Éducation

Swiss Umef University of Burkina Faso : l’expertise suisse fait son entrée dans le monde éducatif burkinabè

Soumis par Redaction le Jeu 22/08/2019 - 21:17
lp[]

Le jeudi 22 août 2019,  Ouagadougou  a  connu  l’inauguration de la Swiss Umef University of Burkina Faso. Un campus flambant neuf ; c’est la toute première Université privée internationale suisse au Burkina Faso.

 

Le monde de l’éducation vient de s’agrandir au pays des hommes intègres.  La cérémonie marquant  l’inauguration du nouveau temple du savoir, marquée par la symbolique coupure du ruban a eu lieu  dans les  locaux flambant du joyau  sis à Ouaga 2000, ce jeudi 22 août 2019. Swiss Umef University, célèbrement reconnue dans le monde universitaire en Europe, en Asie et en Afrique, dépose désormais  ses valises  au Burkina Faso.  L’Université  était déjà présente dans 6  pays africains tels que le Gabon, la Côte-Ivoire, le Mali, le Togo, le Niger et le Sénégal.   Il s’agit de la toute  première Université privée internationale suisse dans le pays.

« Aujourd’hui, Swiss Umef vient à la rencontre de l’expérience burkinabè dans l’éducation et la formation. C’est une tâche qui commence, guidée et éclairée d’une part par l’expertise, d’autre part, saisie et reformulée par la demande burkinabè », soutient le Président du Conseil de Direction de Swiss Umef Burkina, Martin Bansé. Les formations délivrées par l’Université, fera-t-il savoir, sont rigoureusement axées autour de l’emploi. Elles se sont avérées pertinentes dans tous les 25 pays où elle intervient, a-t-il ajouté. L’Université offre plusieurs avantages. Il y a la possibilité aux étudiants d’obtenir des diplômes reconnus par plusieurs systèmes éducatifs à la fois ; la mobilité des enseignants et étudiants ; le caractère transversal de ses programmes, l’octroi de bourses d’étude à certains étudiants et la pédagogie de suivi personnalisé qui est la sienne depuis 35 ans.

« L’importance que ma modeste personne accorde à l’émergence d’une jeunesse entreprenante et autonome a fait que j’ai lutté de toutes mes forces, dès que le hasard des rencontres m’en a donné l’opportunité, pour que les jeunes de mon pays puissent bénéficier de l’expertise suisse, une expertise dont la qualité principale mondialement établie est la précision », révèlera le Président du Conseil de Direction.

Il a aussi indiqué que les promoteurs de la Swiss Umef  University of Burkina ont bénéficié d’un soutien inestimable de la part de l’institution-mère suisse à travers son président Djawed Sangdel. Sans l’appui financier, logistique et pédagogique venu de Genève, soutient-il, il n’y aurait pas de ruban à couper ce matin à Ouagadougou.  

 

« Le savoir coule comme l’eau, et chacun en prend selon ses capacités et le volume de son récipient »

Pour Sylvain Albert Yves Gouilliard, représentant le Président Directeur de la Swiss University, Djawed Sangdel, à cette cérémonie,  reprenant un adage dira ceci « Le savoir coule comme l’eau, et chacun en prend selon ses capacités et le volume de son récipient » et de poursuivre « Je ne doute pas de l’ampleur de vos capacités, ni du volume de son récipient. Je ne doute pas de l’ampleur de vos capacités, ni du volume de votre récipient devant le savoir, il ne reste qu’à puiser ensemble ! Vos enseignants et étudiants ont fait leurs preuves dans nos universités. Leurs perspicacité et assiduité à pouvoir se servir des expériences européennes pour perfectionner les leurs en Afrique sont confirmées ».  Toutes proportions gardées, il ajoute que « la vision et la pédagogie du suivi personnalisé dont s’honore la Swiss Umef University, sont capables de produire au Burkina, ce qu’elles ont déjà réalisé ailleurs , c’est-à-dire,  favoriser l’éclosion, en nos jeunes et en profondeur, d’un savoir-faire et savoir-être qui leur permettront de gagner honorablement leur vie, de vivre en hommes cultivés et responsables, ne désertant jamais, quoi qu’il arrive, leurs qualités et devoirs intrinsèques d’hommes et de citoyens » .

Au cours des démarches qui ont abouti à cette cérémonie de ce matin, confie-t-il, nous avons trouvé auprès du Gouvernement burkinabè, une oreille attentive et une réelle volonté de collaborer avec nous. Pour lui, c’est réconfortant et c’est la preuve que Umef University of Burkina répond à un besoin d’une grande importance.

Le représentant du ministre de l’enseignement supérieur, Jules Ilboudo à son tour et  au nom du ministre, a souhaité que la nouvelle université, sur le terrain burkinabè du développement socioéconomique, affectionne et cultive particulièrement le passage obligatoire qui existe entre enseignements et emplois, entre formations et compétences, entre recherches et innovations.  « A juger de l’image du Campus que vous offrez aujourd’hui à voir, nous comprenons que la réalisation du joyau, la Swiss Umef University of Burkina, a été une tâche longue, laborieuse et âpre. Ce que vous avez réalisé dans le silence et le dévouement appartient, à partir d’aujourd’hui, au peuple burkinabè tout entier, en particulier à sa jeunesse désireuse de se former et d’aller à la rencontre du monde planétaire avec des armes adéquates ; et c’est cela, en réalité, qui fait votre fierté, et la nôtre également », va-t-il soutenir.

« La scolarité varie de 0 FCFA à 1 700 000 FCFA »

L’Université comprend pour l’instant deux Unités de Formation et de Recherche (UFR), à savoir celle des sciences économiques et de gestions (UFR/SEG) et celles des sciences juridiques, politiques et de l’administration (UFR/SJPA) ; en plus des différentes formations professionnelles certifiantes. La scolarité  varie de 0 F CFA à 1 700 000 FCFA. Il faut comprendre par-là, que le nombre de place étant limité, Swiss Umef met l’accent sur les meilleures candidatures. Elle délivre des bourses aux étudiants en fonction de leur moyenne obtenue au baccalauréat. Plus la moyenne est élevée, plus  le coût est considérablement réduit ou égal à 0. Pour être retenu dans l’Université, il faut d’abord fournir un dossier complet, passer un examen d’entrée et un entretien concluant avec un responsable.

A la suite de la cérémonie, Swiss Umef University of Burkina a signé un partenariat avec « Human Projet ». Le but étant de développer un réseau afin de trouver des issues d’emplois aux étudiants qui y seront inscrits.

 

 

Hermann GUINGANÉ et Rolande TIEMTORÉ (Stagiaire)

Ajouter un commentaire

Vérifions que vous n'êtes pas un robot

15 + 3 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Pour vos commentaires, éviter, tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée .

sni long

Les trois dernières publications