Devant le Tribunal /AMPO : Comptable, elle détourne la somme de 6 millions de francs destinée à la prise en charge des orphelins

Soumis par Redaction le lun 12/07/2021 - 22:52
;kl,

Dame Agueratou, 35 ans, comptable à AMPO comparaissait devant le Tribunal de Grande Instance de Ouagadougou le 12 Juillet 2021, pour répondre de trois chefs d'accusation dirigés contre elle. Elle est poursuivie par l'ONG AMPO    pour les faits d'abus de confiance, de faux et  d'usage de faux en écriture privée.

Des faits, il ressort que Dame Agueratou travaille comme comptable à AMPO.  Sa mission consistant en la gestion de la caisse de l'ONG, elle était chargée de verser à la banque BICIAB, des cotisations CNSS destinées à  la prise en charge des orphelins de l’ONG et aussi du remplissage de certains chèques de son entreprise employeur AMPO. Dans le cadre de cette fonction qu’elle occupe,  elle aurait courant année 2019, détourné la somme de 6 453 407 FCFA issue des cotisations CNSS destinées à AMPO  pour la prise en charge des orphelins de l’association. Elle aurait par la même occasion, modifié à plusieurs reprises des chèques BICIAB remis par la CNSS qu’elle a par la suite  utilisés  pour retirer   de l’argent en banque.

Conduite devant le Tribunal, Dame Agueratou plaide  entièrement coupable  des faits qui lui sont reprochés.  Elle reconnait en effet les faits d'abus de confiance. Et sur ces faits, elle affirme que la somme    détournée par elle,  s’élève uniquement   à  5 200 000 FCFA provenant des cotisations CNSS destinées à son entreprise employeur AMPO. «La somme de 6 453 407 FCFA est  une  somme globale comprenant  les pénalités CNSS et moi je n’ai détourné que 5 200 000F» soutient-elle.  Elle aurait utilisé cette somme pour régler un problème familial qui pesait sur elle. En effet, explique t’elle, sa maison familiale était en phase d’être confisquée par une agence immobilière pour une affaire de 8 millions. Ne sachant où trouver cette somme, et étant comptable, tentation lui prendra de détourner la somme de 6 453 407 F qu’elle venait de recevoir de la CNSS, pour régler son problème. Elle reconnaît par ailleurs  avoir usé de faux pour mener certaines transactions en banque. Elle explique avoir inscrit son nom et celui de son petit frère à deux reprises la même année,  sur des chèques pour retirer de l’argent normalement destiné à AMPO.

La prévenue confie  cependant avoir pris conscience de la gravité de son acte quelques temps après l’avoir posé et même entrepris de rembourser la somme qu’elle a détourné à travers une rétention qu’elle faisait  sur son salaire. Elle aurait même déjà remboursé à AMPO la somme de 2 500 000F avant son arrestation.

Au regard du fait que la prévenue ait reconnu les faits,  l'avocat de la partie civile a pour sa part  estimé qu’il n’y avait plus débats.  Néanmoins, en réclamations, il  a demandé que la prévenue soit condamnée au versement de  la somme principale de 6 453 407 FCFA à l’ONG AMPO plus la somme de 3 millions de francs à titre de dommages et intérêts et aussi au paiement de la somme de 1 million pour les frais d’avocat, le tout assorti d’un délai d’exécution provisoire.

 

Le conseil de dame Agueratou a plaidé pour  sa cliente  soit condamné à verser une  somme raisonnable  de 300 000 FCFA au lieu de 3 millions

 Le conseil de dame Agueratou a quant à lui,  imploré la clémence des juridictions à l’égard de sa cliente.  Pour lui, la situation de  dame Agueratou peut arriver à tout humain se trouvant dans le même cas.  Étant comptable et confrontée à des problèmes financiers dans sa famille, elle n’a pas su résister à la tentation d’utiliser l’argent qu’elle détenait . Outre cela,  Une  chose  qui, selon  lui prouve la bonne foi de sa cliente  est qu’a la suite de son forfait, elle s’est rendue compte de la gravité de son acte et a entrepris de rembourser ce qu’elle a détourné. Il a donc plaidé pour que la décision que les juges viendrait à prendre soit assortie du sursis afin de permettre à sa cliente de s’acquitter de ses amendes. Quant aux  réclamations de la partie civile, la défense de Dame Agueratou a rappelé que la somme principale détournée par sa cliente étant de 5 millions 200 mille, sa cliente ne pourrait être condamnée à payer  6 453 407FCFA  qui représente la somme globale avec les pénalités CNSS, lesquelles pénalités n’ont pas été détournées. Sur les frais des dommages et intérêts, il a plaidé pour  qu’au regard de la bonne foi de sa cliente qui, depuis le début de l’affaire n’a jamais nié les faits, elle soit condamnée à verser une  somme raisonnable  de 300 000 FCFA au lieu de 3 millions tel que demandé par la partie civile. Et de poursuivre  sa plaidoirie en demandant  que le délai d’exécution provisoire exigé par la partie civile ne soit pas pris en compte par le Tribunal dans son verdict afin de  permettre à dame Agueratou de s’acquitter librement  de sa dette.

Le dossier est mis en délibéré  pour le 02 Août 2021.

Image illustrative

Georges TOE-Zoodomail

Pour vos commentaires, éviter, tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée .

Ajouter un commentaire

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

15 + 2 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Les trois dernières publications