Devant le Tribunal : un fonctionnaire de police se fait gruger à hauteur de plus de 700 000 FCFA dans une affaire de véhicule

Soumis par Redaction le mar 25/10/2022 - 07:08
uoyigjfhbc

S. A. est un agent communal qui travaille dans une voirie de la place. En mars 2021, le fonctionnaire  de police, O. S., lui donne de l’argent afin qu’il fasse le dédouanement d’un véhicule qu’il a acheté, ainsi que l’établissement de la carte grise, entre autres. Ce véhicule avait bien avant été convoyé par le même S.A., de Lomé à Ouagadougou.

 

Il lui remet ensuite par tranches des sommes d’argent, qui selon le policier, est estimée à plus de 800 000 FCFA. Il n’a pas cependant pas eu gain de cause, plus d’un an après, et donc était obligé de porter plainte contre l’agent communal, qui devait s’en expliquer devant le Tribunal de grande instance de Ouaga1 (TGI1) le mercredi 19 octobre 2022.

 

Des sommes d’argent ont été versées à S.A., allant de 730 000 FCFA à 300 000 FCA, selon les intermittences. Il reconnaît avoir perçu lesdites sommes, mais s’est attaché les services d’un certain Sakandé pour les formalités demandées par le plaignant. Dès réception du premier montant de plus de 700 000 FCFA, il a appelé celui-ci, lui a remis l’argent, puis le lendemain, ils sont allés ensemble au Centre de contrôle des véhicules automobiles (CCVA) pour la visite technique.

 

Si tout s’est bien passé ce jour-là, il demeure que plus tard, selon S.A., il a perdu de vue Sakandé, car il l’appelle en vain sur son téléphone pour les papiers, mais celui-ci ne répond pas. Pis, son numéro de téléphone ne fonctionne même plus entretemps.

 

Toute chose donc qui a conduit O.S. le plaigant, à le convoquer dans une gendarmerie de la place. Là-bas, on demande au prévenu le numéro de téléphone de Sakandé afin de le joindre, mais le prévenu ne peut même pas donner d’information. Il explique qu’il n’a pas le numéro en tête et qu’il a perdu ses téléphones, et puis, qu’aux dernières nouvelles, il aurait appris que sieur Sakandé a été arrêté et est en détention dans la ville de Bobo-Dioulasso.

 

Le plaignant explique qu’il n’a rien contre le prévenu, mais estime qu’au moins, celui-ci devait faire preuve de bonne foi, en s’amenant à la table de négociation. Car il pense que pour un agent public, il pouvait éponger sa dette à tempérament. Mais rien de tout ceci, et S.A. a préféré jongler, pour ensuite se faire rattraper par ses actes. Il réclame donc ses 890 000 FCFA, car son véhicule, jusque-là, n’est pas dédouané.

 

Le procureur a requis contre lui la peine de prison de 24 mois et une amende de 500 000 FCFA fermes pour abus de confiance.

 

S.A., pour sa défense, explique qu’il est dans les derniers mois de sa prise de retraite, et souhaite la clémence du Tribunal afin de rembourser la somme qu’il doit, car il l’aurait fait depuis longtemps, faute de moyens.

 

Le Tribunal, in fine et après calcul, a estimé que le préjudice financier est de 730 000 FCFA, ce qui représente la première somme reçue par le prévenu, et qui doit être remboursée à O.S.

 

Avant de prononcer son verdict, le Tribunal a mis en garde le prévenu en lui disant que si c’est par des actes du genre qu’il compte préparer sa retraite, il est mal parti. Il écope ainsi d’une sanction clémente de 12 mois de prison dont 02 fermes, et une amende de 500 000 FCFA avec sursis.

 

L’un dans l’autre, le Tribunal a sermonné le policier, car le prévenu n’est pas un acteur qui s’occupe de produire des actes administratifs de ce genre.

Image illustrative

Alassane NIKIEMA

Zoodomail.com

Pour vos commentaires, éviter, tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée .

Ajouter un commentaire

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

11 + 8 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Les trois dernières publications