Le Café : quel tableau ?

Soumis par Redaction le Jeu 25/08/2022 - 00:02
jgrg

Le mardi 23 août 2022, le Premier ministre, Albert Ouédraogo, s’est  soumis à un grand entretien . Il a situé l’opinion nationale et internationale sur les actions entreprises par le gouvernement qu’il dirige depuis l’arrivée au pouvoir d’État des militaires le 24 janvier 2022. Il emboîte ainsi le pas au président de la transition, le lieutenant colonel Paul Henri Sandaogo Damiba, qui, le 1er avril 2022 déjà, avait dans une adresse à la nation promis de mettre tout en œuvre pour la sécurité et le retour à la normalité au Burkina Faso. Après les explications d’Albert Ouédraogo le mardi, on ne peut pas dire que les Burkinabè sont sortis de la spirale de l’insécurité 7 mois après l’arrivée au pouvoir des militaires. A la limite, le Premier ministre a laissé les burkinabè sur leur faim. Il a avoué que le Gouvernement à pris des mesures liées à la suspension de la circulation de certaines motos, à l’importation des explosifs, par ce que << ça contribue à l’assèchement des sources de financement du terrorisme...>>. Il aussi révélé que le gouvernement a opté pour << l’action militaire mais aussi les discussions >> et la diversification des partenariats...gagnant gagnant. Si le chef du gouvernement a présenté un tel tableau qui pourrait faire penser à une réussite relativement à la feuille de route de la transition, il faut avouer que ce tableau est loin des prévisions émises par le président Paul Damiba le 1er avril 2022. Voici quelques grandes idées du chef de l’État : 

<< La seule vraie préoccupation du peuple Burkinabè actuellement  la situation sécuritaire. Plus vite nous arriverons à juguler cette situation et plus vite nous amorcerons un retour à un ordre constitutionnel normal...>>. Cette situation évoquée par  Damiba n’est pas jugulée d’autant que les attaques terroristes sont encore récurrentes. Le Président de la transition avait aussi dit:

<<J’invite les partenaires du Burkina Faso et la communauté internationale à accompagner et à soutenir le peuple burkinabè dans sa lutte contre le terrorisme..>>. Là aussi on ne peut pas dire qu'il y a eu une réussite. Jusqu'à ce jour aucun partenaire de la communauté internationale ne bombe la poitrine contre les terroristes aux côtés des autorités burkinabé.  << La sécurité est le premier objectif de nos actions et restera notre combat de tous les jours pour un retour de la paix et de la stabilité>>, avait il promis avant d’indiquer

<< je vous donne rendez-vous dans cinq (05) mois pour un premier bilan de la mission de reconquête de notre territoire>>. Au bilan, en dehors de quelques tentatives de réconciliation, personne ne peut mettre la main au feu et jurer que 7 mois après leur arrivée aux affaires, les autorités militaires de la transition ont réussi leur pari de ramener le  climat de sécurité sur l’ensemble du territoire burkinabè. C’est une réalité certes déplorable, mais c’est la réalité actuelle au  Burkina Faso. 

Bonne dégustation !!!

Zoodyinga

Pour vos commentaires, éviter, tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée .

Ajouter un commentaire

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

4 + 6 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Les trois dernières publications