Devant le Tribunal : un attaché social du Tgi Ouaga1 dans de sales draps

Soumis par Redaction le Jeu 05/01/2023 - 05:21
§(y

Un assistant social, qui a été mis à disposition au Tribunal de grande instance Ouaga 1 était à la barre le mercredi 04 janvier 2023. Les faits qui lui sont reprochés sont ceux d'escroquerie et d'abus de confiance.

Tout part d'abord de demoiselle S. Haby, qui est venue pour réclamer une pension alimentaire pour ses deux enfants et dont le père est sieur Soré B.. Elle arrive donc un matin au palais de justice, soit au Tgi Ouaga1, et pendant qu'elle patiente, elle volt devant elle sur une porte écrit "Service social".Elle saute sur l'occasion et entre dans le bureau. Elle y croise Francis Y., qui est attaché social, et lui explique qu'elle ne vit plus avec sieur Soré, son ex, depuis plus de 04 ans, et s'occupe seule des enfants. Elle souhaite que celui-ci contribue pour leur pension alimentaire, car elle a le dos au mur.Francis, l'attaché social, lui donne une convocation pour son ex époux puis, s'ensuit une autre où celui-ci abdique et vient répondre.

Les choses lui sont expliquées concernant la pension alimentaire. Haby réclame pour sa part un montant de près de 100 000 FCFA pour les deux enfants. Finalement, l'homme décide de payer 40 000 FCFA mensuellement. Haby accepte cet accord.

 

La pension alimentaire bloquée

 

Mais le hic est que celle-ci aura de la peine à rentrer en possession de son argent. Car même pour le premier mois dont l'argent a été versé, il a fallu faire des mains et des pieds pour réclamer cela au prévenu Francis, qui lui a d'abord versé la somme de 25 000 FCFA, pour ensuite compléter le reste. En tous les cas, elle reconnaît avoir perçu 80000 FCFA pour trois mois, mais elle s'étonne ensuite quand son ex lui explique qu'elle est devenue comme une fonctionnaire parce qu'elle peut maintenant aller percevoir son argent à chaque fin de mois.

Elle n'y comprend rien, et celui-ci lui explique qu'il a versé la somme de 372 000 FCFA à Francis pour la scolarité de l'aînée des enfants, y compris la pension alimentaire. Elle en tombe des nues, car rien que pour la pension alimentaire, c'est un parcours du combattant. Elle décide de venir en savoir mieux sur les choses.Après deux rendez-vous manqués, elle s'indigne ensuite devant l'attaché social et décide de ne plus avoir à faire à lui.

C'est pendant le procès que l'on apprendra que le prévenu avait promis de donner la garde de l'aînée au père, qui semblait y tenir, mais moyennant de l'argent, car il fallait voir un procureur en ce sens.Évidemment, cela a mis le procureur dans ses gonds, car il estime que ce sont ces genres de personnes qui ternissent l'image de la justice. Cette première affaire est jugée pour des faits d'escroquerie.

Le second fait pour abus de confiance reproché au prévenu est que dame K. S. aussi s'est plainte parce qu'elle a été engrossée, puis demandait une prise en charge. Il a été convenu la somme de 15 000 FCFA et deux mois, soit 30 000 FCFA, ont été versés à Francis, sans pour autant qu'elle ne voit la couleur de l'argent. Elle explique dans le procès-verbal qu'elle a dû venir à Ouagadougou pour cela parce qu'elle vit en campagne, mais sans gain de cause.

Le prévenu a reconnu ce forfait, même si la plaignante était absente.

D'autres faits, pas des moindres, sont venus s'ajouter à toutes ces accusations, et semblables aux précédentes. Pour résumer que ce sont des personnes qui devaient venir percevoir de l'argent, mais ne l'ont jamais reçu. La première  affaire a été réglée par le conseil de l'accusé qui a versé le reliquat des 372 000 FCFA.

Le président du Tribunal, par ailleurs, a interpellé l'accusé en lui rappelant qu'il avait commis un acte du genre et qu'il l'avait sommé de rendre de l'argent à une dame qui se plaignait parce qu'elle ne pouvait pas entrer en possession de près de 250 000 FCFA qu'on lui avait versé.

Le procureur estime que cela ne fait pas honneur au corps qu'il doit représenter, et de surcroît, au sein de l'appareil judiciaire. Il requiert la peine de prison de 24 mois ferme et une amende de 1 million FCFA contre l'indélicat. Le délibéré est pour ce 11 janvier 2023.

 

A.SANFO

Zoodomail.com

Pour vos commentaires, éviter, tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée .

Ajouter un commentaire

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

8 + 0 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Les trois dernières publications