Devant le tribunal

Devant le Tribunal /Acte de grand banditisme : « j'ai jeté les clés et j'ai pris la fuite», témoigne dame N

Soumis par Redaction le ven 02/04/2021 - 00:07
l;.

K, déjà condamné pour recel, comparaissait à nouveau devant le TGI de Ouagadougou le 31 mars 2021, pour les faits de détention illégale d'arme à feu et d'actes de grand banditisme. Le prévenu a tout nié en bloc malgré les déclarations formelles d'une des victimes.

Selon le témoignage de Madame N, une des victimes de K, c'est dans la nuit du 4 juillet 2020 qu'elle a été agressée et dépouillée de sa moto scooter. K, en compagnie d'un autre homme, habillés tous deux en blouse et à moto, l'auraient suivie jusque devant le pas de sa porte. «Ils ont fait semblant comme s'ils voulaient passer et j'étais entrain d'essayer d'ouvrir le portail de ma maison. C'est là, qu'ils ont fait demi-tour pour revenir, effrayée, j'ai jeté les clés et j'ai pris la fuite. K, est descendu de la moto laissant son acolyte et m'a poursuivie. Il m'a rattrapée et saisie puis on est tombé tous les deux. Il s'est levé, a ramassé les clés. Le temps que je crie pour alerter les voisins, ils avaient déjà démarré et sont partis avec ma moto». Narre Madame N.

La suite, le 9 juillet, Dame N sera contactée par la gendarmerie de Komsilga pour identifier son voleur mais sans traces toujours de sa moto. D'autres motos volées ainsi qu'un pistolet automatique de calibre 8 ont également été retrouvés chez K qui est d'abord passé aux mains des Koglweogos avant d'être livré à la gendarmerie.

Cependant malgré ces déclarations et les procès verbaux accablants, K maintient qu'il n'a jamais braqué personne encore moins possédé une arme. La moto dont on l'accuse d'avoir volée aurait été laissée dans son maquis par un de ses clients qui n'est plus venu récupérer.

Une ligne de défense qui n'a pas du tout convaincu le procureur qui a requis qu'il soit reconnu coupable et condamné à une peine de 7 ans de prison dont 5 ans de sûreté. Le tout assorti d'une amende de 2 millions 500 000, ferme.

Mais pour le conseil de K, l'action publique est éteinte en ce qui concerne son client. La preuve, K avait été déjà jugé le 7 octobre 2020 par le TGI de Ouagadougou pour ces mêmes faits et relaxé au bénéfice du doute. C'est pourquoi à défaut de déclarer l'action publique éteinte à l'encontre de son client, il a plaidé que le Tribunal le relaxe au bénéfice du doute.

Le délibéré est pour le 7 avril 2021.

Florentin TAPSOBA

 

Pour vos commentaires, éviter, tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée .

Ajouter un commentaire

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

8 + 0 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Les trois dernières publications