Devant le tribunal

Devant le tribunal : piégé par son bienfaiteur…

Soumis par Redaction le mar 27/08/2019 - 06:14
ll;i

Vol et recel, tels sont les faits reprochés à B Rasmané devant le tribunal de grande instance de Ouagadougou. A la barre où il a comparu, le vendredi 23 août 2019, B. Rasmané a nié les faits à lui reproché.

Courant janvier 2019, B Rasmané est alpagué par la gendarmerie pour vol de moto. devant le tribunal de grande instance de Ouagadougou, l’accusé appelé à s’expliquer à donner sa version de cette histoire de vol et de recel de moto dont on l’accuse.  

Selon lui, les faits remontent au temps où il a eu un accident de la circulation. Lors de l’accident, un individu du nom de Sayouba, l’a assisté et l’a même pris en charge ses frais d’hôpitaux, alors qu’il ne le connaissait même pas. A en croire, l’accusé, son bon samaritain est resté à son chevet jusqu’à ce qu’il se remette sur pied. Ayant recouvré la santé, B Rasmané avait en projet de rendre visite à son bienfaiteur pour lui témoigner de sa reconnaissance et voir la mère du bienfaiteur qui était malade.  Mais, avant qu’il ait pu mettre son projet a l’exécution Sayouba l’a appelé pour l’informé que l’état de sa mère s’était aggravée et ils étaient à l’hôpital et s’il pouvait venir lui rendre service, il en serait heureux. Sur ce, l’accusé se rend à l’hôpital malgré selon lui, le fait qu’il n’avait pas d’argent, mais pensait qu’il peut être utile à quelque chose. Arrivé, son bienfaiteur lui a dit que le médecin les a libérés mais, lui demande de prendre le ticket du parking et allé chercher sa moto. Il lui précise d’envoyer la moto chez le mécanicien pour qu’il change les serrures parce qu’il avait perdu la clé lors des bousculades à l’hôpital.

 

Accusation de vol...

 

Sans se douter de quoi, il suit les instructions à la lettre, cependant, lorsqu’il a démarré la moto, des individus l’ont interpellé quelques mètres plus loin. Et lui ont demandé s’il était le propriétaire de la moto et s’il avait les papiers de la moto ? Il a répondu par la négative en expliquant que la moto appartient à Sayouba et que c’est ce dernier qui l’a demandé de lui rendre un service en envoyant la moto chez le mécanicien. C’est ainsi qu’il s’est retrouvé à la gendarmerie avec à la clé une accusation de vol. car selon toute vraisemblable, le nommé Sayouba n’était le propriétaire de la moto et s’est du même coup évanoui dans la nature. Estimant avoir été victime d’un coup fourré de la part de Sayouba, l’accusé a clamé son innocence.

Les explications du prévenu n’ont pas convaincu le parquet qui estime que les explications de l’accusé sont un mode opératoire bien connu de ses services. Cela consiste a volé une moto, allé le garer dans un parking un bout de temps et revenir le chercher quand les soupçons se dissipent. A cet effet, il a requis contre B. Rasmané 4 ans de prison ferme et 500 000 FCFA d’amende pour les faits de vols et recel de moto.

Le verdict a été mis en délibéré le 30 août 2019.

 


Sam SISCO

Ajouter un commentaire

Vérifions que vous n'êtes pas un robot

7 + 7 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Pour vos commentaires, éviter, tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée .

sni long

Les trois dernières publications