Devant le tribunal

Devant le Tribunal /Saccage du véhicule du proviseur : «C’est comme si on a tiré au sort et le sort est tombé sur ces élèves…», indique la defense

Soumis par Redaction le lun 31/05/2021 - 23:53
ijtf

Le procès des 09 élèves arrêtés pour  le saccage du véhicule du proviseur du Lycée Philippe Zinda  lors des manifestations s'est tenu le 31 Mai 2021,  au Tribunal de Grande Instance de Ouagadougou.

 

Ils étaient 09 à comparaître devant le Tribunal de Grande Instance de Ouagadougou, ce 31 Mai pour répondre au départ  des faits de participation volontaire à une manifestation illicite, de destruction des biens matériels du Lycée Philippe Zinda et de saccage du véhicule du proviseur dudit Lycée.  Mais sur les faits de destruction des biens matériels du Lycée Philippe Zinda, le procureur, estimant qu’il n’y a pas eu saisine de la justice par l’Agence Judiciaire de l’Etat et que le proviseur ne pouvait se constituer en défenseur pour ces faits,  a demandé que cette accusation  soit levée. Les prévenus devant être seulement jugés pour les faits de participation volontaire à une manifestation illicite et le saccage du véhicule du proviseur.

Ainsi, M.Konta, A. Koansa, A. Salemberé, B. Gansonré, F. Nikiéma, I. Ouédraogo, M.Ilboudo, O. Nikiéma et Mo Ilboudo (SG AESO/Bogodogo) ont été poursuivis pour avoir participé volontairement à une manifestation illicite et pour avoir saccagé le véhicule  d'Alexys Kyelem proviseur du Lycée Philippe Zinda Kaboré le 17 Mai 2021.

 

«Ils m’ont regardé un moment et ils m’ont dit que ma tête ressemble à celui d’un gréviste…»

À la barre, aucun des prévenus ne reconnaît les faits à eux reprochés. Le premier à comparaître est M.Konta, élève au Lycée Abbé Pierre de Yagma. Il soutient avoir été arrêté alors qu’il s'était rendu  au Lycée Philippe Zinda pour récupérer son ordinateur remis quelques jours plutôt,  à un camarade pour réparation. L’ordinateur récupéré, c’est lorsqu’il ressortait du Lycée sur sa moto avec l’ami en question  qu’il a été arrêté par les éléments de la CRS. « Ils m’ont regardé un moment et ils m’ont dit que ma tête ressemble à celui d’un gréviste » à t’il confié sur les circonstances de son arrestation. Il nie avoir participé ni à la manifestation ni à un quelconque saccage de véhicule.

 Le deuxième élève à comparaître est A.Koansa, lui,  élève au Lycée Nelson Mandela. Selon lui, des élèves sont venus les regrouper au Lycée Nelson Mandela pour une manifestation ce jour là. Et c’est dans la curiosité qu’il aurait suivi ces derniers tout en ne sachant pas la cause de la manifestation. Il nie également avoir participé à un quelconque saccage. Il affirme avoir été arrêté a la porte du LPZ alors qu’il partait avec d’autres élèves observer le véhicule saccagé. Également élève du LPZ, le troisième à comparaître devant le Tribunal est A. Salembéré inscrit en 1ère D. Il soutient avoir été poursuivi et arrêté par la CRS alors qu’il se rendait dans la salle des profs pour récupérer un thème d’exposé avec son professeur après la manifestation. Sur les faits,  les six autres élèves passés à la barre ont également tous nié les faits tout en expliquant les circonstances de leur arrestation qui s’est faite pour d’aucuns, alors qu’ils révisaient leurs cours sous les arbres, pour certains, pendant qu’ils revenaient sur les lieux  par curiosité  et  pour d’autres alors qu’ils étaient devant le Lycée Philippe Zinda s’apprêtant a rejoindre leur domicile.

Quant à Alexys Kyélem, proviseur du Lycée Philippe Zinda Kaboré, principal accusateur, il affirme être venu ce jour là au service comme d’habitude à 07h. Et c’est au environs de 09h que les manifestations ont débuté. Alors pour éviter une quelconque blessure, il se serait réfugié avec certains collègues en face du CENASA le temps que les choses se tassent. C’est y étant que sa secrétaire l’a signalé par téléphone que sa voiture était en train d’être saccagée par les élèves. Après la manifestation, il s’est alors rendu sur les lieux et a effectivement fait le triste constat. Cependant, il affirme n’avoir pas pu voir les auteurs de l’acte  mais il aurait entendu dire que ce sont des manifestants de l'AESO. A la question du Tribunal de savoir s’il reconnaissait parmi les prévenus, l’un des auteurs du saccage , il répond par la négative.

«C’est comme si on a tiré au sort et le sort est tombé sur ces élèves…»

Pour sa part, le procureur a requis que I. Ouédraogo, M.Ilboudo, O. Nikiéma et Mo Ilboudo (SG AESO/Bogodogo) et M.Konta soient déclarés non coupables des faits de vandalisme du véhicule du proviseur  et relaxés au bénéfice du doute pour les faits de participation volontaire à une manifestation illicite et que , A. Koansa, A. Salemberé, B. Gansonré, F. Nikiéma soient également relaxés au bénéfice du doute pour les faits de saccage du véhicule mais  déclarés coupables de participation volontaire à une manifestation illicite et sur ces faits qu’ils soient condamné à 2 mois de prison plus une amende de 200 000F le tout assorti de sursis.

Pour la défense des prévenus, les conseils parmi lesquels Me Ambroise Farama ont plaidé pour la relaxe de tous les prévenus pour infraction non constituée. En effet, selon eux, ces élèves ont juste été pris pour combler le vide et trouver de gens à accabler parce qu’il y a eu forfaiture lors d’une manifestation. «C’est comme si on a tiré au sort et le sort est tombé sur ces élèves. Donc il faut les juger parce que de toutes façon, ce sont les mêmes» s'est exclamé Me Farama.

 

À  l'issu des confrontations,  les 09 élèves qui étaient poursuivis ont tous été relaxés par le Tribunal pour infraction non constituée et parmi eux 05 dont I. Ouédraogo, M.Ilboudo, O. Nikiéma,  Mohamine Ilboudo (SG AESO/Bogodogo) et M.Konta , pour infraction non constituée et 04 dont  A. Koansa, A. Salemberé, B. Gansonré, F. Nikiéma condamnés à 2 mois d'emprisonnement plus la somme de 250 000F le tout assorti de sursis pour participation volontaire à une manifestation illicite.

 

Georges TOE-Zoodomail

Pour vos commentaires, éviter, tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée .

Ajouter un commentaire

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

1 + 0 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Les trois dernières publications