Devant le tribunal

Un garagiste pris à son propre piège !

;k[;

Le jeudi 30 avril 2020, Stéphane S., garagiste, était devant le tribunal de grande instance de Ouagadougou pour répondre de faits d'abus de confiance portant sur la somme de plus de 1 million FCFA. 

Les faits sont que sieur Sawadogo, le plaignant, a confié son véhicule tout terrain au prévenu en novembre dernier. Il était convenu la somme de près de 1,3 million FCFA  pour des réparations dont le plaignant est victime suite à un accident de la  circulation. 

 

Après que l'assurance ait payé les frais, le plaignant va voir le prévenu pour réparation de son véhicule qui a été assez endommagé, dont des tôleries et autres choses inhérentes. Il lui verse la somme d'un million FCFA, pour réparer les parties endommagées du véhicule. Quelques temps après, il attend en vain que son engin lui soit livré. Il se rend alors au garage et voit que ce sont deux parties du véhicule qui ont été arrangées, à savoir deux ailes seulement. Alors que pour la circonstance, ce sont non seulement l'avant, mais aussi d'autres parties qui devaient être réparées. 

 

Mais il se trouve que le prévenu n'a pas fait son travail. Pis, il est revenu voir la victime pour réclamer le reliquat sur le million FCFA afin de terminer les travaux, soit plus de 200 000 FCFA. 

Et de fil en aiguille Sawadogo, qui voit que son véhicule prenait du temps à être réparé, va porter plainte pour abus de confiance. 

 

A la barre, Stéphane explique qu'il a acheté des pièces de rechange qu'il a entreposé chez lui. Il explique qu'il ne les a pas montées sur le véhicule parce qu'il attendait que certaines personnes finissent le travail qu'ils doivent faire, avant tout cela. Mais il a été piégé par le tribunal qui lui demande si toutefois l'on reportait le procès et que l'on aille chez lui, l'on retrouvera les pièces. Il répond qu'il ne souhaite pas cela pour son image au sein de la famille. Le tribunal insiste et il finit par avouer que rien comme pièce ne se trouve chez lui, et qu'il a utilisé l'argent pour payer la scolarité de ses deux enfants. 

Outre cela, il avoue qu'il a aussi fait d'autres choses avec l'argent, et reconnait que cela n'est pas allé à la finalité destinée. Le plaignant, pour sa part, ne réclame rien du tout parce qu'il a du respect pour le père du prévenu. 

Le tribunal, après avoir pris acte, a condamné celui-ci à une peine de prison de 12 mois ferme mais une amende de 250 000 FCFA avec sursis.  

 

Sam C

Pour vos commentaires, éviter, tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée .

Ajouter un commentaire

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

3 + 12 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Les trois dernières publications