Devant le Tribunal : le poulailler de dame Zongo...

Soumis par Redaction le Jeu 13/01/2022 - 00:00
itugh

Prévenu des faits d'abus de confiance, Kaboré et Korgho, tous deux employés d'élevage, comparaissaient  devant le TGI Ouaga 1 le 12 janvier 2022, pour s'expliquer. Ils auraient détourné 434 poulets  qui leur avait été confié par dame Zongo, pour élevage. À leur côté, se trouvait  également Zoundi  qui répondait quant à lui, des faits de recel.

« Le trop de confiance dans les autres est la ruine de bien des gens», disait  Benjamin Franklin  dans son œuvre “L'almanach du pauvre Richard”. Cette pensée, dame Zongo l'a apprise à ses dépens. Elle, qui a  confié la totale gestion de son poulailler à des hommes en qui elle avait pleine confiance,  et qui s'est retrouvée presque ruinée par ces derniers.  Dame Zongo fait sans doute partie de ces femmes qui ont décidé de se  prendre en main en entreprenant. Elle s'est lancée dans   l'élevage de la  volaille, en mettant sur pieds, deux poulaillers avec plus de  2000 têtes de poulets. Pour s'aider dans la surveillance et l'entretien des locaux, elle a recruté Kaboré et Korgho qui sont toute de suite devenus ses hommes de mains. Cependant, pendant qu'elle de son côté, avait pleine confiance aux deux individus, eux de leur côté, en profitaient pour se sucrer.

 En effet, en l’absence de dame Zongo, Kaboré et Korgho procédaient soit à la vente des poulets, soit, ils en tuaient pour  leur propre nourriture. C'est ainsi qu'ils  procédaient, jusqu'en décembre dernier où leur supercherie a été découverte. Et cela, grâce à  un contrôle que  Dame Zongo a entreprit au sein de la ferme.  Peu s'en est fallu qu'elle ne tombe à la renverse quand elle a découvert que sur les 2000 têtes de poulets qu'elle avait antérieurement recensé, plus de 434 manquaient à l'appel. Interrogés, les deux employés vont nier avoir connaissance de quoi que ce soit.

 L'affaire est conduite d'abord  devant les  Koglwéogos. Là-bas,  ils reconnaissent  les faits en soutenant toutefois qu'ils ont détourné 150 poulets et non 434. L'affaire est finalement portée à la gendarmerie où les deux indélicats campent  une fois de plus sur leurs positions: ils ont vendus 150 poulets et pas plus.

Conduits devant le Tribunal ce jour, Korgo et Kaboré reconnaissent tous deux, les faits qui leur sont reprochés. Mais contre toute attente, ils donnent  un  chiffre totalement différent de celui  qu'ils avaient donné à la Police et même au Procureur en enquête préliminaire. A la barre, au lieu de 150 poulets comme ils l'avaient  reconnu en enquête préliminaire,  ils déclarent désormais avoir vendu 78 poulets à raison de 1500f/poulet. Et l'acheteur, disent-ils, c'est le prévenu Zoundi. Malgré les multiples lectures de leurs déclarations devant le procureur,  les deux prévenus  resteront campés sur leurs positions: ils ont vendus 78 poulets et non 150. Encore moins 434 comme on le leur reproche.

En revanche, acculés par les questions du procureur,  les deux détenus vont faire une autre déclaration. En effet,  Korgho va révéler qu'ils ont mangé  16 autres poulet dans le poulailler en  plus des 78 poulets vendus. Ce qui élève le nombre de poulets détournés à 94. Des versions assez controversées qui finissent par mettre le Tribunal hors de lui. « Écoutez vous deux! Est-ce que vous vous écoutez vous même ? Vous-même vous n'êtes pas convaincus des chiffres que vous avancez et vous  croyez que nous on va croire à ça ?» interroge l'un des  juges.

Prenant la parole à son tour, Zoundi va également reconnaître les faits de recel qui lui sont reprochés. Il dit avoir l'habitude d'acheter des poulets à la ferme de dame Zongo. C'est donc sans se douter de quoi que ce soit, qu'il a acheté les poulets que  Kaboré et Korgho lui ont présenté. A la question de savoir le prix auquel il a acheté l'unité de ces volailles, il confie que c'est à 1500f.

 « 1500 f, est ce à ce prix que vous avez l'habitude de prendre vos poulets? » l'interroge le parquet. «Non, d'habitude j'achète l'unité à 2000f », répondra t'il.

« Et pourquoi avoir acheté les poulets qu'ils vous ont présenté à 1500f? », madame la parquetière d'ajouter. Face au silence du prévenu,  le parquet  conclut qu'il était bel et bien informé que les poulets que lui avaient présenté Kaboré et Korgho étaient issus d'un vol.

Dans son réquisitoire  cependant, elle s'est révélée des plus clémentes, implorant la clémence des juges à l'endroit des prévenus au regard de leur statut de délinquant primaire. Ainsi, elle a requis contre Kaboré une peine d'emprisonnement de 03 mois et une amende de 500 000 f le tout assorti du sursis. A l'endroit de Korgho, elle a requis une requalification des  faits d'abus de confiance qui lui sont reprochés en fait de complicité d'abus de confiance et qu'il soit  condamné à 03 mois de prison et une amende de 500 000 le tout avec sursis.

Quant à Zoundi, la procureure a requis 12 mois de prison et une amende de 500 000 f le tout assorti du sursis.

Dame Zongo qui s'est constituée partie civile a elle aussi, réclamé la somme de 976 500f à titre de préjudice matériel.

Le verdict de cette affaire sera rendu le 19 janvier prochain.

Georges TOE

Zoodomail.com

Pour vos commentaires, éviter, tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée .

Ajouter un commentaire

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

1 + 1 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Les trois dernières publications