Energies

Occupation anarchique des couloirs électriques: la SONABEL tire la sonnette d'alarme

mkkk

Sensibiliser sur les dangers liés à l'occupation anarchique des couloirs des lignes électriques. C'est l'objectif d'une série de campagne lancée par la Société nationale d'électricité du Burkina à travers le théâtre-forum. La cérémonie de lancement officiel a lieu le mardi 15 septembre 2020 à Zagtouli sous la présidence du ministre de l'Energie représenté par son directeur de cabinet Idrissa Konditamde.

 

opp

«Haute tension, attention danger de mort». C'est en clair, le message véhiculé par la troupe théâtrale Espoir aux populations de Zagtouli au sein de son marché dans l'après-midi de ce 15 septembre. Selon Baba Ahmed Coulibaly, directeur général de SONABEL, cette initiative vise à rappeler les dangers qui sont liés à l'occupation anarchique des couloirs électriques. Pour cause, il fait entendre qu'il y a des personnes qui construisent leurs habitations et lieux de commerce tout autour des poteaux électriques en ignorant les dangers qu'ils encourent.

A cet effet, pour éviter les drames d'électrocution, d'incendie et de décès assez fréquents, c'est par la sensibilisation que la Société d'électrification Burkinabé a décidé d'opérer. Ainsi, s'en convainc M. Coulibaly, «on s'assure avec le théâtre qui est interactif que le public intègre bien le message. Nous sommes conscients que la plupart ignore les dangers qu'ils encourent. Certains le font par mauvaise foi, mais la majorité ignore. C'est pour cela, que nous avons pensé que cette campagne serait la meilleure».

lppp

Par ailleurs, c'est une entrée en matière qui se veut interpellatrice explique le premier responsable de la SONABEL, car les contrevenants devront faire face à la dureté de la loi. Et fait comprendre ce dernier, «à un moment donné, il faudrait que les gens arrêtent de construire autour des poteaux. C'est pour leur santé. Et c'est interdit, la loi dit qu'on ne doit pas construire dessus, c'est un domaine public».

pp

D'où, Idrissa Konditamdé, directeur du cabinet du ministre de l'Energie de saluer cette  démarche entreprise par la SONABEL. « Nous les remercions d'avoir choisi cette voie. Ils avaient la loi avec eux, ils pouvaient passer par des méthodes coercitives. Mais il ont choisi la méthode de sensibilisation, dissuasive». Une méthode douce de l'avis de Idrissa Konditamdé, plus adéquate, qui juge que faisant partie intégrante de la population; il est préférable de passer par la sensibilisation pour faire passer le message parce que la concertation permet de résoudre tous les problèmes.

Du reste, le message semble être passé auprès des populations de Zagtouli qui ont échangé directement sur la scène avec les acteurs. A cet égard, le directeur de cabinet du ministre de l'Energie a exhorté la population à se conformer aux recommandations prescrites par les techniciens. En l'occurence, une distanciation de 25 mètres des lignes hautes tensions et de 15 mètres pour les moyennes tensions.

La cérémonie de lancement officiel de cette campagne de sensibilisation sur les dangers de l'occupation anarchique des couloirs des lignes électriques s'est faite en présence des autorités coutumière, religieuse et administrative de Zagtouli. Celles-ci, se sont en outre engagées à être des relais de ce plaidoyer de la SONABEL.

Pour l'heure, dix représentations sont à l'affiche et se poursuivront dans les différents arrondissements et localités du Burkina Faso.

Samiratou OUEDRAOGO

Pour vos commentaires, éviter, tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée .

Ajouter un commentaire

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

3 + 8 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Les trois dernières publications