Le Café : après le discours de Damiba, le peuple entre espoir et peur

Soumis par Redaction le lun 05/09/2022 - 06:45
yiéeéuy

Ce dimanche 4 septembre 2022, le chef de l’État, le lieutenant colonel, Paul Henri Sandaogo Damiba s’est adressé à la nation. Il a egrené les differentes actions menées par son régime depuis son arrivée au pouvoir, par coup d'Etat le 24 janvier 2022. Il a, devrait on dire, tenu sa parole donnée lors de son premier discours delivré le 1er avril 2022, de revenir vers le peuple après 7 mois, pour lui rendre compte du travail abattu par ses hommes et lui. Ce qu'il fallait surtout retenir, ce 1er avril, dans ce premier grand orale, c’est la grande assurance qu’il a donnée au peuple burkinabè,  relativement à la question sécuritaire. Il a affirmé ceci : <<la légitime impatience des Burkinabè ne doit pas se convertir en doute, ni en peur parce que notre stratégie pour recouvrer l’intégralité de notre territoire ne souffre d’aucune imprécision >>. Gonflés donc à bloc, pense-t-on et visiblement hyper optimistes, les locataires de Kossyam ont donné au monde, ce jour là, le sentiment de posséder une formule infaillible, d’aucuns diraient ’’miracle’’, pour ecrabouiller les terroristes et ramener en un temps record la paix et la sérénité au pays. Près de 8 mois après, à la lecture de l’adresse du chef de l’État, delivrée ce 4 septembre, le peuple est plus que jamais tiraillé entre l’espoir et la peur. Les hommes intègres espèrent encore parce que Damiba a déclaré ceci (quelques phrases fortes du discours du 4 septembre ): << L’acquisition de nouveaux équipements et le renforcement de nos capacités techniques, nous permettent aujourd’hui de délivrer des feux avec une précision (...) Plusieurs dizaines de jeunes ont accepté de saisir la main tendue, en déposant les armes et en s’engageant dans le processus encadré par le Gouvernement (...) Nous allons mettre en œuvre toutes les mesures pour reprendre le contrôle total de notre territoire (...) Les mesures concernant les conditions de vie et de travail des Forces de Défense et de Sécurité, des Groupes communaux de veille et de défense patriotique, seront renforcées (...) Le dialogue initié à la base et qui produit déjà des effets concrets, va être renforcé (...) Les réformes concerneront également l’animation de la vie politique...>> Dans le même temps, le discours du lieutenant colonel comporte des affirmations qui suscitent la peur. Il affirme : << Le mal qui nous ronge, est la résultante de plusieurs années de compromissions politiques, de contradictions sociales et d’amalgames de tous genres (...) Incapables d’initier le moindre sursaut collectif, nous avons laissé notre pays sombrer. A tous les niveaux, nous avons failli (... ) Les divisions internes nous ont fragilisés (...) Cela se ressent très logiquement sur notre engagement et notre manière de mener la guerre contre le terrorisme (... )Certaines actions des nôtres ont malheureusement plus contribué à attiser le feu, plutôt qu’à l’éteindre (...) Cet état de délabrement moral, concerne toutes les composantes de notre société...>> A la vérité, si le tableau de la situation sécuritaire et sociale au Burkina Faso est aussi noir que l’a dépeint le chef de l’État, alors il faut craindre. Il ne faut surtout pas se voiler la face et comprendre dans les propos de Damiba, que ce n’est pas dans les cinq prochaines années, encore moins dans quelques petits mois, que la sécurité comme voulue par le peuple va être instaurée. Un énorme travail reste donc encore à faire par les dirigeants s’ils veulent ramener la confiance entre les populations et surtout rendre quasi inactifs les groupes terroristes.

Bonne dégustation !!!

 

Zoodyinga

Zoodomail.com

 

 

 

 

 

 

 

Pour vos commentaires, éviter, tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée .

Ajouter un commentaire

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

5 + 4 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Les trois dernières publications