Devant le tribunal

Pour Compaore L. A, «depuis un certain temps c'est devenu le sport favori de certains jeunes de s'attaquer à ma personne sur les réseaux sociaux»

DT

Compaoré A. R. est jugé par contumace lundi 3 août 2020 au TGI de Ouagadougou. Il est accusé de diffamation par Compaoré L. A. relativement à une de ses publications sur facebook en date du 22 mai 2020.

Compaoré L. A, seul à comparaître, explique à la barre, que les propos tenus par Compaore A. R sur sa page facebook étaient diffamatoires et portaient atteinte à son honneur. En effet, pour étayer ses dires, il cite certains passages de cette publication.

 En substance, il est nommément accusé en vertu de sa qualité de Sécretaire adjoint chargé des jeunes du MPP d'avoir tripatouillé des listes du parti, d'être impliqué dans l'affaire Kemi Seba et l'enlèvement de Naïm Touré. Mais aussi de par sa fonction de conseiller spécial chargé de mission au ministère de la Solidarité nationale d'avoir détourné des vivres.

C'est pourquoi, Compaore L. A qui dit ne rien se reprocher de toutes ces accusations proférées contre sa personne estime qu'il a subi des préjudices. Pour lui, il est clair que l'objectif de Compaoré A. R. était, «de s'asseoir dans son petit coin, avec son petit portable et ses petits mégas pour ternir mon image», laisse-t-il entendre.

Les propos contenus dans la publication de Compaoré A. R sans l'appui de preuves revêtent effectivement un caractère diffamatoire , selon le parquet

Au titre des préjudices qu'il a subis, dit-il, au plan professionnel, cette publication a remis en cause la confiance placée en lui par ses partenaires. Par ailleurs, il soutient que la publication de Compaoré A. R. a terni l'image de sa formation politique.

Compaoré L. A  affirme également que «depuis un certain temps c'est devenu le sport favori de certains jeunes de s'attaquer à ma personne sur les réseaux sociaux». Par conséquent, il dit se constituer partie civile et réclame ainsi 10 millions de francs en dédommagement. 

Le procureur pour ses réquisitions, fait d'abord observer que les propos contenus dans la publication de Compaoré A. R sans l'appui de preuves revêtent effectivement un caractère diffamatoire à l'encontre de Compaore L. A. En conséquence, il requiert six mois de prison et une amende de 300 000 francs, le tout assorti de sursis contre le prévenu Compaore A. R.

Le délibéré est pour le 10 août 2020.

 

F.TAPSOBA

Pour vos commentaires, éviter, tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée .

Ajouter un commentaire

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

3 + 8 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Les trois dernières publications