Devant le tribunal

Encore une affaire d’arnaque de Qnet

vt5

Encore une affaire de Qnet sur le tapis, le mercredi 08 janvier 2020. Trois personnes étaient à la barre pour répondre de faits d’escroquerie, comme ce fut pour l’un des cas lors de nos éditions précédentes.

Il s’agit d’une escroquerie portant sur la somme de 450 000 FCFA, et dont la victime est S. Fatao. Selon les faits S. Marcel a eu un emploi au sein de Qnet où il propose des recrutements en ligne pour la vente de produits. Pour cela, toute personne qui est intéressée doit verser la somme de 450 000 FCFA et profiter de certaines opportunités, cela en recrutant à son tour d’autres personnes. Ce qui veut dire que si la personne intéressée paie la somme demandée, il est automatiquement inscrit comme un commercial du réseau et doit à son tour attirer au moins deux personnes pour avoir en fin de compte un bonus de 200 Dollars US.

Donc, plus on a de personnes attirées, plus on a un bonus qui s’augmente. Ce qui veut dire que si pour deux personnes, c’est 200 Dollars, pour quatre, c’est 400 Dollars, et ainsi de suite.

Marcel, qui a souscrit et a bénéficié de cette opportunité, appelle alors Fatao, qui est son cousin par ailleurs, pour lui expliquer l’affaire. Marcel dit qu’ils ont tous passé le Baccalauréat plus de deux fois sans succès, donc a voulu rendre service à Fatao qui se trouvait par ailleurs dans un département du Burkina et qui s’apprêtait à faire des cours du soir pour encore tenter son Bac.

Fatao, qui est alléché par cette proposition d’opportunité de Marcel, demande à son père qui vit en Côte D’Ivoire de lui envoyer de l’argent pour cela. Le père s’exécute, puis Fatao vient à Ouagadougou pour l’affaire. Il est ensuite accueilli par O. Mazou au sein de la boîte, qui lui explique les rouages en lui montrant comment faire et comment présenter les produits qui sont, entre autres, des articles commerciales, aux clients. La société mère, selon les prévenus, se trouve en Malaisie, et les versements y sont acheminés en Euros.

Fatao s’y met, puis, au bout d’un mois, il laisse tomber pour revenir avec une convocation pour les tenants de Qnet, représentation de Tampouy afin de réclamer son argent.

Ceux-ci sont pris, y compris Z. Jérôme, qui fait office de chef d’agence, mais qui n’a rien à voir en lien avec Fatao, puisque ne le connaissant même pas. Ils sont ensuite déférés au parquet.

Il se trouve que c’est l’oncle de Fatao qui est à l’origine de la plainte, parce que le père de celui-ci, qui est en Côte D’Ivoire, veut savoir si son fils a fait bon usage de son argent. L’oncle va alors se renseigner auprès de Fatao qui lui explique qu’il s’est engagé dans une affaire de Qnet. Celui-ci se met en rogne, lui explique que c’est de l’arnaque, et demande à son neveu de retourner réclamer son argent, surtout qu’il ne voit rien venir à l’horizon comme argent.

Selon le prévenu Marcel, il a voulu aider fatao, qui est son cousin, et ne voulait en aucun cas le gruger, parce qu’il profite de Qnet et cela a changé sa vie. Idem pour Mazou, et tous deux racontent que ce n’est aucunement une arnaque.

Mais ce n’est pas l’avis du procureur. Puisque chaque fois, ce sont des personnes ciblées dans les départements du Burkina qui sont appelées et se voient proposées l’affaire de Qnet, parce que le marché de l’arnaque est saturé à Ouagadougou. Il a requis contre Mazou et Marcel la peine de prison de 12 mois ferme et une amende de 300 000 FCFA, et la relaxe de Jérôme pour infraction non constituée.

Si celui-ci a été relaxé, le tribunal a condamné les deux autres à une peine de prison de 12 mois dont 06 mois et une amende de 300 000 FCFA fermes, ainsi que le paiement de la somme de 450 000 FCFA à la victime, qui n’était pas présente, par ailleurs, lors de l’audience.

Sam C

Pour vos commentaires, éviter, tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée .

Ajouter un commentaire

Vérifions que vous n'êtes pas un robot

3 + 5 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Les trois dernières publications