Devant le tribunal

Devant le Tribunal/Accusation de pratique de sorcellerie : «vous voyez dans quelle position délicate vous avez mis votre frère ? ... », lance le Tribunal

Soumis par Redaction le mar 25/05/2021 - 22:09
potigj

Nabolé D.,  sa mère Derra B., ainsi que Nabolé A., sa tante paternelle comparaissaient toutes les trois devant le TGI de Ouagadougou le 24 mai 2021 pour accusation de pratique de sorcellerie sur Sawadogo A., coépouse de Derra B.

Les faits, les trois dames se sont retrouvées chez un marabout pour une consultation. Au cours de ladite consultation, Nabolé D entre en transe après avoir été aspergée d'eau par le marabout et fait d'étonnantes révélations.

La coépouse de sa mère, Sawadogo A, serait une sorcière et à l'origine de la mort de la troisième femme de son père, Salamata, décédée en 2019. C'est également la même coépouse qui serait à l'origine d'une maladie dont elle souffre en plus de l'empêcher mystiquement d'acquérir un emploi.

Tous ces propos de Nabolé D., dits pendant sa transe ont ainsi été enregistrés par sa tante à l'aide d'un téléphone portable. Un enregistrement que celle-ci n'hésitera pas à diffuser en la partageant avec d'autres membres de la famille au cours d'un mariage.  

A la barre, les trois femmes ne reconnaissent cependant pas les faits à eux reprochés. «Je n'ai jamais dit qu'elle était une sorcière», se défend invariablement chacune d'elle. Mais les témoignages de membres de la famille viennent les accabler.

Le polygame devant le Tribunal avoue que sa femme Derra B., lui a frontalement dit que son autre femme Sawadogo A est une sorcière. De même, ses sœurs soutiennent que Nabolé A, leur a fait écouté l'enregistrement accompagné de ce commentaire, « on vous disait qu'elle est une sorcière vous ne croyez pas là, constatez vous-mêmes ».

Le Tribunal suite à ces témoignages ne manque pas d'interpeller les accusées en ces termes « arrêtez d'accuser les gens! c'est la première fois que quelqu'un meure? C'est un problème familial que vous avez amené devant nous ici». Et s''adressant particulièrement à Nabolé A., le Tribunal lui lance, «vous voyez dans quelle position délicate vous avez mis votre frère ? Il ne sait pas s'il doit défendre sa première femme, sa deuxième femme, sa fille ou sa sœur ».

Le procureur considérant que malgré les multiples réunions familiales, les prévenues n'ont cessé de maintenir leurs accusations de pratique de sorcellerie sur dame Sawadogo depuis 2019, l'obligeant même à quitter le domicile conjugal, a requis qu'elles soient reconnues coupables. Et en répression, condamnées chacune, à 1 an de prison dont 3 mois fermes plus une amende de 250 000 avec sursis.

La victime pour sa constitution de partie civile a réclamé 1 million à titre de dommages.

Le verdict prononcé par le Tribunal, Nabolé D., relaxée au bénéfice du doute. Quant à Nabolé A., et Derra B., elles ont été reconnues coupables pour les faits d'accusation de sorcellerie. Nabolé A., écope de 12 mois de prison avec sursis, plus une amende ferme de 250 000. Derra B., 6 mois de prison, 250 000 d'amende, le tout assorti du sursis. Ainsi que la condamnation aux dépends à payer la somme de 1 million à Sawadogo A.

En outre, à l'issue du verdict, Sawadogo A., s'est rétractée sur sa demande de 1 million.

Image illustrative

Florentin TAPSOBA

Pour vos commentaires, éviter, tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée .

Ajouter un commentaire

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

3 + 1 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Les trois dernières publications