Élections

Corruption électorale 2020: «439 pratiques de corruptions ont été observées, dont 43% concernent la distribution d'argent», selon le REN-LAC

Soumis par Redaction le Jeu 11/02/2021 - 21:01
dk

Le Réseau national de lutte anti-corruption (REN-LAC) a au cours d'un déjeuner de presse le 11 février 2021, révélé les résultats de son observation sur les élections du 22 novembre 2020. Des observations menées durant 3 mois dans les 13 régions du Burkina tout au long du processus électoral.

De ces résultats, il ressort que 439 pratiques de corruptions ont été observées, 125 cas de témoignages dont 43% concernent la distribution d'argent. En tête des partis les plus concernés, on retrouve, le MPP 46,9% dont 5% en utilisation des biens de l'Etat. Le CDP 10,3% et l'UPC 7,3%. Suivis du RPI et de Agir ensemble avec chacun 5,5% et du NTD avec 3,2 %.

Par ailleurs, la fraude et la corruption électorale s’entendent comme des pratiques ou des manœuvres illégitimes dans le processus électoral qui pourraient entacher la sincérité des votes, selon le REN-LAC. C'est pourquoi, a laissé entendre l'institution, qu'en tant qu'organisation de la société civile engagée contre la fraude électorale. L'objectif de ces observations est de documenter les différents aspects de la corruption électorale au sens des différentes lois et dispositions juridiques en vigueur et ainsi contribuer à veille citoyenne.

Et des cas de fraudes électorales, le REN-LAC a exposé des exemples concrets dont on peut citer, « le 18 novembre 2020, c'est par groupe 10 que les gens, majoritairement des femmes accèdent dans la cour de Jean Claude Bouda, ex-ministre de la défense. Après les échanges sur la consigne de vote en faveur du MPP, chaque groupe ressort avec 20 000 FCFA ». Le REN-LAC illustre également l'ampleur de la fraude électorale avec cet autre exemple, «12 novembre à Ouahigouya, des tee-shirts avec l’effigie de Zéphirin Diabré ont été distribués à des jeunes de différents secteurs pour accueillir le candidat et participer au meeting».

Toutefois, le secrétaire exécutif du REN-LAC a tenu à clarifier l'intérêt de ces observations, «nous n'avons pas à certifier la crédibilité ou la non crédibilité d'une élection, ce n'est pas notre rôle». C'est souligne-t-il, uniquement dans l'optique de démontrer et interpeller les populations sur l'ampleur de la corruption électorale. D'où, à la fin de ce rapport sur l'observation de la fraude électorale et de la corruption électorale lors des élections couplées du 22 novembre 2020, un certain nombre de recommandations ont été formulées à l'endroit des différents acteurs. Aussi, n'a cessé de rappeler le REN-LAC,  «des élections basées sur la corruption ne peuvent garantir le choix de gouvernants intègres pour présider à la destinée d'un pays et aspirer au développement».

Samiratou OUEDRAOGO

Pour vos commentaires, éviter, tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée .

Ajouter un commentaire

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

6 + 2 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Les trois dernières publications