Devant le Tribunal : tentative d’escroquerie dans une...

Soumis par Redaction le Jeu 21/04/2022 - 22:07
eugx

 Boubacar Konfé,  employé de commerce domicilié à Bobo Dioulasso, a comparu devant le Tribunal de Grande Instance de Ouagadougou le mercredi 20 avril 2022, pour des faits de tentative d’escroquerie. Selon ce qui lui est reproché, il a tenté de faire un «faux retrait» dans une agence Mobile Money à Ouagadougou.

Les faits remontent au 08 février 2022. Selon les explications de la gérante de la boutique, Konfe s’est présenté à elle une première fois ce jour là, pour retirer une somme  de 7000 francs CFA. Le retrait  effectué, il est  parti  en promettant cependant de revenir pour  un autre retrait qui porterait cette fois-ci sur une somme de  300 000f. Et effectivement, une quarantaine de minutes plus tard,  il est revenu avec un de ses amis.   Mais cette fois, lui,  est resté dehors sur le goudron, calé sur sa moto  et c’est  l’ami avec qui il est arrivé, qui est rentré dans le kiosque pour faire le retrait. Ce dernier a tenté premièrement de retirer 300 000f mais s’est ravisé en disant que le solde n’atteignait pas  le montant demandé. Il a donc finalement décidé de retirer 200 000f. Après avoir effectué la transaction,  Alima (la gérante ) dit avoir effectivement reçu un message de confirmation sur son téléphone. Elle dit qu’elle s’apprêtait d’ailleurs à lui remettre l’argent quand elle a remarqué que c’est un faux message. «En fait le message du retrait est venu d’un numéro particulier et non du service Orange Money» indique t’elle. C’est là, dit-elle, qu’elle a compris ce qui se passait. Elle était sur le point de se faire arnaquer.  Elle dit avoir alors proposé au monsieur de patienter quelques secondes, le temps pour elle de vérifier son solde. Comprenant qu’il venait d’être démasqué, celui-ci à pris la fuite. Il a rejoint  Konfé qui l'attendait dehors mais n’a pas réussi à monter sur la moto car ce dernier avait déjà démarré.  Heureusement confie la gérante, les gens  ont réussi à mettre la main sur Konfé mais l’autre, lui,  par contre, a réussi à s’échapper.

Ligoté et bastonné puis remis à la police. 

Appelé à la barre, Konfé a récusé cette version des faits. Il a nié être lié à cette affaire d’escroquerie. Selon les explications qu’il donne au Tribunal, il est venue de Bobo Dioulasso pour prendre part à des funérailles de son père. Il dit avoir voulu profiter de cet escale à Ouagadougou, pour réclamer son argent à l’un de ses amis qui lui devait une somme de 100 000f et qui le faisait tourner en bourrique depuis longtemps. Ce jour là donc, quand il a  réussi à lui mettre la main dessus, ce dernier a accepté de le rembourser  mais qu’il devait d’abord effectuer un retrait car n’ayant rien sur lui. Il l’a accompagné dans un kiosque situé à quelques mètres ( celui de dame Alima ndlr). L’ami en question est rentré faire le retrait et lui est resté sur le trottoir, attendant qu’il vienne lui donner son agent. « A un moment donné, il est sorti en précipitation me dire de démarrer que les choses se sont gâtées. Je lui ai dit que je ne bouge tant qu’il ne me dit pas ce qu’il a fait à l’intérieur. Il a voulu forcer et j’ai démarré. Il a attrapé l’arrière de ma moto et on a commencé à se tirailler», déclare Konfé, tout en précisant que c’est dans ces tiraillements que dame Alima est sortie précipitamment et à crier « Voleur ». Les gens l’ont poursuivi croyant qu’il avait effectivement commis un vol. Konfé souligne que c’est lui-même qui s’est arrêté quand on le poursuivait, dans l’intention d’expliquer à la foule ce qui se passait. Mais ce fut peine perdue puisque personne n’a voulu l’écouter. On l’a plutôt ligoté et bastonné puis remis à la police. Il soutient par ailleurs, qu’il n’avait jamais mis les pieds  dans le kiosque de dame Alima auparavant, pour faire un quelconque retrait si ce n’est lorsqu’il est venu avec son ami en question.

Ce n’est pourtant pas ce que verse la gérante. Formelle sur ses déclarations,  elle tient mordicus sur le fait que Konfé est bel et bien venue dans son kiosque, une quarantaine de minutes auparavant pour faire un retrait de 7000f. Il aurait même promis de revenir faire une autre retrait de 300 000 francs. C’est bien lui, renchérit-elle. Même s’il est vrai qu’il avait un cache nez sur le visage la première fois quand il est venu, elle dit le reconnaître parfaitement.

Jugeant les faits assez caractérisés, le procureur a souhaité que le prévenu soit maintenu dans les liens de la prévention et qu’il soit reconnu coupable de tentative d’escroquerie. En répression, il a requis une peine d’emprisonnement de 12 mois dont 06 fermes et une amende de 1 million assortie de sursis.

Les avocats du prévenu eux, ne l’ont pas entendu de cette oreille. Ils ont plaidé pour la relaxe pure et simple de leur client au bénéfice du doute car doute, oui, il y en a dans cette affaire, en attendant le verdict du Tribunal.

Georges TOÉ

Zoodomail.com

Pour vos commentaires, éviter, tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée .

Ajouter un commentaire

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

7 + 3 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Les trois dernières publications