Le Café

Le Café / Côte d'Ivoire : la note de la désobéissance civile, de plus en plus salée

Soumis par Redaction le Jeu 22/10/2020 - 22:50
ggh

L'élection présidentielle prévue en Côte d'Ivoire le 31 octobre prochain, soit dans exactement 8 jours, s'annonce dans un climat de paix relative entrecoupée par des actes de violence perpétrés dans quelques localités du pays. Toutefois, à la lecture des actes observés depuis quelques jours sur le terrain, il n'est pas risqué de penser que le scrutin s'annonce dans une atmosphère tendue et d'incertitude. Même si le pouvoir d'Abidjan ne cesse de donner des assurances et de promettre qu'il n'est point question du report de cette élection. Le mardi 20 octobre dernier, à Dabou, ville située à une cinquantaine de kilomètres à l'ouest d'Abidjan, des personnes répondant à l'appel à la désobéissance civile lancé par des partis de l'opposition politique se sont attaquées à de nombreux édifices publics et privés qu'ils ont détruit et pillé et ont incendié des véhicules. Au moins 7 personnes sont mortes et plusieurs autres blessées selon les autorités ivoiriennes. Un couvre-feu a même été décrété par le préfet du département de Dabou dans la ville entre 19 heures et 6 heures. Au centre est du pays à Bongouanou, ville dont est originaire Pascal Affi N'guessan, président du Front populaire ivoirien (Fpi), celui-là même qui le 15 octobre dernier a invité ses militants et ceux d'Henri Konan Bédié le Parti démocratique de Côte d'Ivoire (Pdci) : « à empêcher la tenue de toute opération liée au scrutin et à mettre en application le mot d’ordre du boycott actif par tous les moyens légaux à leur disposition afin que le pouvoir actuel consente à convoquer l’ensemble des forces politiques nationales [pour] trouver des solutions acceptables », des mouvements de colère ont eu lieu également. Au décompte, le domicile d'Affi, a été incendié. Une bagarre entre des jeunes de la communauté ethnique agni (celle dont est issue Pascal Affi ) et les malinké a éclaté dans la ville et une perte en vie humaine a été déplorée avec des dégât matériels enregistrés. 24 heures après toutefois, les deux communautés ont fumé le calumet de la paix en menant ensemble une ''opération ville propre'' qui a consisté à balayer les rues de la ville de Bongouanou en se tenant côte côte. Il y a eu des échauffourées également dans la ville de Bonoua, ville de naissance de Simone Ehivet Gbagbo, ex-première dame de Côte d'Ivoire. A ce climat est venu s'ajouter celui créé par le syndicat des étudiants, la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d'Ivoire (Fesci) qui pour des questions de frais de scolarité dits élevés, a lancé un mot d'ordre de boycott le lundi 19 octobre dernier empêchant de fait tous les élèves et étudiants de Côte d'Ivoire de se rendre à l'école. Un mot d'ordre que la fesci a suspendu le lendemain, dénonçant l’immixtion de politiques dans leur ''combat purement syndical''. Au total, la Côte d'Ivoire avance vers l'élection présidentielle du 31 octobre 2020 dans un climat tantôt calme, tantôt mouvementé. Il est toutefois bon d'indiquer que ce sont cinq communes qui ont enregistrés de tels mouvements de colère et de vandalisme sur les 201 communes que compte la Côte d'Ivoire.

 

Bonne dégustation !!!

Zoodyinga

 

 

 

Pour vos commentaires, éviter, tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée .

Ajouter un commentaire

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

17 + 1 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Les trois dernières publications