Devant le Tribunal : mirobolante affaire pour une Highlander

Soumis par Redaction le dim 20/11/2022 - 21:25
rgdbg

Lundi 14 novembre 2022 se trouvait à la barre, au Tribunal de grande instance Ouaga1, sieur M. Dayamba, qui est poursuivi pour des faits d’abus de confiance. Il est poursuivi par R. Kouanda, vendeur d’agrégats résidant à Ouagadougou.

 

Courant le mois de mai en l’an 2021, Dayamba, un proche collaborateur de Kouanda, vient trouver celui-ci et lui propose de lui trouver un véhicule de marque Toyota, et de surcroît, une Highlander version 2017, pour un montant total de 4,5 millions FCFA. Dayamba lui montre les images du véhicule, qui se trouve à Cotonou, au Bénin. Les deux hommes discutent, puis, Dayamba reçoit un premier versement de 2,5 millions FCFA. Ensuite, un autre d’un million FCFA.

 

Dayamba devait reverser ces montants à une société de vente de véhicules à Cotonou, et les transactions, qui devaient d’abord se faire dans une banque de la place, ont été subitement annulées pour passer par transfert.

 

Quand le délai fixé pour recevoir le véhicule arrive, Kouanda appelle Dayamba pour savoir ce qui se passe. Celui-ci lui explique qu’il a joint le patron de la société, prénommé, Farouk, qui confirme que le véhicule est au parc automobile de la ville de Sinkansé, située à la frontière entre le Togo et le Burkina Faso. Kouanda prend alors son mal en patience, puis, les choses tardant toujours, il décide de se faire accompagner à Sinkancé, et, si toutefois il y a des formalités douanières à remplir, il était prêt pour cela, l’essentiel étant d’avoir son véhicule.

 

Les deux personnes se rendent donc dans la ville sus citée, puis fouillent dans le parc. Ils ne trouvent pas de trace de la Highlander en question.

 

Dayamba appelle alors un agent de Farouk qui est à Cotonou. Celui-ci lui dit qu’en fait, le véhicule n’a pas pu bouger de chez eux, car il y a une nouvelle disposition douanière de l’espace UEMOA qui complique les choses.

 

Kouanda estime néanmoins qu’ils vont se rendre à Cotonou, afin qu’il soit rassuré que le véhicule y est. Ils font le trajet, arrivent dans le parc que l’employé de Farouk avait indiqué à Dayamba par téléphone, fouillent et trouvent la Highlander.

 

Tous les deux vendeurs ne répondent plus au téléphone…

 

Kouanda est rassuré. Il demande que Dayamba fasse venir l’employé de Farouk. Sauf que depuis ce temps, il n’était plus joignable au téléphone. Farouk aussi. Les deux personnes se retrouvent désolées. Kouanda décide de retourner au Burkina, laissant le soin à son compagnon d’élucider l’affaire. Dayamba reste donc à Cotonou, mais après quelques jours d’investigation, il n’a aucune trace de la société en question, ni des vendeurs. Il décide de porter plainte à la police du Bénin, ainsi qu’à Interpol pour les recherches, puis revient à Ouagadougou. Là aussi, il porte plainte.

 

Mais Kouanda, qui estime qu’il s’est peut-être fait gruger, veut entrer en possession de son argent, à défaut du véhicule. Il porte à son tour plainte contre Dayamba pour abus de confiance, ce qui a été débattu au cours du procès.

 

Le prévenu explique qu’il était de bonne foi, quand il a approché Kouanda. Il informe que c’est la troisième fois qu’il tente de faire venir des véhicules, mais cela a toujours échoué. Les deux premiers l’ont été parce qu’ils ne s’étaient pas entendus sur les prix, mais pour la Highlander, il comptait tenir promesse, car il avait confiance en ses interlocuteurs. Sauf que ce ne sera pas réciproque, et il se retrouve emmêlé dans cette affaire qu’il regrette fortement.

 

Le plaignant réclame la somme de 3,5 millions FCFA, représentant la somme versée à Dayamba. Le procureur, dans sa réquisition, souligne d’abord qu’en fait, le prévenu a respecté sa part de contrat en versant l’argent aux vendeurs de véhicules, sans savoir que c’était un marché de dupes. Ce qui fait qu’il estime qu’il doit être relaxé au bénéfice du doute. Finalement, Dayamba a été relaxé des fins de la procédure pour infraction non constituée, le Tribunal estimant qu’il n’y a pas eu d’abus de confiance.

Image illustrative

P ILBOUBO

Zoodomail.com

Pour vos commentaires, éviter, tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée .

Ajouter un commentaire

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

2 + 3 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Les trois dernières publications