International

Niger : Mohamed Bazoum élu président face à Mahamane Ousmane

Soumis par Redaction le mar 23/02/2021 - 17:51
KOP

Le candidat du parti au pouvoir, Mohamed Bazoum, a été élu lors du second tour de l’élection présidentielle, avec 55,75% des voix, selon les résultats provisoires de la Ceni. Il devance l’opposant Mahamane Ousmane.

Selon les résultats provisoires annoncés par la commission électorale nationale et indépendante (Ceni), Mohamed Bazoum a remporté le second tour de l’élection présidentielle, qui s’est tenu le 21 février dernier. Le candidat du Parti nigérien pour la démocratie et le socialisme (PNDS, au pouvoir) a remporté 55,75 % des suffrages (2 501 459 voix).

 

L’ancien ministre de l’Intérieur devance l’opposant Mahamane Ousmane (44,25 % des suffrages et 1 985 736 voix), qui avait reçu le soutien de Hama Amadou, de Salou Djibo ou encore d’Ibrahim Yacouba. Mohamed Bazoum avait quant à lui bénéficié du ralliement, entre les deux tours, de Seini Oumarou et d’Albadé Abouba (8,95 % et 7,07 % des suffrages au premier tour).

Mohamed Bazoum l’aurait emporté largement dans les régions de Tahoua, Agadez et Diffa, et arrive également en tête à Maradi et, de justesse, à Zinder, où les scores sont cependant très serrés (340 397 voix contre 340 249). Mahamane Ousmane gagne quant à lui à Dosso et, surtout, dans les centres urbains de Tillabéri et Niamey.

 

 

Huit agents électoraux tués

Ces chiffres provisoires doivent encore être validés par la Cour constitutionnelle, qui ne proclamera pas les résultats définitifs avant plusieurs semaines. La mission d’observation de la Communauté des États sahélo-sahariens (CEN-SAD) a « exhorté tous les candidats en lice à respecter les résultats issus des urnes et à recourir aux procédures et aux voies légales pour le règlement de tout contentieux ».

 

« Si jamais les citoyens constatent que ces élections ont encore (…) été des élections truquées, je crains que la situation soit difficile à gérer », avait déclaré Mahamane Ousmane après avoir voté à Zinder le 21 février. Mardi 23 février, la direction de campagne de l’ancien président a encore contesté les résultats et dénoncé un « hold-up électoral ».

La tension est ensuite montée d’un cran à l’annonce des chiffres provisoires, notamment à Niamey, où plusieurs dizaines de partisans de l’opposition sont descendus dans la rue. Le scrutin s’est cependant déroulé dans « des conditions satisfaisantes », avait auparavant estimé la CEN-SAD.

 

 

 

 

Le deuxième tour de cette présidentielle a cependant été endeuillé par la mort d’au moins huit agents électoraux – sept dans la région de Tillabéri, après l’explosion d’une mine, et un dans la région de Diffa.

Le ministre de l’Intérieur, Alkache Alhada, a dénoncé un « acte barbare », dont l’objectif est d’instaurer une « dictature moyenâgeuse ». « Nous ne céderons pas aux menaces terroristes », a ajouté le successeur de Mohamed Bazoum.

« Une victoire pour la démocratie nigérienne »

Ce scrutin marque la première transition pacifique entre deux chefs d’État démocratiquement élus au Niger, une promesse du président sortant. Mahamadou Issoufou, qui prépare aujourd’hui sa reconversion et la création d’une fondation, avait en effet assuré qu’il ne tenterait pas de modifier la limite constitutionnelle de deux mandats présidentiels.

« Je suis fier d’être le premier président démocratiquement élu de notre histoire à pouvoir passer le relais à un autre président démocratiquement élu », a-t-il déclaré après avoir voté dimanche 21 février. « C’est une victoire pour la démocratie nigérienne », se réjouit un ministre, contacté par Jeune Afrique.

Lors d’une visite à la présidence de la République, les représentants des missions d’observation électorale (notamment de l’Union africaine et de la Cedeao) ont félicité Mahamadou Issoufou « pour avoir pris la décision de ne pas se présenter à l’élection ». Ceci constitue « une leçon pour tous les leaders de l’Afrique », ont-ils affirmé.

« C’est surtout une victoire pour le PNDS », glisse un cadre du parti au pouvoir, qui rappelle que la formation du nouveau président élu a remporté 80 des 166 sièges mis en jeu lors des législatives organisées en même temps que le premier tour de la présidentielle, le 27 décembre dernier.

Un gouvernement début avril

« Bazoum a sécurisé sa victoire à la présidentielle en s’alliant avec Seini Oumarou et Albadé Abouba, mais le PNDS reste ultra-dominateur », analyse un politologue. « Il a concédé à Seini Oumarou la présidence de l’Assemblée et devra faire de la place au gouvernement pour ses alliés, mais il a les coudées franches », ajoute un cadre du parti au pouvoir.

 

Le PNDS se taillera donc logiquement la part du lion dans la future équipe gouvernementale. Selon nos sources, celle-ci ne sera pas dirigée par un Touareg, comme ce fut le cas sous Mahamadou Issoufou avec Brigi Rafini. La fonction devrait revenir à un membre de l’une des deux ethnies majoritaires, les Haoussas et les Djermas, Bazoum étant lui issu de la minorité arabe.

Selon nos informations, le nom du prochain Premier ministre devrait être annoncé le 4 avril prochain, jour de l’investiture du nouveau chef de l’État. La liste complète des ministres devrait quant à elle être connue le lendemain, 5 avril.

JA

Pour vos commentaires, éviter, tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée .

Ajouter un commentaire

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

7 + 0 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Les trois dernières publications