Harcèlement sexuel ou tentative forcé de vol ?

yju7

O. Sayouba est un cas assez particulier qui se retrouve devant le Tribunal de grande instance de Ouagadougou le vendredi 31 janvier 2020 pour répondre de faits de tentative de vol au détriment de demoiselle O. Awa. 

 

Le prévenu explique qu'il est sorti une nuit, suite à l'appel d'un ami, pour se rendre dans un maquis de la place. Il ressort, prend son engin au parking et voit la victime arrêtée un peu à l'écart. Il la rejoint et lui propose d'aller avec elle dans une chambre de passe non loin des lieux.  Demoiselle Awa accepte et les deux cheminent pour la suite de leur marchandage.

 

Sayouba dit qu'ils sont arrivés au lieu dit et c'est là-bas que la fille lui a réclamé la somme de 10 000 FCFA. Il lui propose 5 000 FCFA et promet payer la chambre à 2000 FCFA, parce que c'est tout son argent, mais la fille refuse. Il décide de repartir puis celle-ci lui demande l'argent de son déplacement sur les lieux parce qu'elle a brûlé du carburant. Il refuse et elle lui promet de lui créer des problèmes. Ces faits se sont passés courant le mois d'octobre 2019. C'est plus tard, le 09 janvier 2020, quand il était assis dans un restaurant, qu'il  a vu un policier en tenue venir en compagnie d'un de ses propres amis pour être interpellé.

Il les suit et est mis au courant de ce qui lui est reproché et qui est une tentative de vol de biens de Awa.  Selon lui, la victime a mis à exécution sa menace de lui créer des problèmes.

 

La version de Awa est de loin ce que dit le prévenu. Elle raconte que la première fois qu'ils se sont rencontrés vers le maquis en question, elle suivait le prévenu pour la chambre de passe. Plus tard, elle voit que celui-ci est en train de traverser un terrain vide et s'inquiète. Il s'arrêtent et celui-ci lui dit qu'en fait il a besoin de son sac à main. Elle a juste eu le temps usé réfugier chez des vendeurs de cigarettes juste à côté. 

Elle explique qu'elle est repartie chez elle après que celui-ci soit parti. Le lendemain, pendant qu'elle était du côté de l'hôpital Saint Camille, elle voit encore le bonhomme qui vient vers elle. Elle se fait draguer une fois encore et rappelle au prévenu qu'elle est celle qu'il a essayé de voler la veille. Elle démarre pour rentrer chez elle mais constate dans son rétroviseur que celui-ci la suit.  Elle se réfugie encore dans un endroit pour ensuite repartir sous escorte de bonnes volontés. 

 

Le clou dans cette affaire est venu le 08 janvier. Awa était chez elle et reçoit la visite d'un jeune homme voisin de quartier. Elle se rend compte que celui qui l'accompagne est son harceleur et l'appelle de côté pour l'en informer. Les deux amis  repartent puis, Awa va alors porter plainte contre le prévenu qui est apprehendé grâce à son propre ami, celui-là même qu'il avait accompagné chez la victime. Le procès suivait normalement son cours, mais une autre information est venue causer son renvoi.  Car,  le prévenu, qui disait qu'il n'avait jamais été condamné, se voit rattrapé par ses déclarations. Étant donné qu'il campe sur ses positions, le tribunal a trouvé mieux de renvoyer l'audience pour informations complémentaires au 21 février 2020.

Photo illustrative

S C

Pour vos commentaires, éviter, tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée .

Ajouter un commentaire

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

4 + 9 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.