Devant le tribunal

Devant le Tribunal : un homme de 50 ans viol, une fillette de 10 ans .Il nie les faits.

MI4

Le vendredi 20 septembre 2019, Kaboré A a comparu devant le Tribunal de grande instance de Ouagadougou pour répondre de fait de viol sur la personne de Ouédraogo A, une mineure de 10 ans. A la barre, l’accusé n’a pas reconnu les faits.

Voici une affaire qui a émue la salle d’audience du Tribunal de grande instance de Ouagadougou, le vendredi 20 septembre 2019. En effet, Kaboré A, la cinquantaine bien sonnée, était à la barre pour répondre de faits de viol sur une fillette de 10 ans, à savoir Ouédraogo A. Devant le Tribunal, l’accusé n’a pas reconnu les faits. En l’absence de la victime pour des raisons évidentes, les faits ont été portés à la connaissance de l’assistance par le président du Tribunal et cela selon le témoignage de celle-ci.

 

Les faits.

 

Le 16 mai 2019, alors que la victime est allée chez un voisin pour suivre la télé, elle est appelée par Kaboré A. La victime part répondre à l’appel. Sur place, l’accusé la force à rentrer dans sa chambre et l’ordonne de se déshabiller, après cela, il la pénètre de force, ayant ressenti une forte douleur, la victime hurle, l’accusé lui ferme la bouche avec la main et continue sa sale besogne. Après avoir fini, il menace la victime en lui disant que si elle racontait à quelqu’un ce qui s’est passé, il allait la tuer.

Rentrée chez elle, la victime ne parvient pas à garder le silence, surtout qu’elle n’arrivait toujours pas à supporter la douleur. Si bien que, lorsque son père est rentré du boulot dans la soirée, il se rend compte que quelque chose n’allait pas chez sa fille, après un interrogatoire, la fillette finie par avouer que Kaboré A a abusé d’elle. Colère du père. Celui-ci se rend sur le champ chez l’accusé pour s’expliquer avant de se rendre à la police pour porter plainte. Et c’est ainsi que sieur Kaboré a été appréhendé et mis en détention provisoire.

Appelé à s’expliquer, Kaboré A, a tout simplement nié les faits. Pour lui, c’est une grave accusation qu’on porte sur lui car, il n’a absolument rien fait. Une posture qui pourrait bien lui profiter, et cela à cause de la négligence du père de la victime. Lorsque le Tribunal a demandé à connaitre du certificat médical, le père de la victime a laissé entendre qu’il ne l’avait pas sur lui et qu’il allait partir le chercher. Toute chose qui a conduit le Tribunal a renvoyé sine die, le dossier.

Sam SISCO

Pour vos commentaires, éviter, tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée .

Ajouter un commentaire

Vérifions que vous n'êtes pas un robot

8 + 5 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.
sni long

Les trois dernières publications