Diplomatie-Coopération

Projet Mil : remplir le bol des burkinabè par de la nourriture produite par les burkinabè sur la terre du Burkina Faso

lp

Le mardi 8 septembre 2020, l’Ambassadeur de Chine au Burkina Faso S.E.M. LI Jian et Monsieur Salifou OUEDRAOGO, Ministre burkinabè de l’Agriculture et des Aménagements Hydroagricoles ont ensemble procédé à l’inauguration du centre de recherche sur le Mil Burkina Faso/ République populaire de Chine à Loumbila, en présence de Sa Majesté le Larlé Naaba Tigré, des autorités communales et des techniciens burkinabè et chinois.

D’un coût de plus de 130 millions de FCFA, ce centre possède une cinquantaine d’équipements capables d’analyser plusieurs indices techniques relatifs à la qualité des différentes semences.

L’Ambassadeur de Chine a indiqué que ce centre dispose, dès sa création, d’équipements de haute technologie et ce, grâce aux efforts conjoints du Ministère chinois de l’Agriculture et des Affaires Rurales et du Projet de mil. Il a ajouté qu’avec les efforts déployés par les experts des deux pays, ce laboratoire va jouer un rôle très important dans le renforcement des capacités d’analyse des semences du mil et des autres cultures au Burkina Faso. Il a rassuré que l’équipe des experts du projet de Mil ainsi que celle du projet d’assistance technique agricole s’engagent, chacun en ce qui le concerne, à jouer une grande partition dans la résolution de la crise alimentaire au Burkina Faso.

« La Chine amène sa technologie et le progrès au Burkina Faso » a d’emblée affirmé le Ministre de l’Agriculture et des aménagements Hydroagricoles avant de saluer la qualité des relations entre la Chine et le Burkina Faso, et entre le Ministère chinois de l’Agriculture et celui du Burkina Faso en particulier. Ce centre, explique t-il, est doté d’appareils de dernière génération et permettra de suivre et de contrôler les indicateurs de qualité associés aux semences. Il a tenu à exprimer toute sa gratitude et sa reconnaissance pour cet investissement de la Chine dans l’agriculture qui, selon lui, permettra au Burkina Faso d’avancer vers la souveraineté et la sécurité alimentaire dans la durabilité. S’exprimant sur le « Projet Mil », il assure que dès sa 1ère année de mise en œuvre, soit en 2019, dans les régions du Plateau Central, des Hauts Bassins, du Centre-Sud et du Centre-Est, le projet a obtenu des résultats forts appréciables, notamment en faisant passer la production du mil de moins de 1 tonne/ha à plus de 3 tonnes/ha. Il s’est ainsi réjouit de la duplication du projet sur l’ensemble du territoire.

L'ambassade

 

Pour vos commentaires, éviter, tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée .

Ajouter un commentaire

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

1 + 17 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Les trois dernières publications