Une prisonnière transgenre a mis enceinte deux de ses codétenues: “Je suis tombée amoureuse”

Soumis par Redaction le Jeu 05/05/2022 - 16:43
97y

Il y a quelques jours, le département correctionnel du New Jersey a admis que deux prisonnières étaient tombées enceinte au sein de l’établissement pénitentiaire Edna Mahan, situé à Clinton et réservé aux femmes. La personne qui les a mises enceintes est une seule et même personne: Demitrius Minor, une prisonnière transgenre qui se fait à présent appeler Demi et qui a été condamnée à trente ans de prison pour homicide involontaire.

 

Dans un essai publié en ligne, Latonia Bellamy, 31 ans, une prisonnière enfermée à perpétuité dans la prison de Mahan pour avoir tué un couple, a avoué avoir eu une relation sexuelle avec une codétenue et attendre un enfant pour l’automne prochain.

Dans la foulée, le département correctionnel du New Jersey a confirmé les dires de Latonia, indiquant qu’une autre détenue avait eu des relations sexuelles prohibées et était, elle aussi, enceinte. L’autre parent se fait appeler Demi, de son nom complet Demitrius Minor, 27 ans, et est une personne transgenre qui a entamé sa transition en 2020 et purge une peine de trente ans de réclusion à la prison de Mahan, seule maison de correction réservée aux femmes de l’État du New Jersey, pour l’homicide involontaire de son père adoptif.

Prison ouverte aux personnes transgenres

Depuis 2021, à la suite d’un procès intenté par une détenue, la prison -qui compte 800 détenues- héberge également des femmes transgenres, y compris celles qui n’ont pas encore subi de chirurgie de réassignation sexuelle. L’établissement pénitentiaire compte désormais 27 détenues transgenres.

 

Selon William Sullivan, président du syndicat qui représente la plupart des agents correctionnels de l’État du New Jersey, ces grossesses n’ont rien d’étonnant. “Nous l’avions prévu en 2019, lorsque nous avons déposé une injonction pour empêcher le transfert des détenues s’identifiant comme transgenres vers l’établissement pour femmes”, a-t-il expliqué au Daily Mail. “Nous avions prévenu que cela finirait probablement mal, c’est-à-dire par des grossesses.”

Relations prohibées

Dans son texte, Latonia Bellamy raconte qu’à l’intérieur des murs de la prison de Mahan, la culture du viol est omniprésente. Mais elle défend Demi: “Je n’ai pas été violée. Je n’ai pas non plus été forcée de faire quoi que ce soit que je ne voulais pas faire. Bien que cela ne soit pas autorisé, je suis tombée amoureuse et j’ai eu des rapports sexuels consentis avec une femme transgenre.” Or les relations sexuelles sont interdites à Edna Mahan.

“J’ai fait ce qui est naturel pour tout être humain. On a créé un lien naturel et authentique qui m’a permis d’obtenir beaucoup de soutien, de compréhension et d’amour”, poursuit la trentenaire. “Quel individu incarcéré n’aspire pas à une seconde chance dans la vie, lorsque ses années d’adolescence, de vingtaine et de trentaine s’étiolent derrière quatre murs, une porte en acier et des barrières en fil barbelé?”

Depuis, Demi, Latonia et la troisième prisonnière concernée sont à présent l’isolement.

 

7 sur 7be 

Pour vos commentaires, éviter, tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée .

Ajouter un commentaire

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

5 + 1 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Les trois dernières publications