Devant le tribunal

Devant le Tribunal : il extorque 41 millions de CFA à son bienfaiteur

Soumis par Redaction le Jeu 12/09/2019 - 07:24
g554

Le mardi 10 septembre 2019, Zongo. F a comparu devant le Tribunal de grande instance de Ouagadougou pour répondre de faits d’abus de confiance au préjudice de Tapsoaba. A. devant la barre, le prévenu a reconnu les faits à lui reproché.


Tout a commencé le 12 juin 2019 lorsque Tapsoaba. A a porté plainte contre Zongo. F pour abus de confiance. Arrêter par la gendarmerie, Zongo. F ne nie pas les faits et est passé pour s’expliquer à la barre.
Selon Zongo. F c’est en 2013 que Tapsoaba. A l’a employé dans son magasin de vente de papier  plastique. En effet, les comptes se faisaient une fois dans l’année mais, il n’avait pas de contrôles en tant que tel. Selon lui, lors des comptes, même s’il y a des pertes, il n’avait pas de soucis avec son patron car, ce dernier lui payait même le mois. C’est dans cette situation qu’il a voulu tiré profit en mettant de l’argent de côté pour ses propres dépenses sans que son employeur ne soit au courant. Il a affirmé que l’argent décaissé lui servait pour les jeux du hasard à savoir le PMU’B, le Jackpot et l’autre partie a été utilisé pour entreprendre en élevage en réalisant une ferme. 

Des fausses factures...

    .
A la barre l’accusé a soutenu que c’est depuis 2013 qu’il a commencé à soutirer cet argent dans la caisse mais il s’arrangeait pour couvrir tout cela par des fausses factures et le patron ne se rendait compte de rien.
Selon  Tapsoba. A, c’est courant janvier 2019 qu’il a eu des soupçons concernant son employé. Effectivement, Zongo. F était son employé de confiance c’est ce qu’il croyait. Quand il l’a embauché, tout se passait bien même s’il y avait des pertes de temps à autre lors des comptes, il a toujours toléré. Après deux ans de service, il lui a donné une moto crypton pour ses déplacements et comme si cela ne suffisait pas la deuxième année qui  suivit il lui a même payé un non loti construit.
Le 8 janvier 2019 lors des comptes, il lui a fait savoir que les papiers qui restaient au magasin étaient 600 et quelques . C’est ainsi qu’il s’est rendu sur les lieux et a failli tomber à la renverse car, il a trouvé 11 papiers au lieu de 600 comme indiqué. Quand ils ont faits les comptes, il y avait une perte environ 41 millions de francs CFA.

Un délinquant primaire.


Selon l’employeur les comptes sont effectués chaque année et lors des comptes il y avait des pertes de 500 000 à 600 000 FCFA, pour lui c’était des sommes négligeable parce qu’il considérait Zongo. F comme son propre fils. Il avoue même avoir  eu l’intention de le placer à la tête de l’entreprise une fois à la retraite.
Selon le parquet Zongo. F est un délinquant primaire et a usé de manœuvres frauduleuses pour causer la perte de l’entreprise. Le procureur estimant que les faits d’abus de confiance sont constitués à l’endroit du prévenu a requis 24 mois de prison et une amande de 500000 francs CFA, le tout assorti de sursis.
Dans sa délibération le tribunal a eu la main moins légère que le parquet en le condamnant à un peine de 24 mois de prison  et une amende de 500 000 francs le tout ferme et une amende de 350 000 francs CFA  pour autres somme et le remboursement des 41 millions de CFA.


Sam SISCO

Commentaires

Soumis par justice (non vérifié) le Jeu 12/09/2019 - 08:34

Permalien

Je ne vois pas de difference fondamentale entre "abus" de confiance et "vol". le monsieur se tape 41 millions et on dit "abus de confiance". Sur la base de ce terme il est comdamné à 24 mois ferme.
Le voleur de poulet ou eportable du quartier se prend aussi 24 mois ferme s'il n'a pas fait l'objet de vindict populaire.
je pense que cela pourrait donner des idées d'autres. Je vole 300 000 millions dans les caisses de l'Etat et je suis condamné à 36 mois. Ensuite je sors et je me la coule douce

Ajouter un commentaire

Vérifions que vous n'êtes pas un robot

8 + 10 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Pour vos commentaires, éviter, tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée .

sni long

Les trois dernières publications