Economie-Développement

Dynamique des investissements au Burkina Faso: l'investissement privé en hausse avec 1 296,6 milliards en 2019.

Soumis par Redaction le lun 29/06/2020 - 15:43
yft

Le ministère du Commerce, de l'industrie et de l'artisanat en collaboration avec ses partenaires a présenté lundi 29 juin 2020 au cours d'un déjeuner de presse à Ouagadougou, une note de conjoncture sur la dynamique des investissements au Burkina. Elle passe en revue, les politiques de promotion de l'investissement et leurs impacts sur la dynamique des investissements de 2016 à 2019. Des investissements toujours en hausse malgré les défis sécuritaire et sanitaire.

 Malgré les difficultés sécuritaires, les gens continuent d'investir au Burkina Faso. Et les chiffres sont là pour le prouver. C'est l'affirmation faite par Harouna Kaboré, ministre du Commerce, de l'industrie et de l'artisanat lors de la présentation de la note de conjoncture sur la dynamique des investissements au Burkina et les perspectives de consolidation et de développement dans le contexte de la relance économique post crise sanitaire.

Ainsi, de ce qui ressort de cette note de conjoncture, l'investissement total au Burkina Faso est en hausse depuis 2016 dominé par l'investissement privé.  D'une valeur totale de 1576, 4 milliards de cfa en 2016, il est passé à 1 863,8 milliards de francs cfa. Et dans la répartition de ces investissements, ce sont en 2018, 1704,8 milliards d'investissement dont 943,5 milliards d'investissement privé et 761,3 milliards d'investissement public. En 2019, le Burkina Faso a engrangé 1 863,8 milliards d'investissement total dont 1 296,6 milliards d'investissement privé et 567,4 milliards d'investissement public.

Des investissement sans cesse croissant qui témoignent de l'efficacité des politiques sectorielles et des mesures d'accompagnement entreprises par le gouvernement dans le cadre du PNDES pour faciliter les affaires au Burkina Faso.

En effet, au nombre des facilitations apportées au profit des investisseurs, s'égrènent entre autres, les exonérations fiscales, la digitalisation à travers la plateforme de télédéclaration «eSINTAX» ou encore la mise en place du Portail virtuel «Porté d'entrée au Burkina» pour réduire les délais de délivrance des actes administratifs du ministère en charge du commerce.

 Mais également explique M. Harouna Kaboré, la création de dispositifs institutionnels tels que l'Agence burkinabè de l'électrification rurale (ABER) en 2017, l'Agence burkinabè des investissements (ABI) en 2018 etc ont par conséquent permis de rendre le Pays des hommes intègres plus attrayant pour les investisseurs.

Malgré les réformes déjà opérées, le secteur privé burkinabè connaît quelques contraintes

Par ailleurs, en croire, le ministre du Commerce, de l'industrie et de l'artisanat, les secteurs qui ont connu le plus d'investissements sont celui des mines, des énergies et des industries agro-alimentaires. Quant aux impacts de ces mesures d'accompagnement initiés de 2016 à 2019 et perceptibles sur le terrain, c'est l'augmentation du Produit intérieur brut réel (PIB) de 7 605,1 milliards de francs cfa en 2016 à 8 920,4 milliards de francs cfa en 2018.

Le domaine de la création d'entreprise a quant à lui connu une croissante continue selon cette de note de conjoncture des investissement. Il en résulte, de 11 661 entreprises en 2016 , 13 137 entreprises enregistrées au régistre de commerce en 2019. Par voie de conséquence, le nombre d'emplois crées au Burkina Faso est passé de 3 229 en 2016 à 9 622 en 2019.

En outre, relève le ministre du Commerce, de l'industrie et de l'artisanat, malgré les réformes déjà opérées et tous les acquis notés dans la dynamique des investissements au Burkina Faso, le secteur privé burkinabé connaît quand même quelques contraintes. Au niveau conjoncturel, on compte au titre des contraintes la situation sécuritaire et la maladie à coronavirus. Sur le plan structurel, figurent l'insuffisance du capital humain, le coût élevé et l'insuffisance de l'électricité etc. Le document final sur la dynamique des investissements au Burkina Faso et les perspectives de consolidation et de développement dans le contexte de la relance économique post crise sanitaire sera publié en mi-juillet.

Samiratou OUEDRAOGO

 

 

Pour vos commentaires, éviter, tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée .

Ajouter un commentaire

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

2 + 0 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Les trois dernières publications