Devant le tribunal

Un pasteur se fait arnaquer par des vendeurs de faux or

tt

Deux prévenus que sont Kouanda M. et Bonkoungou S. étaient à la barre au Tribunal de grande instance de Ouagadougou le vendredi 03 juillet 2020 pour répondre de faits d’escroquerie et de tentative d’escroquerie par la vente de supposé or. Leur victime est sieur Ousséni N., qui n’était pas présent.

Ce procès a été interrompu dès que le tribunal ait vérifié l’identité des prévenus. Car dans la salle d’audience, un autre plaignant s’y trouvait. Il s’agit d’un pasteur, J.B. Nana, qui a constaté qu’il n’est pas cité comme victime. Il lève le doigt pendant un long bout de temps, puis le tribunal décide d’interrompre l’audience pour écouter ce qu’il a à dire. Il explique alors qu’il est aussi victime de cette arnaque qui consiste à faire passer pour de l’or ce qui n’est pas, cela par des stratagèmes différents. Il raconte au tribunal qu’il est de la ville de Koudougou et a été appelé par le Service régional de police judiciaire de Ouagadougou (SRPJ) concernant cette affaire. Le tribunal se réfère ensuite au procureur, qui explique que la procédure de Nana ne lui est pas encore parvenue, sauf le dossier présent concernant la victime Nikiéma. Il estime de ce fait qu’il va falloir que celui-ci retourne au SRPJ afin qu’un procès-verbal soit établi et transmis à son niveau, et puis, les deux cas seront jugés ensemble. La date du 17 juillet 2020 a été retenue à cet effet.

Un pasteur grugé par sa naïveté

Dans les coulisses, nous approchons le pasteur Nana pour savoir les dessous de l’affaire. Il nous explique qu’il a une connaissance du prénom de Jacques, qui l’a appelé un jour pour lui dire qu’il s’est converti dans l’orpaillage et achète de l’or avec des orpailleurs artisanaux pour revente. Il lui dit qu’il a une quantité d’une valeur  de plus de 38 millions FCFA, qu’un « Blanc » a demandé, et étant donné qu’il est à Koudougou, il va lui envoyer un de ses employés. Celui-ci devait lui remettre l’or, que Nana allait ensuite remettre au Blanc, et prendre l’argent. Nana n’y voit aucun inconvénient, lui qui connait bien Jacques qui est un fidèle de l’église. Il va ensuite chercher l’employé de celui-ci à la gare, lui qui venait de Ouagadougou, puis l’amène chez lui. Il l’installe confortablement. Plus tard, il reçoit l’appel d’une personne qui a l’accent d’un expatrié. Celui-ci lui demande si toutefois il a une commission pour lui, et ils s’expliquent entre eux. Le Blanc lui dit ensuite qu’il est à Boromo, pour la réparation d’un de ses Caterpillar, mais qu’il sera là bientôt. Il lui dit qu’il enverra un contrôleur pour savoir si c’est vraiment de l’or. Le contrôleur arrive quelques heures plus tard, fait son constat, certifie que c’est bel et bien de l’or de bonne qualité, puis, met cela dans un caisson qu’il scelle.  

Après, c’est Jacques qui l’appelle pour lui dire, aux environs de 19h, que le Blanc promet le lendemain pour venir chercher sa marchandise. Il se dit acculé par ceux qui lui ont livré leur or et demande la somme de 03 millions pour les calmer. Nana répond qu’il ne peut pas lui trouver cette somme, sinon 500 000 FCFA. Il emprunte ladite somme avec le comptable de l’église, et donne 300 000 FCFA à l’employé qui était présent, puis envoie 200 000 FCFA via Orange Money à Jacques, cela selon les instructions de celui-ci.

Le lendemain, le Blanc l’appelle aux environs de 9 h pour lui dire qu’il est en banque et qu’il va falloir attendre 15 h pour entrer en possession de son argent. Puis, c’est Jacques qui l’appelle peu après pour lui solliciter la somme de 01 million FCFA parce qu’il doit de l’argent à un orpailleur qui a sa femme qui doit accoucher à la maternité. Le pasteur lui envoie encore 500 000 FCFA, par Orange money, expliquant qu’il ne peut faire plus. Une somme empruntée encore chez le comptable de l’église.  

15 h arrive, puis le Blanc appelle pour dire que compte tenu que la somme de 38 millions est élevée, il va falloir attendre le lendemain, selon la banque, et lui passe au téléphone une personne qui se fait passer pour le directeur, qui confirme la situation.

Et là encore, Jacques profite soutirer la somme de 500 000 FCFA au pasteur, en lui promettant de lui ajouter 01 million en plus de ce qu’il aura pris. Cette somme est empruntée à un responsable de l’église, cette fois-ci.  

Le pasteur explique qu’en tout et pour tout, il a été roulé dans la farine à hauteur de 1,5 million FCFA.

La banque ne connait aucun Blanc sous ce prénom de Elvis

Bien avant de s’en rendre compte, il s’est rendu à la banque UBA-BIB de Koudougou pour savoir si toutefois il y a un certain Elvis, qui est le prénom du Blanc en question, qui est venu pour faire un retrait. La banque lui explique qu’elle n’a personne de peau blanche de ce prénom parmi ses clients. Il se rend compte alors qu’il a été grugé, et continue à la gendarmerie. Là-bas, les pandores lui suggèrent de communiquer avec ses arnaqueurs afin qu’ils écoutent leur conversation. Ce qui est fait, puis Nana donne rendez-vous à un endroit afin que Jacques envoie quelqu’un prendre 02 millions FCFA qu’il ment avoir rassemblés. Sauf que personne ne viendra par la suite, et depuis lors, même les numéros de téléphone ne passent plus.

Nana explique que c’est un jour de juin 2020 qu’il est appelé au téléphone par le SRPJ. Il quitte Koudougou pour Ouagadougou, puis s’y rend. La police lui montre des numéros de téléphone qu’il déclare ne pas connaitre. On lui dit que parmi celle-ci, il a conversé pendant plus de 40 minutes avec un interlocuteur. Il se rappelle alors et explique de quoi il s’agit. C’est là que le SRPJ sort un caisson du même genre que tenait Nana et qui contient en fait du bronze bien brillant, et lui dit qu’il n’est pas seul dans cette arnaque, que les arnaqueurs sont en garde à vue et donc, il va falloir qu’il suive le cours des choses afin de se porter partie civile contre ceux-ci.

Sauf que Nana ne savait pas que c’était une plainte émanant de seul Nikiéma Ousséni, et que la procédure établie concernait que celui-ci, puis est venu au jugement. Les juges, qui ont été mis devant les faits, ont ainsi conseillé Nana de repartir se constituer partie civile à son tour au SRPJ, avec un procès-verbal établi en bonne forme, afin que les deux plaintes soient jugées concomitamment.

Nana nous confie par ailleurs que pour rembourser les sommes empruntées, il a dû vendre à 02 millions son véhicule qu’il a acheté à 07 millions FCFA. Rendez-vous donc le 17 juillet pour la suite…

Image illustrative

Flora TAPSOBA

 

 

 

Pour vos commentaires, éviter, tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée .

Ajouter un commentaire

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

12 + 3 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Les trois dernières publications