Devant le tribunal

Un procès particulier met en émoi la salle d’audience

y6574

Voici un procès qui a mis en émoi presque toute la salle d’audience le lundi 27 janvier 2020 au Tribunal de grande instance de Ouagadougou. De toute évidence, des larmes ont coulé en toute subtilité par compassion  pour la prévenue. 

Demoiselle Marie O. est poursuivie pour des faits d’abus de confiance au détriment de la société de gardiennage et de sécurité AGSP,  qui a pour gérant Armel B. Zoungrana. Elle était vigile dans ladite société depuis plus de 15 ans, et vu sa fidélité, le patron des lieux l’y a engagée comme agent de bureau. Elle était en charge de ce fait d’enregistrer des papiers et en plus, de faire des dépôts d’argent sur le compte de la société. Depuis donc plus de 11 ans, elle faisait ce travail de dépôt d’argent, entre autres tâches.

En l’an 2017, elle va pour faire un versement dans une banque de la place et fait un crochet pour une pause petit-déjeuner au café Cappuccino, situé sur l’Avenue Kwamé N’Krumah. Elle est contrôlée par un vigile d’une autre société de gardiennage qui est sur les lieux et qui s’appelle Ganou Nana Simplice,  qui est d’une autre nationalité, par ailleurs. Celui-ci découvre dans son contrôle que dans le sac de Marie se trouve une importante somme d’argent. Il l’accompagne jusqu’à la réception, puis, après que celle-ci ait fait sa commande à emporter et voulait ressortir, lui demande son numéro de téléphone.

Depuis donc ce temps, les deux sont devenus des amis et Simplice l’appelait chaque jour pour avoir de ses nouvelles.

Outre cela, les deux se croisaient, mangeaient et buvaient ensemble de temps à autre. Pour dire que ce sont deux personnes qui sortaient ensemble, comme dit par le procureur, qui estime que cette relation a été si longue que la vérité saute aux yeux, même si la prévenue ne veut pas le reconnaître. 

26 décembre 2019, perte de la somme de 2,350 millions FCFA

Nous voici au 26 décembre 2019. Le patron de Marie, sieur Zoungrana, lui donne la somme de 2,350 millions pour versement. Elle reçoit l’appel de Simplice qui lui demande son programme. Elle le lui explique en mentionnant qu’elle doit faire un versement à Atlantique banque, et celui-ci lui donne rendez-vous devant Cauris banque, parce qu’il avait un besoin urgent de la voir. Soit non loin de Cappuccino.

Marie arrive, les deux se parlent puis Simplice lui montre un sachet contenant des choses. Il lui demande de garder cela pour lui, puis insiste à mettre ledit sachet dans le sac de Marie, qui ne refuse pas. Elle ouvre son sac, Simplice met de lui-même le sachet dans le sac-à-mains de Marie, puis, celui-ci s’excuse pour aller voir une personne juste aux alentours et revenir.

Marie attend plus de 15 minutes et appelle Simplice qui lui dit qu’il est entre les mains de policiers et qu’il faut qu’elle veille sur le colis qu’il lui a donné. Marie s’en va à la banque Atlantique. Elle y arrive, ouvre le sac et voit que l’enveloppe contenant l’argent a disparu. Elle ne sait plus que faire. Elle retourne à l’agence de gardiennage, le temps de voir clair dans cette affaire.

Peu après, elle appelle Simplice pour lui expliquer la perte de son argent. Celui-ci fait fi de ne pas reconnaître les choses, puis, Marie se rend au Cappuccino pour se voir dire que Simplice n’est pas venu ce jour et a expliqué qu’il était malade, donc, s’est fait remplacer.

Depuis donc ce temps, Simplice a disparu de la circulation. Les appels de Marie tard dans la nuit pour lui dire que c’est lui qui a emporté l’argent en mettant lui-même l’argent dans le sac est nié en bloc par Simplice, qui disparait des radars ensuite.

Le 27 décembre, le patron de Marie cherche à faire le point et ne voit pas de traçabilité du versement. Elle avait cependant pris le soin de demander à un de ses amis commerçants de lui prêter la somme afin qu’elle bouche le trou, mais celui-ci n’a pas pu honorer sa doléance. Elle explique alors au patron que c’est suite à un problème de réseau qu’elle a laissé la somme avec le caissier de la banque et est repartie. Celui-ci lui intime l’ordre de repartir voir si tout est OK. Elle part et c’est suite à cela qu’elle était obligée d’avouer qu’elle a perdu l’argent et a fait l’historique des choses.

« Je lui confie des sommes plus que cela »

Le patron, sieur Zoungrana Armel, explique à la barre qu’il est confiant en Marie, sauf que celle-ci n’a pas dit la vérité lors de la première interrogation le 26 décembre. Toute chose qui a fait qu’il a eu recours à la gendarmerie pour régler les choses parce que c’était louche comme affaire. Il reconnait cependant que Marie est une fille assez fidèle parce qu’il lui confie des sommes plus de ce montant depuis lors, mais n’a jamais eu de problème avec celle-ci.

Il explique qu’il a eu le contact de la sœur de Simplice au Cameroun par le biais de la société de gardiennage où il travaillait, et a été accueilli par la sœur de celui-ci qui lui a dit que celui-ci est venu au Cameroun pour les fêtes de fin d’année.

Mais il ne doute en aucun cas de la moralité de Marie, qui s’est laissé gruger par le Camerounais en question et a découvert que dans le sachet qui était censé contenir de précieux produits, il n’y avait que du goudron et d’autres produits sans importance.  Il ne réclame rien cependant pour la perte parce qu’il a communiqué avec les parents de la prévenue qui se portent volontaires à régler l’affaire à l’amiable.

Le procureur, pour sa part, après débat, estime en fait que Marie n’est ni complice, ni auteur de la perte de la somme mise en cause, et, explique que la prévenue est victime de sa naïveté, comme dit par Zoungrana Armel, son patron. Il a donc requis la relaxe pure et simple de Marie, au bénéfice du doute. Cette réquisition a été suivie par le tribunal, qui a estimé ainsi cette affaire qui a fait verser des larmes à plus d’un dans la salle d’audience, tellement Marie a été naïve et s’est retrouvée seule dans cet imbroglio…

Photo illustrative

Sam C

Pour vos commentaires, éviter, tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée .

Ajouter un commentaire

Vérifions que vous n'êtes pas un robot

16 + 4 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Les trois dernières publications