de subterfuges pour rouler René dans la farine. Car il savait que les attestations étaient au nom de son père, mais pas lui-même, mais a osé vendre. Il requiert qu'il soit condamné à une peine de prison de 24 mois dont 18 ferme, et une amende de 500 000 FCFA avec sursis.

 

Edgard a finalement été relaxé, car le Tribunal l'a renvoyé des fins de la procédure, et déclaré irrecevable la plainte de René car dans le fond, il n'y a pas de preuve d'escroquerie, mais un mensonge tout simplement. 

 

P PILLERS

Zoodomail.com

Pour vos commentaires, éviter, tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée .

Ajouter un commentaire

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

2 + 4 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Les trois dernières publications